Culture

very bad trip, le film qui te file pas mal au crâne

Ceci est un article sponsorisé, oui « on » m’a payée pour l’écrire, et plus si aff., mais ce qui compte c’est ce qu’il y a dedans, et dedans, il y a un vrai film sympa que j’ai vraiment vu de mes propres yeux…

J’ai été invitée, donc, ce jeudi dernier (tout le monde s’en fout mais oui c’était bien jeudi 11 juin 2009, super non ?), à la projection en avant première du film Very Bad Trip. Very Bad Trip, c’est en VO The Hangover (au cas où tu saurais pas parler l’English, tu cliques gentillement sur le mot là en rose), et comment dire, c’est trop d’actualité pour moi. Sans rentrer dans les détails, ma tête était lourde ce matin, du champagne a coulé cette nuit (à dire avec la voix inspirée de l’elfe-dans le Seigneur des Anneaux-dont-je-retrouve-plus-le-nom). Etat tout à fait adapté, donc, pour vous parler de ce Hangover là.

Alors, Very Bad Trip, kessecé ? D’abord, vu de loin et des bandes annonces, ça ressemble à un énième film de djeuns, plein de blagues grasses et d’humour american (gras, donc). Le genre qui me fait pas trop rire, ou à petites doses, ou pas du tout (surtout s’il y a Ben Stiller/Jim Carrey dedans). Mais bon, là, on m’invitait (c’te classe totale Cheap), et puis il parait que le réalisateur Todd Phillips est un des meilleurs de sa catégorie de films. Pour preuve, parmi ses faits d’armes on trouve Starsky et Hutch, et Retour à la fac, des films que vous n’avez sûrement pas vus si vous êtes une fille sauf si, comme moi, vous êtes sortie avec un fan de ce genre d’humour foireux à souhait (nan mais Retour à la fac, et Hey Dude elle est où ma caisse ? c’est trooooppp biieeenn – fin de citation). Je me suis donc motivée pour une heure et demie enfoncée dans d’énormes fauteuils en cuir super confortables (chez Warner ils ont la classe).

Et là, que dire, sinon que Very Bad Trip a été une très bonne surprise !

Alors pour résumer, l’histoire c’est quatre « potes » (enfin trois + une meute de loups – private joke inside) qui partent à Vegas pour l’enterrement de vie de garçon de l’un d’eux. Oké, on se dit, c’est coule, ils vont se la coller et pissétout. Mais c’est pas tout. Après un shot de Jägermeister (hässliche deutsche Alkohol), pouf, trou noir. Et au réveil, le marié a disparu.

(tadam)

Je vous passe les détails, la bande annonce explique très bien l’état des lieux de sortie de nuit. Commence donc une quête désespérée du futur marié, et de leurs souvenirs. Et là, c’est le drame. Le film pousse à fond dans le délire total, tout en gardant une certaine cohérence. On a beau se dire, mais p*tain, c’est quoi ce bébé (moche), et ce tigre, c’est n’importe quoi, au final, toutes les pièces du puzzle se reforment petit à petit… ou presque. On passe de situation foireuse en situation foireuse, sans pour autant tomber dans le lourd ou le (trop) vulgaire. Pour une fois, les personnalités sont assez travaillées (aux States, un personnage = un trait de personnalité), et on finit par s’attacher aux trois copains en galère pour retrouver le disparu.

ceci est un bébé moche, je vous aurai prévenus

En sortant du film, on aura bien rigolé (suffit de brancher l’intellect sur « off » et d’accepter le fantasque des situations), croisé Mike Tyson, un Chinois gay, un bébé qui ne pleure pas, joué au Black Jack et embouti des voitures.

là on voit pas mais ya un Chinois gay pas loin

Alcoolique ou non, allez le voir, et en VO. Les blagues sont vraiment plus drôles in English, et j’ai un peu peur de la traduction… Et puis la musique est chouette, en plus.

EDIT: C’est Legolas, l’elfe. Je le savais en plus. Enfin, il est blond quoi…

Tagged: , , , , ,

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *