Au quotidien

le jour où je suis allée golfer

Parfois, dans ma vie de fille de 23 ans, il se passe des choses étranges. Des choses très étranges même. Des choses que je n’aurais jamais imaginées pouvoir m’arriver. Et hier, il s’est passé ce genre de chose totalement improbable et irréalisable dans mon esprit, une chose tellement incroyable que si une Moi du futur était venue me dire que ça allait arriver un jour (avec photos à l’appui), je ne l’aurais pas crue.

Dimanche, pour la première fois de ma (longue) existence, je suis allée golfer.

Je n’expliquerai pas le pourquoi du comment. Il est de ces raisons qu’on préfère taire, du moins aux yeux du grand public et dûes au respect de mon anonymat. Et puis surtout, je n’assume pas du tout d’avoir cédé à ces raisons. Enfin, toujours est il qu’après avoir partiellement évité le golf du samedi après midi, je me suis retrouvée projetée de force sur le périphérique parisien, filant à 140km/h vers l’hippodrome d’Auteuil.

Auteuil. Cette ville citée dans le très célèbre « Auteuil Neuilly Passy » des Inconnus. Auteuil, donc, a son hippodrome. Comme Longchamp ou Vincennes, ou le Prado (à Marseille, bande de Parisiens). Et comme beaucoup d’hippodromes, au milieu, il y a de l’espace. De l’espace inutilisé qui, mis à profit par de savantes plantations de gazon, peut devenir un golf…

A Marseille, pour l’hippodrome, ils ont mis un huit trous. A Deauville, un terrain de polo. A Auteuil, c’est juste un practice. Et là, je rétablis enfin la vérité vraie. C’est à dire que « golfer » est un mot un peu trop élaboré pour décrire mon activité sur ladite pelouse. Car un practice, c’est tout bêtement des minis stands où le pékin du coin qui veut apprendre à taper la baballe ou améliorer son swing vient s’entrainer. On te file donc un seau de balles, un club, et démerde toi.

Heureusement j’avais un « prof ». Qui m’a expliqué gentiment comment poser les mains sur le grip, et flexer mes genoux (pas comme au ski), en gardant les pieds parallèles et dans l’axe, et le bras tendu, et tout ça en essayant de toucher la balle sur la tétine.

(oui j’utilise plein de mots savants de golfeuse, je suis presque une pro maintenant wouhou)

Pour le coup, le golf c’est un peu comme le ping pong. En fait, tu passes plus de temps à te baisser pour ramasser une balle et la remettre sur la tétine (sorte de truc en caoutchouc sur lequel on pose la balle quand on est débutante comme moi) qu’à taper dedans. A noter que, forcément, j’étais en jupe. Je m’étais un peu crue sur un cours de tennis niveau tenue (une baballe, de la pelouse, des gens riches, c’est presque pareil quoi). Enfin, après quelques tentatives  et étirements, j’ai réussi à toucher la balle et l’envoyer dans une trajectoire pas trop pourrie (merci à mes supporters très conciliants) à 60 mètres.

Oui, je suis fière de moi.

Après toutes ces émotions (c’était fatiguant), et ayant épuisé nos seaux de balles, nous en avions terminé avec ce fabuleux sport.

Et oui, sport. C’est là que je me permets d’avouer que (seuls les cons ne changent pas d’avis), le golf est un sport. Car croyez le ou non, j’ai des courbatures. Au dos,  aux mains, à l’avant bras, et à la cuisse (ce dernier phénomène n’ayant d’ailleurs toujours pas été expliqué par la médecine du sport, il est probable qu’il soit dû à une perturbation naturelle de mon organisme, ou à la pratique d’activités annexes plus tard dans la journée).

Conclusion: Le golf, c’est marrant 10 minutes. Et le lendemain t’as mal partout. Ce soir je vais courir. Je suis trop une sportive.

Tagged: , , , , , ,

9 Comments

  1. C’est un peu comme jouer à Wii Sport (Resort)
    C’est le lendemain quand tu as mal de partout, que tu te rends compte que tu possèdes des muscles à certains endroits qui travaillent tellement rarement …

    ^^

  2. Hi hi hi :p
    Si c’est pas ridicule comme sport quand même… (t’as vu je te contredis pas, j’ai écrit « sport »). Vu que tu es notre testeuse en chef ma coloc essaye d’autre activité trop « chelou » (j’vais la tapééééé c’est cheloooouuuuuu!) genre le lancer de poids/de disque/de nains, le saut à la perche… Tous ces trucs inutiles qui pourissent le télé en ce moment.

    « Je suis trop heureux, je suis champion de l’univers du lancer de pois chiche, j’y croyais plus, l’entraînement m’a demandé des heures des heures d’efforts (reprise de souffle)…. je remercie mon coach, sans lui j’aurais jamais eu le temps d’aller faire les courses acheter des millions de boites de conserves pour m’entrainer autant (reprise de souffle)…. j’suis heureux, vraiment heureux, champion de l’univers et fièr de l’être… wooooaaaa! Vive la France! »

    (pour ceux qui n’aurait pas compris cette tirade c’est en lien avec les sports où il n’y a que 2 participants dans le monde et le vainqueur est trop fier de lui… mouahaha que je suis méchante! 🙂 )

  3. Je remercie Lauriane pour sa charmante comparaison du Golf avec le lancer de poids/curling/haltérophilie. Ainsi que pour sa façon si subtile d’avoir sous-entendu que ce dernier n’était pas un sport.

    Je remercie également Elodie (Lane), pour la restitution épique de son initiation. Et pour sa critique en filigrane d’un sport de « riches » (bouuuh).

    Je remercie mon papa, pour m’avoir donné envie d’y jouer.

    Je remercie mes Taylor Made, qui m’ont permis de réaliser tant de jolis coups.

    Je confirme enfin que, non, le golf n’est pas un sport, c’est bien plus que ça.

    Merci à vous tous et, mort au capitalisme! (Et aux bourgeois!)

  4. @Gaëtan: la Wii, saynul. :p

    @(lau)(ri)(ane): attention, je me transforme en bourge ! bientôt je vais faire du tennis et me mettre à porter des polos et des chaussettes en soie.

    @Florian: tu te moques tu te moques… :p

    @Pot_De_Nutella: non ce n’est pas un tee, le tee se plante dans l’herbe et est rigide, il s’agissait d’un truc en caoutchouc qu’on coince sous le faux gazon du pratice

    :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *