couple: cherche mode d’emploi

Non ce billet ne sera pas un post sexo. Pas de vieille réflexion mysogine/mysoandre ou de généralisation comme j’aime à en faire. Rien de tout ça. C’est juste que, comme toute ex célibataire qui se respecte, et comme expliqué il y a quelques (longs) mois, I suck at relationship. Nulle en trucs qu’il faut faire, pas faire, en réflexions sur la fidélité, en relations avec les exs, en exs plans culs, et en caractère à assouplir. Nulle. Nulle. Nulle.

Alors bon, comme on pourrait dire, on change. Et heureusement. Comme on pourrait dire aussi, certaines de mes assertions et habitudes de célibataires à relations CDD et Interim multiples étaient bien liées à mon état… de célibataire. Les discours sur la fidélité, les histoires de « bou les gens qui s’embrassent dans le métro » et « les couples qui peuvent pas se lâcher trois minutes et parlent d’eux à la 2e personne du pluriel c’est insupportable », c’est révolu. Je suis une fille en couple  modèle, on pourrait dire.

Enfin faudrait demander au Garçon. Mais du moins, j’essaye.

Je ne nierai pas que c’est chouette d’être amoureux. Les papillons dans le ventre,  toussa. Chouette de partager son quotidien avec quelqu’un, d’avoir un chéri qui tient chaud et fait des câlins à disposition, et une oreille attentive pour écouter les soucis du boulot/des amis/de soi. C’est encore plus chouette quand on peut partager un tas de trucs, des passions, des voyages, du shopping, et surtout, quand le chéri fait la meilleure compote du monde.

(oui le Garçon est parfait mais j’insisterai pas, pas moyen qu’on essaye de me le piquer !)

Mais voilà, avec toute la bonne volonté du monde, on se rend vite compte qu’être deux, c’est vraiment galère. Je ne ferai pas la liste compète de toutes les choses qui merdent, ou peuvent potentiellement être cause de dérapage si on prend pas sur soi. Suffit d’avoir vécu un peu ce genre de truc pour comprendre.

Je disais l’autre jour, grande gueule, à mes collègues que « vivre à deux, c’est comme la coloc, sauf qu’on couche ensemble« 

Ou presque.

Parce que la coloc, ça va je gère, mais la vie à deux dans un 30m², c’est une autre histoire. Pinaise. Surtout quand les deux ont accumulé des manies de célibataires. Surtout quand les deux ont un caractère de merde et un taux de mauvaise foi largement au dessus de la moyenne française.

Et malheureusement pour chacun d’entre nous, l’amour ne solutionne pas tout.

Gra.

On peut alors se pencher sur tous ces dossiers sexo-relationno-psyco-socio copulatoires, avec des vraies infos-intox et des fausses-réponses à tout. Tu sais, ceux dans GlamourElleCosmoBibaMag, qui disent (après le dossier « comment rencontrer l’amour » et le dossier « comment le garder« ) comment gérer sa vie de couple. Apprendre à faire des concessions. Pimenter sa vie sexuelle. Parler bien avec sa belle maman, et faire copine pas trop envahissante avec ses potes. Et je n’aborde pas les petits guides psyco-sexo de librairie. Gérer sa vie à deux. Comprendre l’autre. La cuisine en couple. Apprenez la pipe romantique. Comment partager son lit avec des pieds froids et vernis. Et autres Mars et Vénus.

Le truc que quand tu le lis, tu te dis « ah mais oué, trop facile !« . Sauf que quand tu es y es, face à la belle maman/ses potes/un mail de son ex/ta baisse de libido non partagée, c’est un peu le drame. C’est à dire que BibaCosmoTruc, ça explique pas comment gérer le mec en face qui est pas du tout d’accord avec tes assertions pseudo psy sur son rapport fusionnel avec son père et son amour invétéré du foot. Quant à « portez des sous vêtements affriolants pour exciter son appétit sexuel« , c’est toi que ça gave, d’enfiler des couches de dentelle quand t’as juste envie de dormir.

Alors, c’est ou, les vraies réponses ? Comment on apprend à communiquer ? A se supporter chaque jour ? A entretenir la flamme ? Comment ils font, les gens (mes parents) mariés depuis 25 ans, pour pas s’être jeté des assiettes à la figure à force de pas réussir à faire adopter à l’autre son point de vue ?

Je reste pleine d’interrogations. J’imagine qu’on va me répondre, l’amour et la vie à deux c’est un long apprentissage. Oué. Mais s’il existe le Petit Manuel de Comment Gérer les Conflits et Tensions Inutiles du Couple, je prends. Pas le truc élimé qui te dit « attends et plus tard ça ira mieux« , nan, les statistiques prouvent qu’on peut divorcer après de longues années à se supporter. Plutôt le guide de Comment ne pas transformer des petites choses supportables aujourd’hui en trucs insupportables demain.

Ce post est dédicacé
–  à La Peste, qui ne donne pas de réponses aux questions qu’on se pose et trashe la presse féminine,
– à mes parents pour s’aimer encore après 25 ans de mariage,
– aux couples qui se disputent, pour nous rappeler que c’est normal,
– au Garçon, parce qu’il essaye de communiquer avec moi, de me comprendre, et de me supporter. Et que c’est pas évident.
PS: Si vous vous sentez l’âme d’un John Gray, merci de ne pas vous lancer dans une diatribe sur « l’homme et la femme ne se comprendront jamais », et de vous souvenir que les couples homos aussi galèrent.

Note: certains faits de ce posts sont des exemples « inventés », le sujet étant général sur « le couple » et pas « mon couple » (même si, évidemment, je m’inspire largement de mon expérience ;))

Dessins : Emilie Stora, qui a un blog chouette (et qui est en couple, aussi)

17 Comments

  1. Joli billet.

    Par contre, je vois pas pourquoi les gens croient encore qu’il existe une manière de solutionner les problèmes relationnels dans un couple… Dans un magazine, c’est du même acabit que « perdre 12 kilos en un après-midi ». C’est juste pas possible.

    Parti de ce postulat, la question n’est plus de régler ces soucis mais de savoir si oui ou non nous pouvons les supporter ad vitam eternam.
    Aimer finalement, pour moi, c’est ignorer les défauts et supporter les différences.

    Puis mettre un petit coup de temps en temps aussi.

  2. Tiens, en parlant de John Gray, l’ex garçon me l’avait offert un jour où il était allé flâner à la FNAC, en me disant que ça me ferait une lecture utile, pour une fois.
    Je n’ai jamais ouvert le livre et j’ai renvoyé l’irrévérencieux chez sa maman !

  3. De mon côté, je n’ai jamais vraiment connu la vraie vie de célibataire. Celle qui se couche seule avec son chat, qui lit des magasines sur Comment trouver le Prince Charmant, et tout le bordel. J’ai 24 ans et je suis en couple depuis plus de 5 ans.

    Dans mon couple, on est là ensemble. On partage beaucoup de choses, même trop selon certains. Mais ça marche. Je vois aussi un couple d’amis qui se laissent toute leur liberté, qui partage avec d’autres et qui se retrouve le soir, heureux je crois.

    Alors j’ai le sentiment qu’il n’y a pas de bonne façon de faire. Il y a sa façon, et celle du garçon, et si ça colle (la plupart du temps) alors ça roule. On ne peut pas éviter les conflits, c’est au contraire une bonne chose (ça prouve que l’autre existe en face – oui avoir un mec psy ça aide parfois). Tout ce qui compte au final c’est de se réveiller avec le sourire quand on sent ses jambes poiles contre les nôtres.

  4. @Matskvg merci
    et non ya pas de « solution », et c’est un peu ce que dit La Peste: les mags féminins et psyco tentent de décomplexer, et c’est parfois pire ! après pour le couple, qd tu vois tes potes pour qui tout a l’air d’être parfait et que toi tu galères, t’essaye de comprendre
    je suis donc bien d’accord avec ton point de vue, mais la difficulté est: qu’est ce qu’on supportera ?
    pour le petit coup, faut prendre en compte que « de temps en temps » se traduit pas toujours pareil pour les 2

    @PBMV fail ! (quoique le bouquin traine dans une bibliothèque à ma portée… jamais osé l’ouvrir)

    @ElooOO°° on peut être célibataire, sans chat, sans croire à BibaConseil, et avec une bande de colocs géniaux 😉
    pour ton couple, je crois que oui, il faut profiter. si ça marche, et qq soient les points de vue (le « trop ») on s’en fout. chacun gère ça comme il veut oui…
    chapeau à tes amis en « couple libre ». j’y ai cru, plus aujourd’hui.
    +1 pour les jambes poilues (et les bisous qui piquent)

  5. Eh bien non, comme tu le dis, il n’y a pas de solution, et les conneries des magazines ne s’appliquent pas dans la vraie vie (tout comme leurs pages mode, non?!).
    La vie à deux, je le découvre depuis plus d’un an (et pour la première fois !), ce sont des compromis, être à l’écoute de l’autre, faire des efforts, prendre sur soi… Mais c’est si peu souvent rapport au plaisir de vivre à deux ! Avoir l’être aimé auprès de soi, partager des choses aussi futiles soient elles… (ouais au bout de deux ans ça nous plait encore de faire les courses ensemble…)
    Mais cela n’empêche que j’admire aussi les couples qui vivent et s’aiment depuis des décennies…
    Même si je n’ai pas de doute sur mon couple, je me demande parfois si on arrivera à s’aimer encore ainsi pendant des décennies…
    Et quand un problème survient, et bien il n’y a pas de remède miracle… Il faut se dire les choses et ne pas se prendre la tête, what else ??
    Alors ce n’est peut-être pas si simple pour tout le monde, c’est peut-être juste parce que j’ai trouvé la perle rare…

  6. Je pense que malheureusement, il n’y a pas de mode d’emploi 😉
    Pour être en couple avec quelqu’un de formidable depuis quelques mois, je me pose petit à petit les mêmes questions que toi et j’en suis venue à la conclusion suivante : en amour, il faut savoir faire des compromis, même quand ça nous plait pas.
    Je comprends que tu te poses des questions sur la relation fusionnelle qu’entretiens ton chéri avec son père car le mien c’est la même chose, mais avec sa sœur et ses parents. Très perturbant quand tu viens d’une famille où tes frères/sœurs, bah, tu les aimes, mais de loin ^^

    Pour ma part, c’est la première fois que je ne me pose aucune question quant à mon avenir avec le chéri, et que j’ai envie que les choses fonctionnent, naturellement. Et le pire, c’est que ça marche. C’est p’tête ça la solution !
    (et mes parents fêtent leurs 27 ans de mariage… mariés à 19 et 23 ans respectivement ^^)

  7. @MyMy @Emilie, je crois qu’on se pose tou(te)s les mêmes questions… et que ya qu’une réponse : « on verra »

    et @Emilie, la relation fusionnelle avec le père, c’est pas d’actualité 😉 (ni le « fan invétéré de foot », en fait), plutôt des exemples « généraux » (justement pas envie de donner des trucs véritables)
    mais suis comme toi pour la famille 😉 et respect à tes parents !

  8. Faire des compromis, des concessions, au nom de quoi ?

    En vérité, la notion même de couple est artificielle. J’entends couple romantique, couple amoureux. Il s’agit d’une une construction humaine plutôt récente, terriblement trompeuse.

    Une croyance de plus, une duperie célébrée. (« célébrée » est à lire en italique)

  9. Tres joli post…je m’y retrouve dedans…je t’explique

    en couple depuis plusieurs annees, je le quitte, 1er celibat de ma vie, paris, la jeunesse, la folie, fin de ma these, je trouve mon boulot a seattle en juillet 2009 (depart approximatif en mai 2010), en aout je le rencontre….LUI, le vrai, coup de foudre au bout de 3 jours, il chamboule tout, mes habitudes de celibataires…il rentre dans ma vie, moi dans la sienne, et la on se rend compte qu on est tout les deux prets a etre deux!…s’en suive tout un tas de decision qui ont ete prise en tenant compte qu’on voulait etre ensemble, le reste c’est peanuts (quitter son job pour lui, son appart tout juste achete, se marier, quitter la france, nos familles)

    aucune concession mais de la discussion c’est la cle, en tout cas la notre pour le moment
    ca evite les petites ramcoeurs accumulee qui peuvent un jour exploser (genre au bout de 6 mois lui gueuler dessus par ce qu’il laisse tout le temps le dentifrice ouvert…)

    Belle vie a vous deux!

  10. ah il est pas mal ce post! car figure toi que ça y est je suis (enfin) confrontée à des soucis de communication dans ce qui pourrait devenir (ô joie) un petit couple… moi qui pensais que je n’avais mais alors aucun problème à aller vers l’autre on dirait qu’en prenant de l’âge (ô temps suspends ton vol) je ne me suis pas arrangée… et moi aussi j’aimerais bien le lire (ce guide qui n’existe pas) car j’ai pas vraiment envie de passer (encore) à côté des petits bonheurs (à la bonne heure!)…

  11. @Elegiaque chacun son point de vue 😉

    @Fée Lait oui… (enfin toi, le couple modèle, merci !! :p)

    @Stols oui c’est beau de pouvoir y croire, de retrouver l’innocence de nos premiers amours à pas se poser de questions et se jeter à fond dans l’histoire ! 🙂 j’espère pour vous qu’aucune histoire de dentifrice ne viendra assombrir votre histoire 😉

    @La Meilleure Amie un chéri ? c’est super !! 🙂 et oui je crois pas que ça s’arrange, on transporte chacun ses blessures en plus… faut gérer qd c’est une 2e histoire !
    en tout cas je te souhaite que ça marche !

  12. Excellent billet !

    Déjà, il faut bien se rendre compte que l’Amour avec un grand A est une imbécilité qu’on nous sert quotidiennement pendant toute notre existence.
    Ca vous choque ?
    Vous pensez vraiment qu’il y a une personne qui est faite pour vous ; le grand Amour ?
    Et ce n’est pas bizarre de la trouver dans son entourage et pas à l’autre bout de la planète ?? Au niveau statistique, les chances sont pourtant minces.
    En avoir conscience est déja un grand pas vers l’acceptation de l’autre.
    La vie de couple est donc avant tout un compromis ; une alliance.
    C’est pas très romantique, je l’avoue. ( Pourtant je suis tellement romantique ! ).
    M’enfin, il y a le rêve, les espoirs, les fantasmes et la réalité.
    Il faut aussi se rendre compte que nous sommes des privilégiés.
    Oui ; vivre à 2 dans 30m c’est dur ; mais dans certains pays on y vit à 6 avec la belle-mêre en prime !
    Et puis c’est pas pour toute la vie ( les 30 m ! ).

    Bon courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *