Au quotidien · Chroniques

l’enfer de l’open space

Il y a un an, si on m’avait demandé ce que je pensais des open space, je t’aurais dit que je trouvais ça fun. Ambiance décontractée, fous rires entre collègues et communication d’équipe. Au top.

Ca, c’était avant que MaBoite ne devienne une Grosse Boite (enfin grosse, je me comprends). La faute à la croissance du bizness, à l’augmentation des effectifs, à la réorganisation de la boite, on a fini par déménager. Alors c’est cool, de déménager, quand tu passes d’un bureau qui ressemble à une boutique où tout le monde entre en croyant que tu es un cyber café (nan nan, juste un start up. c’pour ça qu’on a des ordis) à des super locaux modernes, lumineux et colorés avec PS3 et BabyFoot, c’est une sacrée évolution. Surtout du côté des chiottes (si tu vois ce que je veux dire).

Mais voilà, après quelques semaines, la joie de parcourir des kilomètres pour aller se chercher un café ou fumer une clope et l’engouement pour FIFA 2011 retombe un peu. Tu réalises qu’en fait, un open space, plus c’est grand, moins c’est cool. Parce qu’avant, quand tu trouvais un site à la con avec des photos de bloggeuse mode moche, tu envoyais un petit mail à ta voisine de droite pour lui filer le lien, et vous rigoliez comme deux débiles en vous moquant allègrement. Avant, quand tu voulais pousser un peu le son sur « La Bamba Triste » en chantant, ça n’embêtait que quelques personnes, qui mettaient leur casque le temps de la chanson. Avant, quand tu allais aux toilettes, tu partageais cet évènement.

Dans un grand open space, lorsque tu as non plus trois mais 30 collègues, la discrétion est de rigueur. Dans un open space de 100m², on ne met pas « What a feeling » à fond en se dandidant sur sa chaise, du moins pas sans voir se lever quelques têtes courroucées de leurs postes de travail. Dans un grand open space, on ne peut pas aller voir sur l’écran du collègue la super vidéo qu’il vient de trouver, non il faut se lever, faire quatre fois le tour de la pièce parce qu’il y a des bureaux partout, et se retrouver derrière l’écran dudit collègue avec 15 autres personnes qui se sont toutes levées en même temps. Dans un grand open space, on ne sort pas ses trouvailles de soldes devant ses copines-collègues pour leur montrer le « super petit haut trop sexy » qu’on vient de s’acheter.

Enfin, il y a une chose encore pire que tout. A l’heure où j’écris ce post (20 heures), autant vous dire que ce fameux open space est vide. Les hommes de ménage ont envahit la place et branché l’aspirateur. Je suis entourée d’odeur de produits nettoyant. Et surtout, je suis SEULE. Et seule dans 100m² avec un aspirateur qui ronfle à mes oreilles, ça n’aide pas pour les heures sup.

20h11. Sortez moi de là. L’homme de ménage est en train de me signifier visiblement que je dois lâcher mon fauteuil. Il m’entoure de sa serpillière. Je crois que je ne vais plus pouvoir sortir…

AU SECOURS

Dans un open space vide, personne ne vous entend crier…

EDIT

Au moment où je publie ce post, je suis toujours vivante. Ouf.

Tagged: , , ,

9 Comments

  1. Il est connu de tous que ces espaces ont justement étaient étudiés, pour, sous un aspect décontracté, tout le monde puisse surveillé tout le monde….
    Enfin, je ne voudrais pas vous rendre méfiant…………..

  2. J’ai cherché, pendant 5 bonnes minutes ce que j’allais marquer ici et finalement, comme tu sais aussi ce que j’en pense, je n’ai rien trouvé de mieux que « +1000000 » 🙂

  3. @Miss Choco ça te manquerait presque ou quoi ?? 😉

    @Fanny en plus j’avais foiré une manucure le matin même :p

    @Viviane meuh non, tu vois le mal partout !

    @Céline you KNOW what i’m talking about !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *