Chroniques · Sponso

infidèle, morale à deux balles ?

Oui, je sais, j’arrive après la bataille, comme on dit. Mais voilà, à mon tour (après notamment MissJulie, Galliane, Ginie ou Fanny), sur la proposition de Gleeden, un site de rencontres extraconjugales, de vous parler infidélité. J’espère donc que vous n’êtes pas lassés, et même si c’est un article sponsorisé, nous avions toute liberté d’aborder le sujet à notre façon, et  je vais essayer d’en parler sous un autre angle…

Pour ceux et celles qui n’auraient pas suivi, Gleeden donc, c’est un site qui propose à des gens en couple de se rencontrer… mais pas pour des plans à trois ou quatre, non, pour tromper leur conjoint. Le site a été créé en 2009, et compte près de 800 000 inscrits, dont 37% de femmes en couple… ce qui, me semble-t-il, démontre quand même d’une belle « réussite » sur un plan business. Forcément concerné par ses utilisateurs, Gleeden a d’ailleurs mené plusieurs études pour mieux comprendre les « comportements » adultères. Une démarche que je trouve intéressante, même si elle ne sonde que ses membres.

Il y a peu Gleeden a décidé de communiquer en télé, en sponsorisant la météo sur BFM TV… et là, levée de boucliers, d’épées et de couteaux des internautes et téléspectateurs, choqués qu’un tel site puisse être présent en Prime sur une chaine d’infos nationale. La pub fut donc supprimée par BFM, et le contrat suspendu (après que 10 000 personnes se soient inscrites… pas mal !).

(A lire aussi, l’article de FrenchWeb sur le sujet)

J’avoue être un peu surprise de cette réaction. Très franchement, les chiffres qu’annonce Gleeden sur son nombre d’inscrits (même s’il y a des membres inactifs) ne me « choquent » pas. Quant on voit le nombre de personnes en couple qui draguent sur les sites de rencontre ‘traditionnels’, c’est peut être mieux qu’ils se rendent sur un site dédié où leur situation et leur objectif (car un mec ou une femme marié ne cherche -normalement- pas l’amour, mais bien un plan cul) sont clairs. De plus, si on prend le nombre de divorces chaque année, sachant qu’un bon nombre découle d’une tromperie… je crois qu’on peut se l’avouer: l’adultère est une pratique répandue.

Alors non, je ne considère pas que c’est « bien » de tromper son mari / sa femme / sa copine / son mec. On fait (souvent) souffrir l’autre (s’il l’apprend), on vit dans le mensonge (certains le font très bien, et font preuve d’une mauvaise foi à toute épreuve sur le sujet) et on ne trouve généralement pas ce qu’on cherche à combler. Mais chacun fait ce qu’il veut de sa bite et je voudrais simplement porter le débat sur autre chose. Et donc oui, je suis vraiment surprise qu’en 2011, à l’ère où on affiche des filles à poil sur tous les murs de Paris et où les gamins de 12 ans ont accès à du porno en diffusion libre sur Internet (et je passe les questions de la « sexualisation » précoce et des dérives que ça provoque…), on soit encore choqués par le fait de faire de la pub pour un site de rencontres extra conjugales. Pendant un instant, devant ces réactions sur Twitter (notamment) j’ai eu l’impression d’être en pleine Amérique puritaine (qui pourtant fournit un nombre de chanteuses lolitas bimbos impressionnant et une bonne partie de la production porno mondiale).

Il semblerait que malgré notre athéisme apparent, les restes de notre éducation judéo-chrétienne soit bien ancrés… du moins en apparence. Car ça ne dérange personne que tout le monde trompe tout le monde dans Plus Belle la Vie (remarquez qu’entre Desperate Housewives, Woody Allen ou d’autres Dijan, les écrivains et scénaristes s’en donnent à coeur joie dans les histoires d’adultère), ou que Clinton se fasse faire une petite pipe par sa secrétaire, mais alors quand ça nous touche « directement », c’est la fin du monde !

Je dois être un peu bizarre de penser que les gens se trompent depuis toujours et qu’il y a une grande hypocrisie sur le sujet. Louis XIV avait ses maitresses officielles, nos grands parents sont parfois nés de père inconnus, et la légende du fils du facteur a la dent dure. Alors oui, à notre échelle on essaye chacun de rester fidèle, de tenir face aux difficultés de la vie en couple, et on rêve de ressembler (ou non) à nos parents qui sont en couple, amoureux et fidèles depuis 30 ans. C’est mon cas, mais malgré mon engagement vis à vis du Garçon je ne porte pas de jugement sur les gens qui ont décidé de vivre leur vie de couple différemment. Et encore moins sur une entreprise qui tire sa part du gâteau de cette réalité: oui, les gens s’aiment, se trompent, se quittent. Certaines personnes sont même incapables de rester bien sagement auprès de celles qu’ils aiment, tandis que d’autres se promettent amour et fidélité jusqu’à ce que la mort nous sépare pour se tromper/quitter trois mois après.

Est ce qu’on va vers une société plus libre, et plus ouverte d’esprit ? Ou au contraire ce genre de réactions semble dire que les esprits veulent revenir à plus de traditions et de « valeurs morales » ? Sont ce deux choses si contradictoires… ?

Et vous, que pensez vous de cette réaction ? Etes-vous choqués par le fait qu’une entreprise comme Gleeden puisse faire une campagne de communication (qui ne prône pas l’adultère mais tourne les choses vers « l’épanouissement dans l’infidélité », pas plus stupide que « la Joie » de BMW ou le bien être grâce à Vania Fresh… ) ? Ou au contraire, pensez vous qu’il y a un vrai marché de l’infidélité ?

Si vous êtes curieux: Gleeden.com

C’était donc un article sponsorisé

4 Comments

  1. Je pense que le concept d’infidélité est tout à fait accepté quand montré dans des fictions mais en ce qui concerne ce site il ne dérange pas réellement la morale (ou seulement celle des hypocrites) mais plutôt les consciences sur un état de fait que chacun veut jalousement garder planqué sous le tapis: l’infidélité ça se pratique mais on ne doit pas en parler tout fort. C’est bien connu un amant ça se cache dans le placard, ça ne s’expose pas à la vue de tous. Accepter l’existence de ce site veut dire valoriser une pratique pas toujours assumée et pour cause. Personnellement l’idée d’un tel site m’écœure pas mal parce qu’il veut dire que le couple est une notion tout au plus administrative qui ne signifie aucun engagement ni sentiment réel puisqu’en un clic on vous aide à sauter dans le lit du voisin sans vergogne..

  2. J’ai beaucoup aimé ton article, j’avoue être à peu de choses près du même point de vue que toi.
    Je trouve que c’est relativement hypocrite en effet de se trouver choqué d’un tel concept parce que ce n’est pas dans la nature humaine (comme la plupart des mammifères) de rester fidèle. On le sait, et si l’on est toutefois capable de l’être, dans une société où la morale n’inclurait pas la fidélité, l’humain aura plus de facilité à voguer de partenaire en partenaire que de rester avec le même indéfiniment (ce qui, on est d’accord, relève d’un choix et d’un engagement quotidien qui demande des efforts). Bon. C’est mon avis et ça n’engage que moi.

    Cependant je ne suis pas certaine que ce site dévalorise plus que de raison la notion de couple, mais plutôt la renforce : face à une marketisation de l’infidélité, les couples fidèles n’en sont que plus braves, vaillants et respectés. Avec une telle facilité à ne pas rester fidèle dans la société actuelle, on en est deux fois, trois fois plus admiratifs des vieux couples qui se tiennent la main dans le parc.

  3. @Epiphane Desart « l’infidélité ça se pratique mais on ne doit pas en parler tout fort » c’est exactement ça 😉

    @Physalice intéressant ton point de vue. je l’avais pas vu sous cet angle mais je trouve ça pas mal vu, et ça répond un peu à la remarque d’Epiphane sur le fait que le couple n’est pas qu’une question administrative. je le ressens pas comme ça en tous cas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *