Voyages

bretagne #3: le retour

Bon ben voilà, on est rentrés. Oui, deux jours avant la dead line, je sais. Et c’est pas de gaîté de coeur… mais il se trouve que la fille qui tient ce blog et qui est partie avec une surmotivation randonnesque, des Asolos aux pieds et 13 kilos sur le dos est une chose fragile. Enfin, son mollet droit plus précisément, qui a décidé, après 5 heures de marche sur des sentiers douaniers de tirer un peu. Et un peu plus. Jusqu’à me faire boiter le soir. Et ne plus pouvoir marcher « normalement » le lendemain.

Suite à cette « tendinite » foudroyante nous avons donc décidé de modifier un peu le programme des vacances, car il n’était évidemment pas question de continuer à marcher sac au dos 4 à 6 heures par jour (à un rythme défiant toute concurrence sur l’échelle des mémés en déambulateur, je précise). Nous avons donc loué une voiture pour les quelques jours restants, et raccourci notre séjour.

Voilà, cinq jours plus tard nous voilà de retour à Paris, avec le regret d’avoir du quitter ce coin magnifique en avance, mais de  super photos et un énorme bol d’air iodé…

Je pourrais vous dire que nous avons découvert une région magnifique, que j’ai passé une semaine à couiner de bonheur face à mes « fantasmes » bretons: les gros rochers granitiques et les petites (ou plus grandes) maisons en pierres, que nous avons visité des villages tous plus mignons les uns que les autres (oui, même les ports touristiques et les bleds à priori pas sexy), qu’on a extrêmement bien mangé et que les fraises de Plougastel c’est une tuerie, que dormir sous la tente pendant 6 jours c’est presque confortable, que la mer est belle, bleue et verte, que les marées sont impressionnantes pour qui n’a pas l’habitude (ie le Garçon qui n’avait jamais vu ça et la fille élevée en Méditerranée), que certains coins m’ont fait penser à la Corse, que la mer là bas n’est pas l’Atlantique mais la Manche, qu’il y a beaucoup d’anglais et que c’est pas si mal (ça change des hordes de hollandais/allemands/italiens/autres qu’on trouve sur certaines côtes en été), que l’été breton, même si on dépasse rarement les 25°C (merci le vent) est loin d’être pourri (2 jours de pluie/bruine seulement… avec des fins de journée très lumineuses…), que sur les plages à marée basse les algues vertes ça pue et qu’on ramasse des palourdes, et tellement d’autres choses encore.

J’y reviendrai, j’ai « seulement » 327 photos à trier et développer, et un tas de beaux coins/restos/campings à vous faire partager…

3 Comments

  1. Mince !
    Je ne pensais pas que c’était si grave en te voyant boitiller. Dès le premier jour, zut.
    Il faudra revenir, pour la côte de Granit Rose, profiter des couleurs… avec un train de sénateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *