Chroniques · Syndromes

le syndrome de la brosse à dents

Dans la vie, a dit une grande philosophe des 00’s, on ne peut pas être doué en tout. Il y a les gens doués en orthographe, et les gens doués en amour. Par exemple.

En ce qui me concerne, on peut dire que j’ai eu de la chance, la fée qui s’est penchée sur le ventre de ma mère a été plutôt sympa. Je suis une atroce maniaque de l’orthographe -et de la grammaire, conjugaison et autres syntaxes-, traquant sans relâche les fautes de français et les phrases pas correctes jusqu’au dessus de l’épaule de mes stagiaires (quoi, c’est mal ?). Côté coeur, le Cancer ascendant Taureau (enfin il parait) connait une période assez faste avec la présence quotidienne d’un Garçon tendre et amoureux dans son lit.

là je lui passe un coup de pommade car à la lecture du titre de ce post il me sort « tu vas encore parler de moi ?! » – genre yaurait que lui comme inspiration de ce blog, on aura tout vu !

En bref, je concilie la douitude (du verbe être doué) de la maitrise au moins partielle de la langue française et de la gestion quotidienne d’une vie de couple dans un  50m² parisien. Mais la vérité, c’est qu’on a beau être doué dans un truc, il ya toujours un revers de la médaille. En ce qui me concerne, j’ai quelques soucis avec certaines parties de mon corps, qui ont… comment dire… tendance à me lâcher dans des moments quelque peu critiques.

Prenons d’abord mes jambes. Ou plus précisément, mon stupide mollet droit qui décida, sur un  coup de tête et sans préavis, de me lâcher en pleine traversée du désert de la Bretagne, à mille miles de tout lieu habité et sans aucun secours, foutant en l’air toutes mes vacances (comment ça j’exagère … ?). Le petit con.

me, myself and I

Ou bien mes bras et mains. Je suis une grande maladroite. Ou, comme dirait mon père, je suis la délicatesse incarnée. Le genre à toujours poser avec douceur et élégance un plat sur la table, ou verser l’eau sans en mettre une seule goutte à côté. Je t’épargne d’autres faits d’armes, gestes malheureux, coups et blessures et autres actions involontaires ayant entrainé une blessure sans gravité ou presque. Bien évidemment mes mains, accrochées à ces bras, n’ont pas beaucoup plus de constance que ces derniers.

La preuve: je tape sur un clavier d’ordinateur à non pas deux mains et dix doigts, mais une main et … deux voir trois doigts (dans les bons jours et pour chopper les Ctrl Alt Suppr Maj). Et non, je ne me suis pas fait grignoter les extrémités par des poissons, je suis juste une grosse bizarrerie de la nature informatique, qui n’a jamais réussi à taper à deux mains. Ces dernières refusant d’ailleurs de collaborer entre elles, plus précisément lorsqu’il faut mettre en place un rythme quelconque. Toute tentative d’apprendre le piano, la flûte ou la batterie serait inutile, si vous voyez le genre. Pour faire simple: le seul truc que je sache faire avec ma main gauche… c’est vernir les ongles de la droite. CQFD

cette photo est issue d’un fabuleux blog tenu par… une tourterelle.

Passons au dernier organe qui refuse chez moi de fonctionner correctement – ou qui, du moins, me fait des coups en douce sans que j’y ai une quelconque influence: ma bouche. Alors je vous rassure, je n’ai encore jamais fourré ma langue par inadvertance dans la narine de quelqu’un (et pourtant rouler sa première pelle avec appareil dentaire + élastiques, c’est quelque chose). Non, ma bouche fait des trucs bien pires, bien plus fourbes, bien plus inconscients.

Commençons par le commencement. Tu vois ce bout de langue à travers l’écran, qui s’immisce systématiquement entre mes lèvres et que je suis incapable de réprimer ? Bon, à 10 ans c’est mignon, mais à 25… Parlons aussi sociabilité. Et bien ma bouche a décidé de devenir rouge grenat dès que je bois une gorgée de vin. Et pas juste la langue, non, la totale: dents, lèvres, intérieur des joues… hyper sexy en mode drague, ou quand tu enchaînes un RDV pro après un déjeuner un peu arrosé.

Et puis parlons de maitrise du français, car l’orthographe, à l’oral, devient caduque et c’est l’expression qui prime. En toute logique si on est à l’aise à l’écrit on devrait être capable (sauf malformation ou timidité maladive) de former des phrases sensées et compréhensibles. En ce qui me concerne, et d’autant plus depuis que je communique majoritairement par écrit dans le cadre de MonJob, ma bouche décide parfois d’aller plus vite que mon cerveau et… d’inventer des mots, de créer des tournures de phrases, d’imaginer une toute nouvelle expression francophone (enfin semble-t-il).

On arrive au bout de cet article, et tu dois te demander pourquoi diable j’ai parlé de brosse à dents dans mon titre (et le Garçon qui essaye de lire derrière mon épaule se questionne aussi). Et bien c’est la représentation même de la plus grande traîtrise en ce qui concerne mon corps et sa façon d’agir hors contrôle. Pour un truc basique, simple, que tout le monde sait faire, et qu’on pratique bi quotidiennement depuis notre plus tendre enfance: se brosser les dents. Et malgré toutes ces années d’entrainement, de contraintes, de brosses à dents et dentifrices divers et variés il y a une chose que je ne suis toujours pas capable de faire: garder le dentifrice DANS ma bouche jusqu’à ce que j’ai fini de me laver. Sans en foutre partout, je veux dire. Sans avoir à cracher toutes les 37 secondes dans le lavabo un kilo de mousse.

Voilà. Tu m’as comprise.

Dans la vie, on ne peut pas être doué en tout. Il y a les gens doués en orthographe, et ceux qui savent se servir d’une brosse à dents.

et je n’aurais jamais ce genre de moment de bonheur en couple devant le miroir de ma salle de bains…


Tagged: , , , , , , , , , , , , ,

6 Comments

  1. Bien écrit. Pour faire l’amoureux de la grammaire manque quelques accents cir-corn-flakes mais sinon c’est cool. Me rappelle aussi le coup d’une clavier à une main, c’est vrai que c’est drôle !

    PS (+long que le scriptum) : Bon et sinon, cette photo de brosse à dents là, le 123RF ça le fait pas. C’est marrant au passage qu’une banque d’image « Royalty Free » te demande de payer pour leurs images. Flickr est mieux, sinon faut lâcher des euros. (Moi pour les sites c’est déjà plus de 500euros qui sont consommés comme ça).

  2. Bordel que tu m’as fait rire ! J’aurais pu écrire une bonne partie de ce billet… (sauf que j’ai roulé ma première pelle une semaine après qu’on m’ait enlevé les bagues)(ça faisait un an qu’il poireautait, je peux te dire qu’il a tout envoyé dans son froc quand sa langue a enfin touché la mienne).

  3. Je déteste tellement la mousse du dentifrice que j’en ai trouvé un qui mousse pas. Le pied total. Il fait baver, par contre.

    Oui, mais j’aime mieux baver que mousser. Voilà.

    Ça, c’est du commentaire de haut niveau qui fait bien avancer le débat.

  4. @L-Tz j’y peux rien si t’es multitâches !

    @Johan je t’avoue que pour les images je m’en fous un peu. je tape un truc en lien avec mon post sur google Images et je prends ce qui vient ! je note qd même ton plan 🙂

    @Ginie oh là ! tu me fais le plus grand compliment que je puisse avoir de ta part !
    (tu es une bourreau ds hommes, je le savais !)

    @Blonde Paresseuse j’ai un dentifrice de vieux (Elmex) qui mousse moins, mais j’arrive quand même à en avoir partout. même le truc bio à l’argile dégueu qu’utilise ma mère refuse de rester dans ma bouche. c’est une malédiction

    @Muze ça signifie sûrement que t’es douée en amour ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *