Syndromes

le syndrome de l’éléphant

Salut petit lecteur, petite lectrice et autres bêtes qui trompent énormément. Aujourd’hui j’ai envie de te parler d’une personne que tu dois connaitre. Peut être même que tu en connais plusieurs, car après tout ce n’est pas un phénomène isolé. Cette personne, c’est ton frère, ton voisin, un ami peut être, ton collègue, qui sait. Ce peut être un homme ou une femme, car ce syndrome ne choisit pas son sexe. En fait, ça peut être n’importe qui.

Au premier abord, cette personne est quelqu’un de normal. Je veux dire que quand tu discutes avec, on ne se rend compte de rien, on peut même bien s’entendre, ça n’empêche pas. Et puis petit à petit, tu commences à te rendre compte de certaines choses. Des petites phrases, des petites remarques, des détails infimes qui, mis bout à bout, dessinent quelque chose.

C’est cette personne qui te reprendra sur une faute de français. « C’est le père à Mireille qui a…  » « DE Mireille« . Une faute de grammaire. Une phrase mal tournée. Un nom, ou un terme. C’est aussi cette personne qui va relire tes mails, ton mémoire ou tes articles de blog, et te pointer toutes les fautes. Orthographe, grammaire, champ lexical, sans parler des tournures un peu maladroites.

Cette personne, c’est aussi celle avec qui tu joues au Trivial Pursuit / Times Up / autre jeu où il faut une certaine culture gé, et qui va sortir des remarques comme « mais c’est facile enfin ! tu sais le film où… où le livre où… l’écrivain qui… le peintre qui a peint… » parce qu’elle connait la réponse. Alors que non, ce n’est pas évident pour tout le monde. En parlant de Trivial Pursuit, c’est cette même personne avec qui tu ne joues pas plus que deux fois, parce qu’au bout de la troisième elle connait les réponses par coeur.

Je suis sûr que tu connais cette personne. Celle qui a toujours une anecdote à raconter « ah ça me rappelle un truc…« , une info à partager « tu savais que les cordes des archets sont faites en crin de cheval ?« , un truc à ajouter sur ce que tu racontes « ah oui mais non les reines fourmis ne sont inséminées qu’une fois et passent ensuite leur vie à faire des gosses« , connait le nom des arbres et un tas d’autres infos dont tout le monde (ou presque) se fout.

Voilà. Tu vois de qui je parle. Cette personne qui sait des choses, qui les partage, et qui peut être très agaçante parfois. Parce qu’en vrai, on s’en fout de la faute de français – et que l’autre en fait aussi. Qu’on aimerait bien jouer au Trivial Pursuit avec des gens aussi « nuls » que nous. Et ne pas se prendre de remarque parce qu’on ne connait pas Beckett ou Rothko. Le truc, c’est que la plupart du temps, cette personne ne fait pas exprès. Que ce qui passe pour de la prétention et bien… c’est juste un réflexe à la con, de partager ce qu’on sait.

Cette personne, c’est un peu moi. Moi et ma mémoire étrange, qui a toujours refusé d’apprendre des dates et des théorèmes par coeur, mais qui retient des inutilités. Comme les histoires de fourmis, le nom des arbres et les titres des romans lus il y a des années. Parce que je ne fais pas exprès, parce que je sais, parce qu’il ya un tas de trucs qui prennent place dans ma tête et ressortent à un moment indéterminé.

A l’école, donner les bonnes réponses au prof te faisait passer pour un intello. Plus tard, pour un lèche cul. Pour ma part, sans rafler la première place en cours, je n’ai jamais compris pourquoi il faudrait se taire, retenir et garder pour soi ce qu’on sait plutôt que de dire « moi, je sais« . Plus tard encore, j’ai appris à faire profil bas. Mais cette faculté à retenir, apprendre sans le vouloir, cette curiosité sans contrôle m’a aussi sauvée quand quelques années après, en prépa, j’ai failli tout lâcher.

Aujourd’hui en tant qu’adulte ces connaissances se noient dans la culture commune. Dans nos métiers, finalement, nous sommes nombreux à avoir fait des études, avoir un tas de connaissances, savoir parler et écrire français. Mais le Trivial Pursuit, lui, n’a pas changé, et il y a toujours un tas de trucs qui sortent des connaissances « ordinaires » et qui font tâche. Il y a toujours ce réflexe con de corriger les erreurs des autres. D’ouvrir la bouche pour dire « c’est comme si, c’est comme ça » ou partager un truc qu’on a lu. Les trucs qui nous semblent évidents et qui ne le sont pas pour d’autres.

C’est donc un travail, pour apprendre à se taire, encore, essayer d’adoucir les remarques involontairement blessantes, les « mais c’était facile !« , de ne pas soûler les autres avec ce qu’on sait. Et encore, dans mes amis il y a « pire », celui qui dit des choses intéressantes mais qu’à un moment on décroche, parce qu’il ne sait plus s’arrêter, celui face à qui j’ai l’impression d’avoir une mémoire de poisson rouge.

Peut être est ce de la prétention que de le raconter, ici, au public. Peut être que ça parlera à certain(e)s autres éponges qui, comme moi, absorbent tout ce qui passe à leur portée. Peut être que ça servait juste à l’exprimer.

10 Comments

  1. Moisssssi, moisssssi, je suis tout pareil, la même, la même !!

    La même chieuse avec les fautes de français (ça me hérisse d’entre « malgré que », par exemple,on ne dit pas « malgré que »), même si je dois me mordre les lèvres pour ne pas le sortir à tout bout de champs (dans le bureau du PDG par exemple).

    La même qui connait les réponses du Trivial Pursuit (sauf sport, j’aime pas).

    Et sinon, j’ai un pull d’Elmer, et les gens sourient quand je le porte.

  2. Je suis (un peu) comme ça. Sauf que je fais des fautes de français (hormis « AU JOUR D’AUJOURD’HUI » que je ne supporte pas, et que mon cerveau retient (trop bien) les théorèmes et les dates… (et je gagne au Trivial Poursuit *_*)

    Sinon, il y a aussi l’éléphant qui n’a pas tant de culture que ça… (ie. qui raconte beaucoup de trucs faux), et qui fait un peu trop son éléphant. Celui-là, il est pire que tout !

  3. Tu sais quoi, j’allais justement te dire « arf je me reconnais un peu la-dedans ». Bon pas pour tout car des fois je manque vraiment de culture sur certains trucs, mais j’adore savoir plein de trucs différents, pouvoir partager. Parce que justement, c’est peut-être du détail, mais ça peut être chouette de savoir ça. Et comme toi j’ai eu des soucis à cause de ça et pris sur moi mais maintenant ça va mieux je pense. Enfin, ça dépend des moments 😉

  4. Merciiii les filles de me rassurer ! Parce que bon c’est pas toujours facile hein

    et je précise que je fais aussi des tonnes de fautes de français – surtout quand je parle j’invente des mots, que je suis nulle en questions sport au Trivial Pursuit (et histoire)

    bref. nous ne sommes pas seuls 😉

  5. Hey, je suis comme ça é_è Est-ce que je soûle les gens ? 🙁 (Par contre je ne retiens pas les noms des arbres et je ne joues pas au trivial poursuite mais pour les anecdotes, le savoir et le français…)

  6. moi je suis pas trop comme ça, mais j’adore tes images d’éléphants !
    et je trouve que ce qui fait la différence, c’est la manière d’amener son savoir : yen a qui te racontent ça comme un dico et ça fait « jojo la science », yen a d’autres, tu voudrais juste les écouter pendant des heures…
    et puis ptêtre qu’un jour cela te servira comme dans « Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devint millionnaire » (le livre qui a inspiré Slumdog millionnaire et est bien sûr beaucoup mieux).
    … tiens finalement ptêtre bien que moi aussi…
    😉

  7. Et bien moi qui suis arrivée là pour découvrir le syndrome de l’éléphant, j’ai bien aimé cet article, j’ai une mémoire très sélective et referme un livre lu en ayant déjà oublié le titre ou l’auteur…. et j’avoue que les « je sais tout » c’est parfois difficile à vivre car être perdant ou plus familièrement « mouché » avant même d’avoir commencé à s’exprimer c’est pas toujours facile à vivre… Par contre, prendre conscience de la gène dans laquelle on peut mettre les autres en étalant allègrement ses connaissances est une délicieuse façon. de se faire pardonner.
    La culture c’est merveilleux mais cela n’empêche pas l’intelligence et la sensibilité qui semblent être rassemblées dans cet article.
    Voila un petit blabla… pour laisser un blabla 🙂

  8. @Clara 🙂

    @Réglisse je suis quand même nulle aux trucs de questions pour un champion, mais sait on jamais…

    @Eléphant Ggris je doute que le nom de « syndrome de l’éléphant soit scientifiquement valide et que mon post ait répondu à cette question, mais merci de ce petit blabla 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *