Intime & Réflexions · Voyages

et après … ?

Ca fait plusieurs jours/semaines que je dois écrire ce post. Enfin « dois ». Disons qu’il est entre deux rives, entre deux envies: celle de garder une partie des choses pour moi, et d’attendre que tout se concrétise pour le partager ici, et celle de tout dire, tout raconter, parce que… et bien parce que c’est là, dans ma vie, chaque jour, que ça devient de plus en plus réel et que ça me ronde d’en parler.

Il y a un peu plus de deux mois, je quittais Paris et MonJob, pour venir m’installer à Bordeaux et commencer une (presque) nouvelle vie. Une ville que nous avions choisie à deux, pour un tas de raisons toujours valables (en tous cas en ce qui me concerne – j’aime vraiment beaucoup Bordeaux et sa région). Il y a un peu plus d’un mois, le Garçon et moi nous séparions. Les raisons de cette rupture ne sont pas à l’ordre du jour, mais il est très possible que certaines choses aient eu un impact sur les choix qui ont suivi.

Je me suis donc retrouvée fin Août, sans boulot, sans copain, dans une ville quasi inconnue (bon on va pas exagérer mais vous m’avez comprise). J’ai alors pris quelques jours pour faire le point, savoir où je voulais aller, ce que je voulais faire. A ce stade, à peu près tout est possible, puisque rien ne me retenait à Bordeaux, ni à Paris, ni ailleurs, je pouvais choisir d’aller où je voulais.

Je suis quelqu’un d’assez impulsif, capable de prendre une décision sur un coup de tête, pourtant je n’ai pas la sensation d’avoir pris celle ci de manière impulsive. J’ai d’abord vu deux choix: rentrer à Paris, où j’ai tous mes amis, des contacts professionnels, bref, ma vie. Ou rester à Bordeaux, trouver un job, refaire ma vie ici, parce que j’ai eu plutôt de bons contacts pro, parce que la vie y est plus douce, plus accessible, qu’il y fait bon vivre. Je n’arrivais à me voir ni dans l’un (retour en arrière, et les raisons qui m’ont fait quitter Paris sont toujours présentes) ni dans l’autre (cette vie à Bordeaux je ne la voyais pas seule, pas comme ça).

Très rapidement s’est dessiné un troisième choix. Celui qui me trottait en tête depuis des années, celui qui n’était pas possible avec le Garçon pour le moment mais qui était dans nos projets futurs. Et surtout dans mes projets passés. Cette troisième voie, c’était partir. A l’étranger. Vivre une expérience pendant un an, ou deux, ou plus, et faire enfin ce truc qui m’avait titillé depuis mon adolescence, depuis que j’ai (plus ou moins) choisi ces études pour pouvoir faire un métier qui me permettrait de voyager, de bouger comme je voulais. les destinations ? Berlin, ou Montréal. Je connais la première, je rêve de la deuxième.

L’issue de ce post est assez prévisible, de la même manière que tous mes amis et tous ceux à qui j’ai parlé de ce choix, la réponse a été rapide et sans appel: Montréal, la Belle Province. Quitte à partir, autant aller loin.

Voilà. Je suis donc en ce moment dans une vie à durée déterminée, un chez moi temporaire: trois mois de (sous)coloc pour affiner mon projet, pour me poser toutes les questions, aller voir Montréal, faire ma demande de visa. Restée à Bordeaux parce que je ne me voyais pas ailleurs en attendant, parce que je peux vivre de mon chômage, pour faire la transition, et mieux (re)partir. Quant à Montréal, j’y serai du 9 au 25 Octobre pour voir, pour confirmer ce que tout le monde me dit, commencer à m’y projeter pour de bon, prendre les premiers contacts boulot. Et si tout va bien, si je fais partie des quelques milliers de chanceux à avoir un PVT, je pars en Janvier 2013.

Pour certains c’est une décision qui peut paraître étrange, pour moi c’est devenu une sorte de nécessité. Partir, pour revivre un peu. Pour transformer cette séparation en quelque chose de positif. Pour aller au bout d’un rêve, même si ce sera dur j’en ai conscience, même si je vais perdre 40 degrés en 6 heures de vol, et ne plus pouvoir voir mes proches aussi facilement, même si il va falloir retrouver un(e) job, une vie aussi, là bas. Et je dois avouer que je suis arrivée à un stade où je ne me vois pas d’autre porte de sortie que ce départ. Alors on croise les doigts très fort pour que ça me plaise. Et que je réussisse à avoir ce f*cking visa.

To be continued…

Je voudrais remercier le chômage (et vous, travailleurs travailleuses) qui sponsorise ces quelques mois de transit, mes quelques économies et les billets pas chers d’AirTransat, sans qui tout cela ne pourrait être possible. Et souhaiter bon courage à mes parents qui vont m’héberger à nouveau pendant quelques semaines. Bonjour, j’ai à nouveau 18 ans…

– Les photos qui illustrent ce post n’ont rien à voir avec le sujet, elles ont été prises par Pingoo fin Août au Parc de St Cloud. Je les aime bien, alors voilà.
Tagged: , , , ,

48 Comments

  1. On croise les doigts alors.
    Et même si ça peut être effrayant, c’est tellement beau d’avoir ce champ des possibles devant soi…

  2. On croise les doigts alors.
    Et même si ça peut être effrayant, c’est tellement beau d’avoir ce champ des possibles devant soi…

  3. Moi ça me va très bien comme option, je viendrais te voir là bas 🙂 Tu sais ce que j’en pense et ça te fera le plus grand bien. Bon, on se revoit avant que tu partes hein ^^

  4. C’est con on avait des amis à Montreal, mais ils viennent de rentrer après un an passé là-bas. (Bon pour eux l’expérience a été différente, mais ils n’ont pas les mêmes boulots que nous)
    Mais je suis que tu trouvera plein d’expat pour te filer les bons tuyaux.
    Ne prends pas froid ! ^^

  5. J’ai eut envie de partir…
    Il y a un ans et demi, j’étais au même point que toi,un besoin de souffler de changer de voir autre chose, pour oublier le passé. J’avais tout prévus, le PVT, le copain avec qui partir, le boulot là-bas, mes cartes, une coloc, tout…
    La peur au ventre.

    Et j’ai rencontré Han Solo, j’ai eut un boulot au même moment : Je ne suis pas partie. Mon coeur en avait décidé autrement. Maintenant ma vie, ici, en Bretagne me plait… Pourtant je pense souvent à la vie que j’aurais pu avoir si j’étais partie au Canada car oui, moi aussi (comme beaucoup de français) je voulais aller là-bas.

    Je sais que je partirai, mais plus tard, pour le moment Han Solo n’est pas pres et moi j’ai mon très bon job… Bref, je te raconte ma petite vie, juste pour te dire qu’il faut que tu écoutes ton coeur, si tu hésites fait une liste de tes envies. Profite à fond, tu as vécus un moment dure dans ta vie, tu as besoin de changement et surtout de challenge !

    Fonce…La vie est bien faite même si souvent c’est une peste

    PS : C’est bizarre quand je poste ici, j’ai toujours l’impression d’écrire des postes décousus

    1. C’est pas décousu t’inquiètes ! et puis un blog et ses commentaires ça sert aussi à partager ses expériences…
      pas de regrets de ne pas être partie, c’est ce qui est le plus importrant je crois. et le Canada ne bougera pas aujourd’hui, vous aurez le temps d’y retourner (ensemble cette fois ?)

    1. J’ai vu ça pour Boston (tu vas rire mais j’étais persuadée jusqu’à hier que c’était à côté de Detroit… shame on me !!)
      Et de lire des expériences comme la tienne, ça motive !

      1. Ahah ! T’inquiete… j’apprends la geographie des Etats-Unis sur le tas (moi je placais Boston a la place de Chicago…. enfin pres d’un lac).
        Pareil si t’as besoin d’aide et de motivation : I’ll more than glad to help! (amercan style super friendly 😉

  6. Si tu savais à quel point je te comprend, je suis un peu passée par le même cheminement, sauf qu’au final ça a mis plus d’un an avant que ça se fasse. Question de timing, tout ça…

    En tout cas, ne t’en fais pas pour le dossier du PVT, je vais faire un article dessus pour bien tout expliquer (c’est un peu stressant à préparer parce qu’on a toujours peur d’oublier un truc mais c’est en fin de compte pas si pire…) et puis de toute façon on se voit à Montréal pour en parler de vive voix! 😉

    1. Je pense que si tout ça s’était passé plus tôt ç’aurait été long d’attendre le départ… mais l’essentiel est d’y arriver.
      J’attends ton post PVT avec impatience, et on se tient au courant pour se voir à Montréal 🙂

  7. Quel joli choix et quelle belle contrée, j’ ai failli y faire mes études.
    Je te souhaite de pouvoir y vivre les expériences que tu souhaite et d’ y être très heureuse. Je te verrai peut être a Aix avant ton départ qui sait 😉

  8. A lire tes tweets je m’étais bien rendu compte que j’avais du louper un épisode (ça c’est l’inconvénient des vacances), je suis en train de remettre les wagons dans l’ordre.
    C’est un sacré chamboulement tout cela mais si l’aventure quebecoise se concrétise cela peut-être un sacré plus culturellement parlant donc on va croiser les doigts pour toi !

  9. On ne se connait pas mais cela fait quelque mois que je te lis. Je viens de Paris mais j’habite à Montréal depuis 3 ans. J’ai suivi tout ton cheminement de Paris à Bordeaux jusqu’à ce post, et Montréal. Quelle surprise !

    Je suis contente pour toi, il y a une telle impression de renouveau quand on s’expatrie, tout est possible de nouveau ! Je trouve que c’est un bon choix et un bon timing.

    À la fin de l’année je fais le chemin arrière, je quitte Montréal pour rentrer à Paris. Si tu as besoin de conseils / trucs / adresses ou juste envie de discuter de cette expérience, n’hésite pas 😉

    1. Et bien bonjour ! c’est « cool » avec ces évènements je « découvre » plein de nouvelles lectrices !
      Je te contacterai avec plaisir si besoin, je suppose que tu as bien profité si tu y as passé 3ans. Bon courage pour le retour surtout…

      1. Ça c’est sûr j’ai beaucoup profité, c’était une expérience incroyable, je ne regrette rien ! Et puis ça m’a permis de prendre du recul sur la France et de me rendre compte qu’elle a suffisamment de bons côtés pour qu’on y retourne 😉

        Bon courage pour ton aventure !

  10. C’est marrant quand je me suis séparée de mon mec (il y a un an tout juste d’ailleurs), j’ai moi aussi senti ce vent de liberté souffler : je n’étais retenue par rien, tout était possible.
    Je suis arrivée un peu par hasard à Paris, mais cette sensation de liberté, c’est tellement rare, et tellement agréable…

  11. Je croise les doigts, alors ! Je crois que l’on a tous rêvé un jour de l’un de ces voyages… Bravo à toi de parvenir à l’initier.

  12. Mince je savais pas tout ça 🙁 Je suis désolée pour toi et le garçon et pour ce nouveau départ qui a tourné un peu court apparemment. Mais je pense que tu ne regretteras pas d’aller au bout de ton choix. Moi-même, je regrette de ne pas avoir les tripes pour repartir et cette fois ci à l’étranger. Des bisous !

  13. Je ne dois pas être la première à te dire cela, mais tu as fait à mon avis un très bon choix en choisissant Montréal, j’espère vraiment que la ville te plaira et tu pourras y vivre de belles choses, je te le souhaite !
    Après un an passé là-bas, j’y suis rentrée (forcée) depuis 3 mois et je n’ai qu’une chose en tête, y repartir… en septembre 2013 si tout se passe bien ! Et qui c’est, si la vie nous sourit, on s’y croisera même peut-être !
    Bon voyage et bon courage à toi et hâte de lire tes impressions 🙂

    1. J’ai vu que tu en revenais, en effet ! Et oui je te souhaite aussi de pouvoir repartir. Et on aura peut être l’occasion de se croiser à Aix avant vu que je rentre chez mes parents en Décembre 🙂

  14. Est-ce parce que je suis moi aussi sur des nouveaux départs ou est-ce juste comme ça qu’il faut le voir : vas-y, file vers l’avant. Je suis certaine que ce sera riche de tout ce qu’il faut 🙂 (hâte de connaître la suite ^^)

  15. Hey Miss, je prends aussi mon PVT pour 2013, direction… Montréal 😀
    Je quitte tout parce que ça fait 5 ans que je veux tenter l’expérience canadienne et que c’est now or never !

    1. J’ai cru comprendre ça dans ton comm chez zegreengeekette 🙂 c’est top !!
      Ya Camille (Fashion Gazette) qui se tâte aussi, on va faire une team blogueuses là bas 🙂 en tous cas on en discute qd tu veux (si t’as le temps la prochaine fois que tu dsecends, ou qd je monterai à Paris)

  16. Je suis également en pleine transition … en poste actuellement mais je recherche à trouver un emploi à l’étranger , ma démarche n’est pas forcement la même que la tienne car difficile de partir un mois sur place …
    J’espère que tu trouveras un emploi mais visiblement le Canada recrute pas mal , c’est le plein emploi là bas !

  17. Doigts et doigts de pieds croisés 😉
    j’ai de très bons amis là-bas, un couple franco-marocain qui a prêté serment pour avoir la nationalité ya qq mois, donc ils connaissent bien tout le cheminement administratif pour s’installer. Si jamais tu as besoin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *