Au quotidien

– jetlag –

(je suis pratiquement sûre d’avoir déjà écrit un billet avec ce titre, mais TANT PIS)

Au moment où j’écris ce post, il est presque 2 heures du matin en France. Alors je pourrais justifier par un foutu jetlag, mais on va dire que l’heure n’est pas trop à rigoler sur le sujet de « quelle heure est-il aux States » vu ce que les New Yorkais se prennent en ce moment sur la tête. Bref, tout ça pour dire que j’avais envie de changer un peu du sujet « Montréal » (même si j’ai encore quelques kilos de photos à refourger), et vous raconter ma vie fascinante.

Dans le genre « vis ma vie de SDF », j’ai appris en rentrant à Bordeaux que ma coloc me quittait prématurément (bon c’est pas tout à fait sa faute, mais je vais pas entrer dans le détail de la vie immobilière de cet appart), et que j’étais invitée à quitter  ma chambre avant la date prévue. Retour chez mes parents avant fin Novembre, donc, et plus que trois semaines à passer dans cette ville…

L’autre petite histoire marrante (parce que oui, il faut en rire tellement tout s’accumule, et que bon au final je suis pas non plus dans la vraie merde non plus) (hm), c’est qu’aujourd’hui je suis enfin allée chez Paul. Pas pour faire caca non, mais pour comprendre pourquoi je ne pouvais pas actualiser ma situation de chômeuse sur le fabuleux espace personnel de pole-emploi.fr. La surprise, c’est que je suis radiée depuis le 31 Août. Ah oui. Faute d’avoir actualisé ma situation à ce moment… sauf que je n’avais pas encore accès à mon espace personnel à ce moment. La blague. Et que je n’ai jamais reçu leurs courriers me prévenant de ma radiation.

La dernière aventure de la journée, c’est lorsque j’ai ouvert mon frigo pour prendre des vernis et refaire ma manucure. Ca sentait bizarre depuis quelques jours, et puis j’ai ouvert mon sac congélation à vernis, et j’ai compris.

 

Quinze minutes et 3 litres de dissolvant plus tard, j’ai cédé. Partie pour une tisane (nuit tranquille, tu vois j’essaye de chasser mon jetlag avec des méthodes naturelles) (même si ça marche pas vraiment), j’ai fini par craquer. Face à tous ces malheurs, les hommes ont heureusement inventé un truc ultime, la recette idéale pour chasser le bad mood du lundi soir… j’ai nommé les tartines grillées Nutella trempées dans du lait (froid) au chocolat.

Demain direction Paris, et puis Amsterdam, et puis re Paris, et puis peut être que je déferai ma valise un peu plus d’une semaine pour une fois…

Ou pas.

Tagged: , , , ,

8 Comments

  1. Bon courage miss! Souvent les merdes s’accumulent puis disparaissent pour laisser place à une meilleure vie…
    Bizarrement ces périodes ont toujours été « bénéfiques » et m’ont permis d’avancer dans la direction souhaitée!!(je dis ça parce que j’ai un peu de recul).
    Mais je sais qu’en attendant, il faut passer ces foutus moments! Alors encore, bon courage!!

  2. Tu prends les choses avec philosophie, c’est bien…
    Et je ne sais pas si c’est ta manière de raconter ou la vision de « loin » que j’en ai mais j’ai l’impression qu’il y a un petit côté aventurière et « tout est possible » dans ta situation du moment et ce n’est peut-être pas si désagréable… non ? (et même bénéfique comme le souligne Natacha plus haut)
    Enfin, bon courage tout de même ! 🙂

  3. Hugs, courage, etc etc. Pour Pôle Emploi, ça devrait rentrer dans l’ordre, non? Pour le reste.. Non, rien, hugs, c’est tout!
    Et à bientôt à Montréal.

  4. L’incompétence de Pôle Emploi, je me demande si il y a encore des gens dans le monde pour qui ça se passe bien avec eux.

    Courage pour cette période, j’ai connu ça et y’a toujours une bonne raison quand ça foire, tu verras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *