Montréal, Québec

changer

Seize mois à Montréal. C’est court, et c’est pourtant déjà une de mes plus longues relations – et elle n’est pas prête de finir. Loin de l’amour-haine que je portais à Paris ou de ma fascination pour Marseille, le lien s’est créé très vite avec Montréal. C’est une ville facile, qu’on aime rapidement, qui vous offre sa douceur de vivre et son ambiance particulière. Pas de cachotterie, elle s’offre à qui veut bien la prendre, et rares sont les personnes qui n’ont pas succombé.

En seize mois j’ai beaucoup changé. Ce n’est pas juste Montréal qui a joué, c’est des rencontres et des expériences nouvelles, mais j’aime à croire que rien de tout cela ne serait arrivé à Paris. Montréal a ce talent, si on sait s’y ouvrir, de révéler les choses positives, de prendre du recul sur le monde, de nous laver du stress et de l’agressivité qu’on trimballe dans la capitale métropolitaine. Avec l’impression de m’être (re)trouvée. L’impression qu’ici, tout peut arriver.

paris-posterLa faute – ou non – à mes deux colocs écolos et végétariennes, je fais beaucoup plus attention à ma façon de consommer. J’achète bio ou équitable quand je peux (et quand les produits me conviennent). J’essaye d’acheter local l’été (va trouver des fruits et légumes poussés au Québec en hiver ^^). Je prends du PQ et du sopalin recyclé, je mange moins de viande et quand j’en achète, c’est bio et sans antibiotiques. Je me suis surprise à pester contre l’absence de classification claire pour les oeufs – faque j’achète des oeufs bio pour être sûre que les poulets ont de l’espace pour se retourner.

Ici, c’est globalement plus facile d’acheter bio. On trouve de nombreux produits labellisés, à des prix tout à fait corrects. Et puis bizarrement j’ai commencé à me poser ici des questions que je ne m’étais jamais posées en France sur l’origine de ce que je mange. Ça me dérange de manger du poulet bourré aux hormones – pourtant en France je suppose que les animaux d’élevage bouffent autant de médicaments qu’en Amérique du Nord.

Dans le reste de ma consommation aussi je me surprends à me tourner vers des marques « made in Québec » – même si j’achète encore occasionnellement chez Zara, je n’ai pas mis les pieds chez H&M depuis des mois (exception faite de mon retour en France).  On est encore loin du tout local/tout bio, j’utilise toujours du make up Sephora, mais j’essaye de me tourner vers des cosmétiques plus naturels et non testés sur les animaux (ici c’est interdit pour les cosmétiques – Europe, prends en de la graine). Anyway niveau fringues, j’ai complètement abandonné mon look de Parisienne en robe et talons. L’hiver, c’est le confort et la chaleur qui priment, le reste de l’année aussi : on marche beaucoup, les stations de métro sont bien plus éloignées les unes des autres qu’à Paris, et j’ai acheté un vélo. Résultat: mes escarpins attendent sagement les rares occasions que j’ai de les sortir, ma collection de Vans s’agrandit, et j’envisage l’achat de Doc Martens pour l’automne prochain. Fini le jeu des apparences, et tant pis si j’ai l’air d’avoir 5 ans de moins (on me donne en général pas plus de 25 ans).

vans-montrealPolitiquement, le pays des Bisounours (je mets de côté les flics assez violents) et ses carrés rouges ont dû avoir raison de moi. Plus sérieusement, si j’ai voté (centre quand je le pouvais) à droite pendant plusieurs années, j’ai fini par me dire que si j’avais tant d’amis de gauche, y avait peut être quelque chose à comprendre. Comme le fait que mes valeurs ont toujours été à gauche malgré l’absence de leader capable de m’y faire croire. Merci les scandales et excès de la droite de ces dernières années d’avoir contribué à me dégoûter d’eux. Si je suis loin d’être aussi engagée, je me surprends à comprendre et partager les avis de certains de mes amis Mélanchonnistes, voire Anarchistes. Je crois que le Québec, loin d’être parfait, aurait beaucoup de choses à nous apprendre sur la manière de mixer social et libéralisme (on est en Amérique du Nord, ne l’oublions pas). Je regarde avec beaucoup de questionnements le FN gratter du terrain. Je ne comprends pas. Où est passée ma France ?

Je n’ai plus peur dans la rue le soir. En fait, je n’ai plus peur tout court. Ici, à part pour le vol de vélo (sport national), la délinquance est à peu près à zéro. Pas de harcèlement de rue, et tout le barouf qui a été fait là dessus sur Twitter me semble complètement fou par moment tellement ma réalité est différente – c’est à peine si on se fait regarder quand on porte talons et mini jupes – oh bonheur de la culture anglo-saxonne qui mixe allègrement et sans se poser de question jupe courte et décolleté le samedi soir sur le bas de Saint-Laurent. Ici, c’est pas un drame de coucher le premier soir. C’est pas un drame de coucher tout court. Les filles draguent autant que les gars, si c’est pas plus. Heureusement qu’on a importé quelques petits Français pour faire le premier pas – et les parte d’appartement ont des airs de soirées étudiantes. Il y a ce truc magique de se fréquenter avant de sortir ensemble, de s’essayer avant de parler d’amour, d’exclusivité, d’engagement. La vie est légère, on sort on s’amuse. On n’a pas peur, on verra bien ce que sera demain.

montreal-lumiereOn est tous des adulescents. Il règne une atmosphère d’insouciance, même si certains se posent pour faire des enfants, ça vient tôt, ou ça vient plus tard. Pas de stress, on a le temps. D’ailleurs, vivre en coloc est très courant ici – à 28 ans, à Paris, on vit en couple, ou dans un studio minuscule.

Je pourrais continuer la liste, longtemps. Il y a des choses qui se sont faites très naturellement, et dont je me questionne aujourd’hui sur le pourquoi ça s’est fait sans y réfléchir. Comme une évidence. Comme ces relations où tout est simple, facile, sans prises de tête ni remises en question. La néo-hippie en moi s’exprime, je retourne à mes amours d’adolescente, la maturité en plus. L’évolution n’est pas terminée, je pense, mais ça suit son chemin. Toujours dans le juste milieu, dans ce qui me semble bien, en essayant de faire évoluer et enrichir mes réflexions.

Voilà. Je regarde ces années Parisiennes avec un sourire. Celui qui sait que ce ne sera plus jamais comme avant. Car en seize mois (et presque deux ans loin de mon ancienne vie), j’ai appris deux choses très importantes : le lâcher-prise, et le goût de la liberté.

Tagged: , , , , , , , , , ,

11 Comments

  1. Une belle aventure et des apprentissages clé dis donc! Je t’envoie de réussir à lâcher prise…
    Je te souhaite que l’aventure ontinue le plus possible 🙂

  2. Ton article est très joli 🙂
    (et donne envie de venir au Québec – malgré l’hiver)
    (pour le FN qui gratte du terrain … c’est pas si étrange tant tout est un peu triste en ce moment en France…)(cf. tout ce que tu écris en comparaison france/québec! )
    (je crois que je veux venir au pays des bisounours *_*)(bon sauf que #moncopain a fait des études franco-françaises qui ne s’exportent pas)(argh!)

  3. J’aurais pu écrire ce texte à peu près pareil (même si j’aurais sans doute mis plus de parenthèses.)
    C’est chouette, la vie ici.

  4. Je me suis fais les mêmes réflexions quand j’étais là bas en vacances et j’ai garder ce côté lâché prise ce qui m’idd beaucoup À paris. Ma famille stress car à 30 ans je n’ai ni enfants, ne suis ni marié ni même une maison mais bon dieu ce que je suis 100000 fois mieux dans ma tête et dans mon corps depuis ! J’ai réellement adorer lire ton article ! 🙂

  5. Bravo pour ce joli texte, qui rassure et me fait sourire sur certain point.
    Il me rappelle quelqu’un.
    La France, n’est pas bien dans sa t^te en ce moment, mais il y a des gens et des jeunes merveilleux,
    seulement, on n’en parle pas.

  6. WHAOU ! Je te lis mais n’ai jamais pris le temps de laisser un commentaire (shame on me !). Tu écris merveilleusement bien, tellement bien même que j’attends avec impatience un autre de tes jolis articles !
    Même si je suis à Québec (et non pas à Montréal) que depuis 3 petits mois, je me retrouve un petit peu dans ce que tu décris.

  7. Tu me donnes encore plus envie de venir habiter à Montréal. Je n’ai que 16 ans mais j’ai des rêves plein la tête. Et je n’attends qu’un chose,d’être en 2016. Pouvoir enfin réaliser mon plus grand rêve qui est de vivre dans cette belle ville de Montréal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *