Intime & Réflexions

les petites cases

J’ai un problème avec les cases.

Tu sais, celles où on met les gens, avec des petites étiquettes pour savoir où et comment ranger, catégoriser, sélectionner, et indirectement, porter un jugement définitif.

C’est un jugement, que de mettre une étiquette. Une classification qui s’accompagne d’un tas d’a-prioris, de préconçus, de sous-entendus, et puis ça doit rester là toute la vie, sinon quoi. C’est comme si un jour on te disait, tu es là, et tu y restes, et même si tu voulais éventuellement bouger, tsé, t’es sûr parce que c’est compliqué, t’es bien là où t’es, t’es pas content c’est pour ça ? tu fais une petite déprime ? une crise de la quarantaine – ou d’adolescence tardive ?, et puis ça va déranger toutes les étiquettes qu’on a collées depuis le début là, si tu décides de changer ce qu’on pensait de toi, ça bouscule l’ordre établi, et après, on sait plus quoi faire – parce que tu rentres plus dans les cases toutes prêtes de la société.

J’ai un problème avec les cases, parce que je veux pas me sentir obligée de rester dans un cadre préétabli sous prétexte que « c’est comme ça qu’on a toujours fait », et « t’as fait des études », et puis « mais qu’est ce que les gens vont penser ».

Je viens de finir une formation en massothérapie. On me demande, et après, tu vas faire quoi ? Masser. Toucher des gens au coeur de l’intime. Continuer à me former pour les aider à aller mieux, dans leur corps, et peut être même un peu plus loin. Pourquoi pas reprendre d’autres études, en sexologie, cette fois, et en relation d’aide, parce que c’est difficile de s’arrêter une fois qu’on met le pied dedans, parce que je ne peux pas ignorer ce que j’ai traversé cet été. Et le marketing ? Je vais continuer, aussi, parce que j’aime ça, bidouiller des WordPress et engager les gens sur Facebook et rédiger du contenu et imaginer des stratégies. Parce que c’est bien beau la masso mais mon corps est pas fait pour tripoter des gens toute la journée, 39h par semaine, que ça draine, et que faut aussi manger. Parce que j’ai autant besoin de contact humain que de faire travailler mon cerveau, parce que rien ne m’empêche de partager mon temps, même si ça se fait pas, de quitter une job à 2500$/mois avec assurances et « responsabilités » pour un métier « manuel » aux revenus incertains.

Je me suis mariée au printemps dernier. Je ne parle pratiquement jamais de « mon mari », parce qu’à part une bague et une porte ouverte pour un visa*, ça ne change pratiquement rien à ma vie quotidienne. On s’aimait, on s’aime toujours ; on voulait faire notre vie ensemble, on le veut toujours; on a un joli appart plein de meubles IKEA ; ça arrive aussi qu’on s’engueule, qu’on doute, qu’on ne sache plus comment être deux. C’est une jolie case pourtant, mari et femme, on dirait qu’on est enfin rangé quelque part pour la famille et l’administration, et pourtant. Là aussi, ça fitte pas dans le cadre, de se marier avec juste ses amis, sans mairie ni robe blanche, un jour pluvieux d’Avril, en gardant son nom de « jeune fille »**. J’ai tendance à penser que le fait que je sois mariée ne regarde que Dany et moi. Mais ça surprend, souvent, ça bouscule les clichés, on essaye de comprendre.

copyright Jessica Boily 2015

Il y a la vie publique, et la vie privée. Dans ma vie « privée », il m’est arrivé à plusieurs reprises de poser comme modèle photo, pour des séances plus ou moins habillées. J’assume parfaitement avoir fait ces photos, elles n’ont rien de « vulgaire », mais pendant longtemps, j’ai utilisé un pseudo pour publier ces clichés, afin de cloisonner mes différentes existences. Mon identité professionnelle, publique, en webmarketing. Mon identité sur les média sociaux, ce blog, Instagram, Twitter, pour lesquels j’ai utilisé un pseudonyme, parce que je fais partie de cette génération qui a grandi sur les chats et les forums, à l’époque où le web social était un minuscule monde noyé d’anonymat. Je ne voulais pas « tout mélanger », parce que ça ferait pas joli sur un CV, mes live-tweets de Top Chef et mes réflexions d’insomnie – et que dire du fait qu’on trouve mes fesses sur les internettes.

Récemment, j’ai repris des cours d’effeuillage burlesque. J’envisage de monter sur scène un jour, j’espère dans pas si longtemps. Montrer mes fesses sur des photos, montrer mes fesses devant audience, qu’est ce que ça change ? J’aimerais, pourquoi pas, développer cette partie artistique au delà du passe-temps, me réaliser dans l’acceptation de mon corps et de ma féminité.

Plus le temps passe, et plus je décloisonne. Plus le temps passe, et plus « j’assume » l’entièreté de mon identité. Je ne suis pas « plusieurs », je suis une. J’ai de nombreux questionnements, bien sûr – comment présenter un CV si éclectique ? Qui voudra embaucher une femme avec deux métiers (et une tendance exhibitionniste) ? Qu’est-ce qui garantit à mon employeur que je ne vais pas lâcher l’un ou l’autre de mes métiers du jour au lendemain ? Où est la « constance » dans mon expérience et mon cheminement ? Comment présenter cette identité entière à mon avantage, et déjouer les éventuels craintes et préjugés qui seraient associées à mon profil ?

Si tout va bien, d’ici quelques semaines, je pourrais à nouveau reprendre une vie « normale », me tasser un peu, recoller les étiquettes, et rentrer dans la case. Si je le souhaite, il me suffirait d’envoyer des CVs joliment arrangés et passer quelques entrevues pour retrouver le chemin sur lequel j’étais en arrivant à Montréal, il y a deux ans. Je sens pourtant qu’il n’y aura plus jamais rien de « normal ». Trop de choses ont changé, profondément, qui m’interdisent de revenir en arrière.

On m’a parfois reproché mon « trop de transparence » ou de « spontanéité », on m’a aussi dit de faire attention, que ça pouvait être une faiblesse. Avec la mentalité Française, dans certains milieux professionnels peut-être ; ici, avec ce que je fais, je ne crois pas. Je souhaite au contraire croire que mon authenticité est un atout, une richesse autant sur le plan professionnel que dans mes relations inter-personnelles. Cela me fermera peut être quelques portes, mais je ne suis plus à ça près. Si on refuse de travailler avec moi parce que je suis moi-même, ça ne m’intéresse pas. Je ne veux pas m’entourer de gens qui se cachent derrière des profils types, qui ont à tout pris besoin de faire rentrer les gens dans des petites cases.

Si tout va bien, d’ici quelques semaines, je pourrais enfin construire ce projet multiple de ma nouvelle vie – devenir travailleuse autonome, partager mon temps (pourquoi pas) entre un emploi à temps partiel dans un spa, des clients à domicile, et des contrats à la pige en web-communication – et peut être, gagner aussi un peu ma vie en montrant mes fesses sur scène et devant l’objectif. Tout est possible. Je l’avoue, j’ai peur, mais j’ai hâte en même temps. Hâte de pouvoir sortir des cartes d’affaires sur lesquelles j’écrirais :

Elodie J. // massothérapeute, stratège-web

Mademoiselle LaNe // performeuse burlesque, modèle photo

 – Femme libre –

copyright Jessica Boily 2015

Photos Jessica Boily, 2015
Notes :
*Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, le fait de me marier avec un Québécois ne m’apporte pas automatiquement la citoyenneté Canadienne, même en tant que Française la demande de résidence permanente par parrainage (dans mon cas depuis l’extérieur du Canada – je reviendrais peut être là dessus un jour pour les explications) prend de 6 à 8 mois à être traitée. En attendant j’ai un permis visiteur ne m’autorisant ni à travailler ni à bénéficier de couverture santé, mais j’ai pu étudier sur une période courte (inférieure à 6 mois)
**Au Québec, depuis la Révolution Tranquille, c’est absolument normal de garder son nom. Légalement, on a le droit d’utiliser le nom de notre mari/femme comme nom d’usage – par exemple dans un cadre professionnel – mais sur le papier, on conserve son nom de famille original. 
Tagged: , , , , , , , , ,

13 Comments

  1. Hello Elodie,

    Ca faisait longtemps que je n’avais lu tes posts. Tout d’abord, Félicitation pour ton mariage. Ensuite, je trouve ton article aussi touchant qu’existenciel. C’est une vraie problématique: essayer de construire sa propre identité sans prêter attention aux autres. J’espère que cette liberté que tu t’es construite sera pérenne.

    Tchusssy et pleins de bisous (Je crois que c’est la 1ere fois que je t’écris « bisous »).

  2. J’aime ce billet. À la croisée de tes nombreuses décisions et non-décisions. J’aime cette évolution que l’on devine maladroitement et subjectivement au travers de tes posts.
    Je me suis mariée en petit comité, avec une robe bleue, à la mairie et la préparation a duré deux mois. Semblables et différents, apprendre à vivre ensemble est un chemin long. Mais tellement beau et profond.
    J’espère que tu vas mieux depuis cet été, la massothérapie me fascine moi qui aime soulager les gens par le contact.
    Tu continues à me faire réfléchir et à me remettre en question. Parfois cela me fais sourire et évoluer, parfois je grince des dents et je ferme les yeux pour ignorer ce qui me dérange. Comme tout à chacun je suppose.
    Pour finir, merci de te devoiler ainsi, petit à petit…

    1. Chacun son cheminement, chacun son ressentit, je ne m’attends pas à ce que mes lecteurs se retrouvent dans chacun de mes mots mais j’aime l’idée de pouvoir éveiller des réflexions, ce que tu décris très bien !
      Merci de me lire et merci pour ton joli commentaire, ça me fait chaud au coeur 🙂

  3. mais ça rassure les petites cases, les tu fais quoi dans la vie, les « oh moi aussi » 😉
    mariée depuis 4 ans, je n’ai pas changé de nom (why ?) et je ne porte pas de bague non plus, comme tu dis, c’était pour moi, pour certaines raisons, et je ne l’érige pas en symbole
    continue tes photos et ta multiple vie !

    1. J’ai lu ton post sur Paris, 19 novembre, et je comprends bien ça 😉 On a un peu eu la même histoire, prévenir les amis en dernière minute, se marier en robe bleue – on leur a même demandé d’apporter bouffe et alcool tellement on était fauchés.

      L’idée, je crois, c’est d’accepter qu’on puisse transgresser les cases, décompartimenter, s’affranchir des bordures. Me semble que toi aussi tu fais ça très bien !

  4. Je crois en la vie et au fait que toutes choses n’arrivent pas vraiment par hasard.
    Aujourd’hui, un jour sans. J’avais besoin de parler mais je suis à l’autre bout du monde et les confidents dorment à point fermé. Alors je me suis baladé sur la toile et je suis tombé sur ton article.

    C’était tout ce dont j’avais besoin.

  5. Hello chère Elodie, chère LaNe
    Très beau post, courageux et lucide, très belles photos, très attirante carte de visite 🙂
    Cet article intervient peu de temps après que, enfin, je me sois inscrite sur LinkedIn et que subitement, via les propositions du réseau (big brother bouh), tu sois apparue sur mon écran. IRL ou presque. Ça m’a fait bizarre!
    Ça fait longtemps que je me suis choisis, entre autres, l’adjectif « duelle » parce que moi aussi, je me sens plurielle. C’est beau, les personnalités complexes 🙂
    Alors bon vent sur la route que tu te choisis, quand tous les oeufs ne sont pas de le même panier, il y en a forcément qui sont ds le bon!
    Bises

    1. Les mystères de LinkedIn me fascineront toujours ! Récemment on m’a proposé d’ajouter qqn dont j’ai seulement le numéro de tel comme « contact ». Weird.

      Merci pour ton commentaire, duelle, plurielle, vive les oeufs et les paniers (et les omelettes) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *