2 Comments

  1. Je comprends cette perte de confiance en notre intuition. Souvent, quand tout va, j’ai l’impression que mon radar est bien réglé, que j’ai appris, de moi, des autres. Et puis tout s’écroule, et je me retrouve à me demander si je n’ai rien senti alors que j’aurais du sentir, si je ne me suis pas écoutée pour ne pas avoir peur, pour éviter … ou s’il n’y avait vraiment rien à sentir, rien à écouter, juste à vivre, puis à tomber. Et je me sens trompée, par les autres, mais surtout par moi, et mon intuition avec qui j’avais réussi à faire la paix et en laquelle j’avais confiance.
    Finalement, être « grand » c’est dur, on n’a jamais fini d’apprendre, les chutes font mal, mais se relever a un goût de victoire personnelle à chaque fois. Heureusement.
    Et un jour, on sera capables à nouveau de prendre une autre main, d’aimer et d’être aimées sans avoir peur de la suite.

  2. Lei

    Ma Doucette,
    Je te lis depuis des années. Tu as évolué.
    Mais tu restes sincère. Au sens latin : sine cera, sans artifices, sans vernis. Ta force est là, de connaitre tes fragilités, d’apprendre à vivre avec, à les apprivoiser.
    Tu trouveras ton chemin, bien sûr tu te tromperas encore, tu essaieras, brilleras et puis tu trouveras.
    Quand on essaie, qu’on se trompe, qu’on chute, qu’on aime, même si c’est douloureux, c’est qu’on est en vie. Qu’on vit. Intensément. Pleinement. En s’assumant.
    Tu vis Lane, va, vis et deviens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *