i love me

Je vous éviterai dans ce post le racontage de MyLife en version ma grande phase maladie de ces dernières 24 heures. En bref j’ai gagné 24 heures (un peu moins) de sommeil, avec des rêves tout chelous (et oui je me mets au termes hypes parisiens). Du genre avec des chiens méchants qui voulaient bouffer mon caniche. Et Blémia en mode coup de boule à un autre chat. Et une histoire de bus et de deuxième semestre à Dortmund, et de rafting (oui dans le même rêve). Enfin (et les psycothérapeutes en herbe peuvent y aller de leurs analyses) ont fait leur apparition en vrac : un cigare, mes parents, des cours de maths, une bande de mecs (jeunes) (19ans en fait) (vous voyez peut être à qui je fais allusion, d’ailleurs le cigare était dans la bouche d’un d’entre eux), des chiens et des chats (donc), et autres joyeusetés.

Enfin tout ça pour dire… je sais plus en fait. Suis à MonJob et je galère grave là, et j’ai hâte de retrouver MaColoc Gare de Lyon tout à l’heure 🙂

Edit : en fait je crois que j’allais écrire un truc sur moi même et que je m’aime à mort mais je sais plus trop pourquoi ni comment c’est venu. Sûrement de toute façon l’influence de gens autour qui s’aiment themselves et aiment leur nombril, et ne se lassent pas de le faire savoir. Non, je ne citerais pas de nom (c’est pas un article sponsorisé non plus !!), mais s’ils viennent un jour à lire ce blog ils se reconnaitront…