(one hundred million suns)

(Ce post est une réflexion inspirée par mes « rencontres » sur adopteunmec, et par des observations générales… Mon point de vue peut ne pas être partagé, mais bref. Je l’exprime quand même !! Et je reviendrais plus tard avec un post plus joyeux sur le Salon de l’Agriculture et le dernier film de Costa Gavras:  Eden à l’Ouest :))

Il y a dans ma génération une sorte de blase. L’absence d’idée du bonheur. La conscience des illusions.

Le couple est un concept qui nous dépasse, l’amour une chose qu’on souhaite éviter. A Paris, comme ailleurs, mais dans toute la démesure dont cette ville est capable, il y a ces gens qui couchent ensemble, vont au resto ensemble, passent de bons moments ensemble, mais ne sortent pas ensemble. Factuellement, pourtant, c’est une relation. Mais le couple, ce mot étrange et étranger, fait peur. On a oublié quel sens il avait, sinon celui de “faire des enfants et partager une vie”. Quid des histoires qui ne mènent nulle part ?

On les évite. On se fait croire que la relation n’en est pas une, pour éviter les souffrances qui s’ensuivent, d’avoir espéré, attendu, aimé, imaginé un futur possible. La vie qui s’effondre à ces moments là. Le coeur qui se brise. Le ventre mou.

Alors la non-relation. Pour se déjouer des clichés et empêcher les sentiments. Pas de fidélité puisqu’on est pas en couple. Pas de sentiments puisqu’on vit au jour le jour. Chacun sa vie, pas de comptes à rendre. On met le sexe avant tout. On se convainc qu’on ne partage que les bons moments, et qu’aller plus loin risque de tout gâcher.

Et au final ?

Peut être qu’on est toujours aussi seul. Mais on a pas l’impression. On partage avec d’autres yeux ce qu’on ferait seul, mais ça donne un peu plus de goût. On sait qui appeller lors des soirs de solitude. Mais on ne franchit pas les limites. On ne se manque pas. On ne se dit pas je t’aime, ou tu comptes pour moi. On ne parle pas de futur. Il existe, mais dedans on n’est pas deux.

Tout ça n’a pas de sens. Et il y a cette putain de question qui reste en suspens

pourquoi