Au quotidien

alors quoi

rosemont-5am

Alors, il se passe quoi dans ta vie pour que tu blogues plus ?

Bonne question. Je disais même à Camille il y a quelques jours qu’en ce moment elle blogue plus que moi. Niveau Instagram je suis aussi au ralenti avec une moyenne de 4 photos par semaine au lieu de au moins une par jour. Preuve que je me relâche : j’avais pas posté de photo de Dora depuis deux semaines (absence à laquelle j’ai remédié cet après midi).

Il se passe quoi, donc ?

Il se passe que c’est le début de l’été à Montréal. J’insiste sur « été » car si techniquement on est au printemps depuis 3 mois, ici c’est un concept qui se décline en deux phases : fin de l’hiver, et début de l’été. Faque si on résume les saisons au Québec ça ressemble à ÉTÉ – AUTOMNE – HIVER – ÉTÉ. Et qui dit début de l’été dit terrasses, festivals, jupes et shorts, vélo, arbres verts, parcs, glaces, sorties, copains, crémaillères, soirées… Bref, je suis rarement chez moi.

wheely-velo

Je vous en parlais dans un précédent post, j’ai adopté il y a un mois un vélo. Je pensais pas m’habituer si vite, mais c’est tout juste si je ne fais pas la gueule quand je dois prendre le métro pour descendre en centre-ville et que c’est trop loin/chiant pour y aller en pédalant. Je prends donc mon vélo pour aller à peu près partout, même sous la pluie, et même au bout du monde (dimanche je suis allée dans Hochelaga, à 10km de chez moi, où je ne vais même pas en métro tellement c’est loin). Je pense que je vais être bien frustrée lorsque je devrais le ranger cet automne (non je ne suis pas de ces fous qui pédalent par -20°).

Le début de l’été, c’est aussi Dora qui perd 4 kilos de poils par jour – brosser mon chat en espérant qu’il n’y ait plus de poils : le mouvement perpétuel. C’est notre balcon qui commence à ressembler à quelque chose après quelques sessions rempotage, et le « yard » devant notre immeuble qui ressemble au pire foutoir de verdure ever (on a un proprio un peu hippie). C’est laisser les fenêtres ouvertes tout le temps, avec les ventilateurs qui vrombissent doucement. C’est regarder les écureuils se bagarrer dans l’arbre en face, et Dora chasser les papillons de nuit (Dora est un dangereux prédateur ^^). C’est retrouver les orages qui donnent à la ville des airs de fin du monde au milieu de deux semaines de 30°C soleil – et subir depuis deux jours ce que Météo Media appelle une « douche froide » (ils sont rigolos le météorologues québécois), ie un bout d’automne qui nous crache sa bruinasse venteuse depuis 48 heures (j’ai failli faire une tentative d’hibernation). C’est mon nouveau boulot qui prend pas mal de temps.

orage

bakcon

vert

Et puis c’est un lundi matin où réveillée à 10h30 par des bruits inhabituels dans ma rue j’ai ouvert la fenêtre sur une dizaine de camions de pompiers et presque autant d’ambulances et voitures de flics. Dans l’air une odeur de fumée, des cris, des flammes qui dépassent les arbres et laissent une ombre ocre sur le bitume. À quelques dizaines de mètres de chez nous de l’autre côté de la rue, un immeuble de 3 étages a entièrement brûlé, suite à une explosion dont on ne connait pas encore la cause. Lundi en début d’après midi, il restait à la place un tas de cendre et de débris. Et une personne décédée.

J’en ai parlé sur Facebook et Twitter, je me répète peut être ici mais ça m’a vraiment choquée. Ici les maisons (en bois) brûlent très facilement, et même si c’était un incendie assez exceptionnel à cause de l’explosion, ça fait peur de voir comment on peut tout perdre en seulement quelques heures. Au passage, le truc le plus impressionnant reste le travail des pompiers qui ont réussi à empêcher le feu de se propager aux immeubles attenants.

incendie-villeray2

incendie-villeray

Voilà, ici Montréal, tout va bien, on rend l’antenne pour cette fin de semaine, on lâche l’écran, et on va profiter de la ville qui se réveille…

Montréal, Québec

changer

Seize mois à Montréal. C’est court, et c’est pourtant déjà une de mes plus longues relations – et elle n’est pas prête de finir. Loin de l’amour-haine que je portais à Paris ou de ma fascination pour Marseille, le lien s’est créé très vite avec Montréal. C’est une ville facile, qu’on aime rapidement, qui vous offre sa douceur de vivre et son ambiance particulière. Pas de cachotterie, elle s’offre à qui veut bien la prendre, et rares sont les personnes qui n’ont pas succombé.

En seize mois j’ai beaucoup changé. Ce n’est pas juste Montréal qui a joué, c’est des rencontres et des expériences nouvelles, mais j’aime à croire que rien de tout cela ne serait arrivé à Paris. Montréal a ce talent, si on sait s’y ouvrir, de révéler les choses positives, de prendre du recul sur le monde, de nous laver du stress et de l’agressivité qu’on trimballe dans la capitale métropolitaine. Avec l’impression de m’être (re)trouvée. L’impression qu’ici, tout peut arriver.

paris-posterLa faute – ou non – à mes deux colocs écolos et végétariennes, je fais beaucoup plus attention à ma façon de consommer. J’achète bio ou équitable quand je peux (et quand les produits me conviennent). J’essaye d’acheter local l’été (va trouver des fruits et légumes poussés au Québec en hiver ^^). Je prends du PQ et du sopalin recyclé, je mange moins de viande et quand j’en achète, c’est bio et sans antibiotiques. Je me suis surprise à pester contre l’absence de classification claire pour les oeufs – faque j’achète des oeufs bio pour être sûre que les poulets ont de l’espace pour se retourner.

Ici, c’est globalement plus facile d’acheter bio. On trouve de nombreux produits labellisés, à des prix tout à fait corrects. Et puis bizarrement j’ai commencé à me poser ici des questions que je ne m’étais jamais posées en France sur l’origine de ce que je mange. Ça me dérange de manger du poulet bourré aux hormones – pourtant en France je suppose que les animaux d’élevage bouffent autant de médicaments qu’en Amérique du Nord.

Dans le reste de ma consommation aussi je me surprends à me tourner vers des marques « made in Québec » – même si j’achète encore occasionnellement chez Zara, je n’ai pas mis les pieds chez H&M depuis des mois (exception faite de mon retour en France).  On est encore loin du tout local/tout bio, j’utilise toujours du make up Sephora, mais j’essaye de me tourner vers des cosmétiques plus naturels et non testés sur les animaux (ici c’est interdit pour les cosmétiques – Europe, prends en de la graine). Anyway niveau fringues, j’ai complètement abandonné mon look de Parisienne en robe et talons. L’hiver, c’est le confort et la chaleur qui priment, le reste de l’année aussi : on marche beaucoup, les stations de métro sont bien plus éloignées les unes des autres qu’à Paris, et j’ai acheté un vélo. Résultat: mes escarpins attendent sagement les rares occasions que j’ai de les sortir, ma collection de Vans s’agrandit, et j’envisage l’achat de Doc Martens pour l’automne prochain. Fini le jeu des apparences, et tant pis si j’ai l’air d’avoir 5 ans de moins (on me donne en général pas plus de 25 ans).

vans-montrealPolitiquement, le pays des Bisounours (je mets de côté les flics assez violents) et ses carrés rouges ont dû avoir raison de moi. Plus sérieusement, si j’ai voté (centre quand je le pouvais) à droite pendant plusieurs années, j’ai fini par me dire que si j’avais tant d’amis de gauche, y avait peut être quelque chose à comprendre. Comme le fait que mes valeurs ont toujours été à gauche malgré l’absence de leader capable de m’y faire croire. Merci les scandales et excès de la droite de ces dernières années d’avoir contribué à me dégoûter d’eux. Si je suis loin d’être aussi engagée, je me surprends à comprendre et partager les avis de certains de mes amis Mélanchonnistes, voire Anarchistes. Je crois que le Québec, loin d’être parfait, aurait beaucoup de choses à nous apprendre sur la manière de mixer social et libéralisme (on est en Amérique du Nord, ne l’oublions pas). Je regarde avec beaucoup de questionnements le FN gratter du terrain. Je ne comprends pas. Où est passée ma France ?

Je n’ai plus peur dans la rue le soir. En fait, je n’ai plus peur tout court. Ici, à part pour le vol de vélo (sport national), la délinquance est à peu près à zéro. Pas de harcèlement de rue, et tout le barouf qui a été fait là dessus sur Twitter me semble complètement fou par moment tellement ma réalité est différente – c’est à peine si on se fait regarder quand on porte talons et mini jupes – oh bonheur de la culture anglo-saxonne qui mixe allègrement et sans se poser de question jupe courte et décolleté le samedi soir sur le bas de Saint-Laurent. Ici, c’est pas un drame de coucher le premier soir. C’est pas un drame de coucher tout court. Les filles draguent autant que les gars, si c’est pas plus. Heureusement qu’on a importé quelques petits Français pour faire le premier pas – et les parte d’appartement ont des airs de soirées étudiantes. Il y a ce truc magique de se fréquenter avant de sortir ensemble, de s’essayer avant de parler d’amour, d’exclusivité, d’engagement. La vie est légère, on sort on s’amuse. On n’a pas peur, on verra bien ce que sera demain.

montreal-lumiereOn est tous des adulescents. Il règne une atmosphère d’insouciance, même si certains se posent pour faire des enfants, ça vient tôt, ou ça vient plus tard. Pas de stress, on a le temps. D’ailleurs, vivre en coloc est très courant ici – à 28 ans, à Paris, on vit en couple, ou dans un studio minuscule.

Je pourrais continuer la liste, longtemps. Il y a des choses qui se sont faites très naturellement, et dont je me questionne aujourd’hui sur le pourquoi ça s’est fait sans y réfléchir. Comme une évidence. Comme ces relations où tout est simple, facile, sans prises de tête ni remises en question. La néo-hippie en moi s’exprime, je retourne à mes amours d’adolescente, la maturité en plus. L’évolution n’est pas terminée, je pense, mais ça suit son chemin. Toujours dans le juste milieu, dans ce qui me semble bien, en essayant de faire évoluer et enrichir mes réflexions.

Voilà. Je regarde ces années Parisiennes avec un sourire. Celui qui sait que ce ne sera plus jamais comme avant. Car en seize mois (et presque deux ans loin de mon ancienne vie), j’ai appris deux choses très importantes : le lâcher-prise, et le goût de la liberté.

Au quotidien · Montréal, Québec

lettre d’introduction

skyline-montrealJe réalise pas vraiment je crois, il est 1 heure du matin et je suis un peu en train de pleurer dans mon lit en me disant toutes les 30 secondes « merde c’est réel », et je réalise tout ce que j’ai porté ces derniers mois.

J’ai eu le mail cet après midi qui disait « vous avez un message dans votre compte MonCIC », mais j’étais en train de faire autre chose et j’avais pas le temps de regarder alors j’ai dit « on verra plus tard, en rentrant », et j’ai oublié. Ca parait un peu débile d’oublier un truc qu’on attend depuis des mois, mais c’est ça, comme si à force de plus y croire, à force de me trouver face à un mur et d’essuyer les plâtres des coups que je prenais, ça avait perdu de l’importance. Les gens autour vous diraient que j’avais l’air d’aller bien, l’air de pas me faire de soucis, et c’était vrai. J’attendais plus vraiment, le dossier était en cours, je savais que « normalement » ça allait passer, que « normalement » c’était accepté, que c’était une question de jours. Et les jours passaient, et je me fie plus aux « normalement » depuis Décembre 2013 – ya eu beaucoup trop de « normalement » qui ont pas fonctionné comme prévu.

Depuis plusieurs mois je vis comme si la vie continuait, mais au dessus de moi plane cette incertitude, la réalité qui te rappelle que t’es en sursis, tant qu’une solution n’aura pas été trouvée, tant qu’une décision n’aura pas été prise, qu’on est juste des  immigrés acceptés là par la décision d’un type de l’administration qui sait à peine qui on est. Ca rend humble, ce genre de truc, et je vous assure qu’en tant que Français au Québec, on est très bien considérés. Alors on remet en perspective…

Et puis ce soir en me couchant, je me souviens tout d’un coup que j’ai un message à lire, un message de l’immigration qui peut faire à nouveau tout basculer. Alors j’ouvre mon ordi, je me connecte et ça dit « accepté ». Ca dit que mon Jeune Pro pour la Pépinière, compagnie dans laquelle un ami m’a proposé de m’intégrer, a été validé. Que j’ai un PERMIS DE TRAVAIL pour au moins un an.

Il est minuit quelque chose et j’ai envie de crier mais ya Camille et Fanny qui dorment, alors je fais ce que tout le monde s’attend à ce que je fasse pour partager mes émotions : je poste ça sur Facebook, et Twitter. En France c’est le matin, en Inde aussi et ya Marion qui twitte cet article dans lequel elle parle de Matt, Matt disparu depuis 6 mois, Matt qui a été retrouvé, Matt qui est parti pour toujours ; et en lisant les lignes je me mets doucement à pleurer. Ca sort, ça s’arrête plus, je devine dans ses mots tout ce qu’elle peut ressentir, je lis la tristesse, et aussi le soulagement, et je lis l’amour, et je repense à Rémi disparu il ya plus de deux ans, au texte qu’avait écrit Emilie pour lui rendre hommage. Je pense à ces au-revoir dont on ne sait pas quand on se reverra, si on se reverra un jour, et tout ce qui peut se passer. Je pense à comment parfois la vie nous joue des tours, et que c’est la vie. Et je pleure parce qu’au milieu de cette tristesse et de ces larmes que je ne comprends/contrôle pas, il y a la joie, je me dis « merde c’est fait, je l’ai ce fucking visa,  je vais pouvoir retravailler, je vais rester à Montréal » et j’ai le ventre qui se serre, et je pleure à nouveau. Je voudrais fêter ça avec quelqu’un mais ya personne – que Twitter qui fav et Facebook qui like, et je vais jusque dans la cuisine pour faire un câlin à Dora avec les yeux mouillés.mauritie-avril-2013-snowmanCa sort par à coups et je crois que c’est un peu comme quand j’ai perdu mon boulot – et mon visa par la même occasion – je vais mettre quelques jours à réaliser que ça y est, c’est (presque) terminé ; que je suis à quelques semaines de demander la résidence permanente, que ça y est, le Canada, « normalement », c’est à durée indéterminée.

Ca fait encore beaucoup de « normalement » à acquérir avant d’arriver au Saint Graal de la RP, mais on y croit.

Je sais pas quoi dire, je pense à Marion et Matt, et je pense que pour moi tout est enfin arrangé, et je suis toute mélangée avec ce gros bordel émotionnel en dedans. Comme dit Lauriane « c’est le stress qui se barre, c ‘est comme quand tu crèves une ampoule ya plein de liquide qui sort et c’est pour la bonne cause ». Et elle a sûrement raison…

Intime & Réflexions

oiseaux de nuit

Klo écrit que la lune est pleine et remplie de corbeaux. Cette nuit la lune est pleine et remplie de mes mots, l’air chargé d’humide et la pluie qui ruisselle sur les feuilles de l’arbre. La ville respire au ralentit, slow motion sous l’orage nocturne. Respiration.

Je rêve.

Je rêve à tatouer mes bras de lignes et de mots, des traces sombres sur ma peau claire, des dessins d’enfant cicatrice entre mes grains de beauté. Je rêve de voyager, loin, ou juste ailleurs, prendre un avion ou un train ou juste la route et suivre cette ligne blanche jusqu’à ce qu’on arrive au bout – mais il est où, le bout, ya-t-il une fin à cette route – et vraiment, est-ce là le but du voyage. Je rêve que l’Océan soit moins large, et parfois non. Je rêve à me perdre encore dans ces nuits troubadour ; me trouver dans des bras anonymes, respirer le parfum de ces presque inconnus, la senteur de l’intime ; et j’aimerais revoir cette fille aux cheveux d’ambre. Je voudrais fermer les yeux et écouter la musique bruisser jusqu’au bord de mes pores, jusqu’au fond de mon ventre, s’enfoncer va et viens comme une danse indécente ; absorber les beats pour devenir l’instant ; exutoire fantastique. Je voudrais me fondre quelque part entre la fin de la nuit et le point du jour, oublier la fatigue, et redécouvrir le monde au premier jour des lueurs de l’aube – vue d’une terrasse du Mile-End. Je.

Alors le jour. Dans nos yeux fatigués se reflète le soleil. On voudrait se reposer quand on sera morts mais les corps las les pieds brûlés la redescente – et le retour à la réalité. Il est 6 heures, Montréal s’éveille. Il est temps pour nous d’aller se coucher…

Au quotidien

alors on est allés voir la mer

metro

C’est toujours trop court. Le temps de se dire salut ça va, de rattraper les nouvelles, ton visa, ton boulot, les amours, et on commence à peine à parler de vraies choses – des choses dont on discutait quand on se voyait, avant – que c’est déjà le moment de se dire au revoir. Next. Traverser Paris sous terre, les lignes s’enchaînent et se ressemblent toujours un peu, je connais presque par coeur le tracé des couleurs sur le plan, changement, couloirs blancs, les 4×3, l’odeur de la pisse. Raconter pour la 5e fois la même chose, répétition absurde qu’on enchaîne pourtant presque avec plaisir, parce que ça fait du bien de se voir. Vraiment. C’est frustrant, aussi, parce qu’il suffit d’un mauvais jour, d’une fatigue passagère, et on se loupe – c’est la vie. La sensation d’avoir raté quelque chose, alors, et l’impression d’être vide – vide d’avoir beaucoup donné, et peu reçu, vide d’avoir raconté, encore et encore, la vie, vide des kilomètres avalés, de l’enchaînement des personnes, de toutes ces retrouvailles toujours trop courtes, ces déjeuners trop rapides, ces sujets dont on a oublié de discuter. La fatigue, les nuits trop courtes et les réveils bouffés par le décalage horaire, les verres de vin et de bière qu’on enchaîne, les cafés, les bars, les restaurants. Et les amis, ceux qui se plient en quatre pour qu’on puisse se voir malgré mes changements de programme et mon planning chargé, ceux qui t’hébergent en dernière minute, ceux qui font des madeleines et sortent du saucisson, ceux qui parlent de cul trop fort dans le resto, ceux qui t’emmènent dans un café des chats (parce que je suis bien la seule personne qui trouverait ça cool), ceux qui se sont mariés, ceux à qui tu sais pas trop comment dire qu’ils te manquent, vraiment, ceux qui.

Un TGV pour Nantes. J’avais besoin d’air après ces quelques jours à Paris, besoin de me poser, loin du métro, loin de l’hôpital et des petits vieux Alzheimer du service où était ma mère, arrêter les aller-retours, les gens, juste être là, mettre mes pieds dans le sable. J’avais décidé de faire ce détour, profiter d’être là un peu plus longtemps, pour une fois, pour aller dire bonjour à l’Océan, rouvrir une parenthèse.

noirmoutierpieds-sable

C’est toujours délicat, des retrouvailles avec quelqu’un à qui on a dit au revoir il y a presque un an, sans savoir quand serait la prochaine fois. C’est cette boule au ventre, l’excitation mêlée de crainte, et le temps compté : deux jours, 48 heures, un peu moins de 3000 minutes. Va-t-on avoir des choses à se dire ? S’engueuler pour des conneries ? Enchaîner les discussions vides ? Ou bien.

On a pris la voiture, direction Noirmoutier. La destination au hasard, Guérande et le Morbihan, je connais, alors on a choisi la possibilité d’une île. Le temps de traverser des champs et des marais, et ce pont au dessus de l’eau boueuse à marée montante, et on y était. Des rochers granites, du sable couvert de coquillages et des galets pour faire des ricochets. Il faisait bon, sous le vent, derrière les arbres,  je perdais complètement au jeu de la comparaison des tâches de rousseur – le soleil me manque, et l’Océan, et nos sourires. J’ai beaucoup souri, je crois, parce que j’étais bien là sur cette plage face à la marée haute, parce qu’on a discuté de tout et de rien, parce qu’on s’est même pas pris la tête sur nos divergences politiques. On a mangé dans un resto presque choisi au hasard, au moment de payer l’addition on a parlé de Montréal avec les proprios – de comment c’est bien, là-bas, de la ville souterraine, de la mentalité. Et puis le lendemain il pleuvait, alors on est rentrés à Nantes et on s’est baladés sur les bords de l’Erdre et dans les ruelles, je voulais manger des crêpes mais c’était pas aussi bon que dans mon souvenir, et puis on est allés voir cette grande flaque derrière l’aéroport, une grande flaque pleine d’oiseaux et baignée de soleil, et c’était beau. Alors il a fallu partir, un avion pour Marseille, vol nocturne. Dire à nouveau au revoir sans savoir quand serait la prochaine fois. Pas vraiment savoir quoi se dire, finalement, parce que fuck les au revoirs, parce qu’un quai de métro, une chambre baignée de soleil, un hall d’aéroport, aucun lieu n’est vraiment fait pour ça.

Tu as remarqué comme vu d’avion, la nuit, toutes les villes ressemblent à des îles… ?

aeroport-nantes

flou-avion

Intime & Réflexions · Voyages

deux semaines

air-transat

Voilà, je suis en France. Non, c’était pas prévu, c’est pas non plus un souci de Visa, ni un retour définitif (ouf). Ma maman a eu un accident de vélo lundi dernier – un accident stupide d’enfant qui s’amuse avec ses copines, une chute version soleil, un voyage en camion rouge avec de jolis pompiers, un passage en chirurgie. Bassin fracturé, poignet cassé, immobilité forcée, plusieurs mois de rééducation à venir, et un voyage prévu au Québec en Mai pour me voir reporté jusqu’à nouvel ordre. J’ai reçu le texto de mon père, et puis j’étais là le ventre serré et puis on s’est parlés au téléphone. J’ai vu ma mère sur un lit d’hôpital, coincée. J’ai imaginé ma mère immobilisée, et comment ça devait la rendre dingue. J’ai senti comme elle devait être triste et en colère de pas pouvoir me voir.  J’ai pas trop réfléchi. J’ai pris un billet d’avion pour dans trois jours, et je suis rentrée. Puisque ma mère ne pourra pas venir à Montréal, c’est Montréal qui viendra à elle.

Deux semaines, comme une éternité. J’ai prévenu mes amis, vu en coup de vent ceux qui vont me manquer, pensé fort à ceux que je pouvais pas voir. J’ai prévenu ma coloc, changé la litière du chat, fini d’installer Albert le nouveau lave-vaisselle, fait le chèque du loyer, envoyé mes impôts, payé mes factures. J’ai mis des robes et des sandales dans ma valise, et pris beaucoup trop de fringues que je porterai pas, comme d’habitude, en me disant que ça me limiterait en shopping (comme d’habitude). J’ai texté les copains de France et pris des billets pour Paris – pour voir les amis, ceux qu’on a vu à Noël, ceux qu’on verra cet été, ceux qui disent « on viendra te voir » et qui n’ont pas l’argent/le temps/autre et dont on a arrêté d’espérer la visite ; et puis deux jours pour aller mettre mes pieds dans l’Océan et respirer l’air iodé, parce que ça fait bien trop longtemps.

depart-montreal

Alors voilà. Je suis chez mes parents. Je sais pas si c’était le truc le plus sensé à faire à ce moment mais c’était la seule chose dont j’avais envie, la seule chose qui me semblait à faire dans ces circonstances, une évidence. Le vol a été long. L’attente à l’aéroport a été longue. J’ai eu envie de m’endormir, plusieurs fois, malgré la douche et le café, et je me suis endormie – pour pas longtemps, parce qu’il fallait partir à l’hôpital, en moto pour éviter les embouteillages, même que j’ai cru que j’allais tomber tellement j’étais fatiguée. Et puis je suis arrivée avec mes 7 heures de vol et mon jetlag dans la gueule, et j’ai vu le sourire sur le visage de ma maman, ce sourire au dessus des draps bleus, dans cette chambre franchement pas joyeuse, avec cette vieille dame quasi momifiée juste à côté, et j’ai su que j’avais bien fait.

C’est bizarre d’être là. Partie si vite que j’ai pas eu le temps de m’y préparer. Deux semaines loin de Montréal, loin de mes amis, loin de Dora, loin de ma vie. Ils me manquaient déjà avant même de partir, et je sais que je serai heureuse de rentrer, en attendant, je profite d’être là. Ici, comme toujours, la sensation d’être partie hier, que rien n’a changé. Ici, les arbres verts purs, le ciel bleu, le soleil pour chauffer mon visage. Ici les pubs avec Tony Parker pour vendre des voitures et Tony Parker qui sort sa ligne de vêtements. Ici le Sud, les gars en full-look survêt’ et les filles trop maquillées, les gens qui parlent fort, les magasins bondés où on te dit pas bonjour. Ici la bouffe qui a du goût, le vin pas cher, les restos pieds dans l’eau, vu sur Marseille. Ici la France. Ici mes origines.

niolon

Je parle beaucoup trop de Montréal. Je dis « au Québec on », et je m’en veux d’avoir repris trop vite mon accent et mes expressions françaises – même si parfois j’hésite sur un mot, me disant qu’ils ne vont pas comprendre. J’ai envie de dire à ma mère et à ma famille d’arrêter de me demander si j’ai un copain, parce que non. J’ai envie de dire à mon père qui fronce les sourcils sur l’achat d’un lave-vaisselle alors que j’ai pas de boulot que non, y a pas à s’inquiéter. De leur raconter ma vie, la vraie, ma liberté, comment chaque jour qui passe est plein de surprises et de petits bonheurs, comment beaucoup de choses ont été bousculées mais que c’est bien. Je suis chez moi comme en jetlag, lieux familiers, rien n’a changé, et pourtant tout. Ce tout en dedans, ce tout bien plus profond, ce qui me fait, moi.

Deux semaines.

aix

Intime & Réflexions

les imperfections (ce qui est beau)

C’était un soir et il neigeait alors que le jour d’avant il faisait 27°C et qu’on s’était pris un orage sur la tête – mais c’est comme ça à Montréal, tu sais, la météo elle est toute croche en ce moment, on sait plus comment s’habiller  ça a pas d’allure -, j’écoutais la playlist 8tracks vraiment coule que m’a fait découvrir ma coloc en écoutant la neige tomber sur les fenêtres et en me disant qu’Andrew Bird c’est vraiment bien, que je suis frue de pas avoir vu Half Moon Run en concert – vraiment -, et que le chou-fleur ça pue – parce que j’ai fait du chou-fleur. Et puis y a quelqu’un qui a liké une vidéo partagée par quelqu’un d’autre sur Facebook – tu sais les petits news dans la colonne de droite, où c’est écrit « machin a liké le status de truc » et « bidule est maintenant ami avec chose » – et puis c’était cette vidéo.

Alors c’est du Queb’ et vous allez pas tout comprendre sûrement, mais c’est beau. C’est beau parce que cette langue elle me caresse l’oreille, et plus encore, n’en déplaise à ceux qui trouvent cet accent dégueulasse, moi j’adore sa musique et ses expressions. C’est beau parce que c’est comme un poème, de ces textes écrits à la va vite sur un coin de carnet, une nuit où on arrive pas à trouver le sommeil. C’est beau parce que cette phrase, et la suite, et le reste.

« Parfois on oublie que c’est quand on s’trompe que c’est beau
Qu’on est vulnérable que c’est beau, c’est quand on s’trompe pis qu’on sait pas trop
C’est ça qui est beau »

J’ai jamais vraiment aimé les gens parfaits. Je déteste quand c’est lisse. Quand c’est tout plate et tout brillant, y a pas d’aspérités, pas de défauts, pas de rebords où s’accrocher le coeur et gratter un peu. Moi j’aime les gens qui sont capables de montrer leurs faiblesses – les petites, les jolies, les moins jolies, celles qui font d’une personne ce qu’elle est, un caractère en relief avec tout ce qui la compose. Moi j’aime les petits défauts, les trucs un peu croches et maganés. J’aime gratter la couche supérieure pour voir ce qu’il y a dedans, ce qui se cache sous le vernis, sous les apparences qu’on se donne, la première fois, et peler doucement les couches pour m’attacher à ces choses-là plus fragiles.

J’aime pas les premières fois. On essaye tous – plus ou moins consciemment – de se montrer sous ce qu’on croit être notre meilleur jour, de paraître plutôt que d’être, de jouer le rôle qu’on pense que l’autre voudrait nous voir jouer. On se pare, on se maquille, on enfile le costume trois pièces et les talons qui vont bien ; c’est que des apparences vous me direz ; et puis on se glisse dans la peau d’un nous démembré, un nous amputé, un peut-être-même pas nous.

Je crois que je suis un peu trop intense, là-dessus. Intense voir même intolérante, parce que je suis une nazie du naturel. Pas du naturel genre venez comme vous êtes-pas lavés-débraillés-poilu, non. Nazie comme je déteste découvrir plus tard qu’en fait, la personne que j’ai rencontré la première fois, bah, c’était pas elle. Un ersatz pseudo-amélioré. Un truc calculé pour me séduire. Surtout si ça a fonctionné. Je veux dire, oui, on est tous plus ou moins nous-mêmes, la première fois, évidemment qu’on montre pas tout, qu’il ya le politiquement correct, qu’il faut protéger les apparences, qu’on s’adapte au contexte et à l’interlocuteur et qu’on crie tous intérieurement « aimez-moi ». Mais je crois que la sincérité paye. Je crois qu’on devrait tous être capables d’assumer la part croche de notre nous-même, et pas jouer un rôle – juste choisir les morceaux qu’on va dévoiler, pas (se) mentir, pas feinter.

Au fond, je sais très bien que c’est impossible, mon affaire. Ya qu’à voir comment du jour au lendemain quand on quitte quelqu’un qu’on a aimé on a l’impression que c’est une autre personne – alors qu’on se connaissait par coeur ; et comment mes anciens collègues avaient une vision de moi assez déformée – comme quoi on a des masques et des costumes pour chaque rôle qu’on tient, chaque période de notre vie, chaque pièce à jouer. Je suis la première à m’habiller pour afficher une part de moi qui m’arrange dans un contexte particulier. Ce blog ne s’appelle pas The Stage Door pour rien. Mais je crois pas que j’ai déjà déçu des gens – je suis moi, en entier, dès le départ – un peu intense, un peu too much, un peu grande gueule, un peu chiante, mais c’est moi. Ce que tu vois plus tard, c’est juste parce que t’as eu envie de peler l’oignon, de gratter – et que j’ai laissé faire un peu – et parfois ça fait peur, et parfois ça semble incohérent avec le reste, et non j’ai pas toujours autant confiance en moi que ça en a l’air. Je crois que depuis Montréal, j’apprends à moins feinter, à moins me cacher, à assumer qui je suis et mes idées. Mais je sais pas comment ils font, les gens qui jouent un rôle tout le temps pour paraître bien, pour se faire aimer, pour coller au moule dans lequel on leur a dit d’entrer ; je me demande s’ils arrivent à gérer avec ce qu’ils sont en dedans ; s’ils sont en accord avec eux-mêmes ou si les apparences finissent par les bouffer ; s’ils seront capables de vivre toute leur vie en représentation ou s’ils vont finir fucking schizophrènes. Je me demande comment font ces filles qui se remaquillent le matin avant que leur mec ne se réveille, qui sont toujours parfaitement épilées, qui se montreront jamais en mode grumpy. T’es pas fatiguée de jouer à la poupée ? Je me demande comment font les gens qui cachent savamment leurs infidélités. Tu fais comment pour mentir à la face de celle/celui que t’aime ? Je me demande à quel point la société et les apparences nous polissent, nous formatent, poussent à se soumettre, à vivre cachés.

elle0020_oognip

Je vis dans un monde idéal où on pourrait tous juste être nous mêmes. Peut-être qu’à Montréal on a un peu plus cette possibilité. Peut-être que faut apprendre à vivre avec soi-même avant d’être capable de l’assumer devant notre entourage. Peut-être qu’on est tous des oignons bien habillés qui essayent tant bien que mal de se rendre heureux en cherchant l’approbation de leurs choix dans le regard des autres. Peut-être qu’accepter de pas être parfait, de pas savoir, de pas rentrer dans des cases de magazines, c’est compliqué.

J’ai plein d’amis pas parfaits, plein d’amis qui ont du mal à croire en eux, parfois, et j’ai envie de dire t’es beau, regarde, t’es beau avec toutes tes égratignures et tes doutes et tes hésitations, t’es beau avec tes cicatrices, tes larmes que tu caches, ta peur de pas réussir et de pas être aimé assez, c’est touchant d’être flou comme ça et oui je vois toutes ces traces en dessous de ta peau et je t’aime fort tu sais, je t’aime en entier avec toutes tes fêlures, et on devrait aimer que comme ça, toujours. Mais arrête de douter. Arrête d’avoir peur. Arrête de te comparer, de rêver de trucs comme dans les films et de trouver des raisons de ne pas y aller, et fonce, et tant pis si ça marche pas, au moins, t’auras tenté, tu te seras donné une chance, tu auras fait un choix, et tu pourras être fier de toi pour ça, d’avoir avancé avec toutes ces casseroles et ces doutes que tu te trimballes parce que t’es humain et que c’est comme ça, et d’avoir tenté malgré toutes les chances que ça rate, et n’aies jamais de regrets, parce que c’est aussi en se cognant aux murs qu’on apprend à vivre.

Mais je dis rien, souvent, je m’énerve toute seule à voir ces gens là que j’aime pas réussir à s’aimer et rien pouvoir faire alors que c’est juste . Et je dis rien, parce que je suis très forte pour faire ça en amitié, aimer sans conditions, et très nulle quand il s’agit d’amour. Alors je me tais. Parce que je suis pas parfaite, moi non plus…

– photo de pas ma main, par Vincent