Au quotidien

en désamour

C’est mardi soir. De retour de mon cours de yoga bikram (<3), j’ouvre Hellocoton. Rapidement, je parcours mon flux – 47 articles non lus depuis hier – je n’en n’ouvrirai qu’un seul. Déjà vu. C’est cette pensée qui me traverse l’esprit alors que je fais défiler les lignes. Une fois de plus, je me rends compte que tous ces titres ne m’inspirent rien – au mieux ça me dit où machine a passé ses vacances, et quelle est la dernière opé blogueurs en cours.

Une fois de plus en ouvrant mes flux, je me rends compte que la blogosphère m’ennuie.

Je ne lis pratiquement plus les blogs. C’est pas nouveau, ça fait plusieurs mois. J’ai vidé doucement mes abonnements Hellocoton, fait le tri dans mon Netvibes (oui je suis la dernière personne au monde à utiliser Netvibes, et non vous ne me ferez pas changer d’avis). Au milieu de tout ça, des posts en attente de lecture qui datent de plusieurs mois, des gens que je suis parce qu’on se connait (plus ou moins), ou qu’un jour j’ai ajouté pour un post ou deux pas trop mal. Mais la vérité, c’est que je n’y trouve plus d’intérêt.

voilà fallait que je place un chaton mignon pour vous adoucir un peu avant de continuer la lecture

Aujourd’hui, les blogs que je lis – que je suis vraiment – se comptent sur les doigts d’une main. Ok, j’exagère, peut être deux. Parmi ceux là, quelques jolies plumes trop rares, des ami(e)s qui le valent bien, des gens loin qui m’invitent au voyage, quelques blogs BDs pour rire un peu (et s’instruire), et ma « veille » Montréalo-Canadienne – qui inclut des blogs mode (pour ma job, le seul blog mode que je lis vraiment étant celui de Coline, et ma copine Maryne parce que bon, je me suis retrouvée à lui faire ses photos) et des blogs ‘lifestyle’ à base de bonnes adresses, sorties, et chroniques décalés.

Et puis c’est tout. Je ne commente pratiquement plus (à part chez Camille mais bon, elle raconte aussi un peu ma vie). Je préfère les trucs courts et concis à du long blabla. Je lis la plupart des posts en diagonale. J’accroche rarement.

Chroniques

les imposteurs du blog

La blogosphère est un terrain d’observation fascinant.

Oui, c’est vrai, de part MonJob j’y passe beaucoup de temps, et j’en ai même fait le sujet de mon mémoire (enfin, un truc en rapport avec la comm). Et puis si j’ai pris une orientation marketing / comm à l’école, c’était aussi à cause d’une attirance nette pour l’observation anthropo-sociologique des comportements des consommateurs. Alors j’aurais pu faire socio, mais non. A la place j’observe depuis mon ordinateur ce microcosme des blogueurs. Et oui, la blogosphère a quelque chose de fascinant de par les dynamiques et les interactions, la diversité des profils des blogueurs, et tout ce qui s’y passe, des règlements de compte aux amitiés fusionnelles, du passage du virtuel au réel et à l’inverse, de celles et ceux qui finissent par vivre à travers leur blog et leur communauté (syndrome d’une certaine addiction ?).

Bref. Tout ceci est très intéressant, mais il y a un sujet que j’ai envie de soulever (ou de dénoncer, aller soyons fous je prends parti :p), un truc qui me fait me hérisser le poil à chaque fois que ça revient, une aberration totale mais qui est, je crois, l’apanage de tout média apportant une relative « célébrité ». Il y a en effet une frange de blogueurs qui jouit d’une belle visibilité, et d’une certaine « influence » (notez mes guillemets). Ils ont un compte Twitter blindé de followers, sont souvent cités, retweetés, et se retrouvent même parfois au coeur de mini buzz – généralement bad buzz, car c’est un peu leur fond de commerce que de trasher, critiquer, « dénoncer ».

mais non voyons, il n’y a pas de haine ni de méchant chez les bisoublogueurs

Lorsqu’on voit cette popularité, la question qui vient souvent est de comprendre le pourquoi. Et il est vrai que dans MonJob, on m’a parfois demandé ce qui faisait d’un blog un blog « influent » (ce qui attirait le lecteur; on va faire basique et tirer des conclusions hâtives: blog influent = blog avec plein de lecteurs et un bon classement Wikio). Et bien… je n’en ai strictement aucune idée, malgré mes 2 ans et demi passés à observer les étoiles montantes… car ce n’est sûrement pas la qualité du blog, et encore moins ses talents rédactionnels.

Au quotidien

yes, I’m working in communication

Yep, je l’assume aujourd’hui. Et en pleine recherche pour mon mémoire, je me suis soudain retrouvé à me marrer devant une vidéo qui s’amuse des habitudes des agences, et tente de les transposer IRL, dans la vraie vie.

(enjoy)

Voilà. certains d’entre vous n’ont peut être rien compris, et pas parce que c’est de l’anglais mais… parce que vous ne bossez pas dans ce milieu. C’est là que je me suis fait cette réflexion: quelque soit le milieu qu’on fréquente, la « bulle« ,, professionnellement ou personnellement, quelque soit l’intérêt qu’on porte à ce milieu, on finit par s’en imprégner. Et même plus que ça:  à adopter des expressions, comportements, et même centres d’intérêts liés à ce milieu.

Cette vidéo en est (je trouve) un bon exemple. Car quoi de mieux pour démontrer que vous êtes imprégnés de votre milieu que via l’humour ? J’avoue, ça m’a fait bizarre, de rire à cette vidéo. Je l’ai transférée à mes collègues, qui ont aussi rit. Peut être parce que c’est drôle. Mais surtout parce que ces situations, on les vit au quotidien, nous qui bossons avec les agences. Quelqu’un qui ne vivrait pas ça aurait plus de mal à sourire. Comme si on montrait la vidéo « Facebook in real life » à quelqu’un qui ne sait pas ce qu’est un poke, un « add as a friend » et autres activités Facebookesques.

Parmi d’autres sphères qui influencent et imprègnent, cette fameuse « blogosphère« . Manque de chance (pour moi ou pour les autres), c’est aussi mon cadre de travail. Alors bien évidemment, Twitter et mon blog ne font pas partie des prérogatives de MonJob, mais avec le temps, mon job et ma vie personnelle ont fini par s’imbriquer dedans à tel point que… je parle forcément de mon boulot dans des soirées avec mes amis (bloggeurs), jusqu’aux private jokes liées à mon poste.

C’est dur, je crois. Pourtant, je survis. Je n’ai pas (encore) perdu mes amis « d’avant », ceux avec qui je ne parlais pas d’unfollower quelqu’un, ou de la dernière opé Philips. Le problème, c’est que même si ce milieu de bloggeurs et Twitteros (et MonJob) n’est qu’un tout petit monde, ses tenants et aboutissants, et les outils que nous utilisons chaque jour intéressent les non initiés. Les réseaux sur lesquels nous sommes chaque jour connectés, et le domaine de MonJob se télescopent tellement avec le quotidien de quasi n’importe qui, qu’il est difficile de ne pas aborder le sujet. Me voilà donc, hier soir, en train d’expliquer à des amis d’ami ce qu’est Twitter. A ma mère comment travailler son référencement*. A mes amis comment j’ai rencontré telle ou telle personne, et donc ce qu’est une opé bloggeur.

Impossible d’éviter le sujet « boulot ». Il y a des gens à qui on dit « et toi tu fais quoi dans la vie ?« , ils répondent un truc du genre « auditeur interne« , « ingénieur-chercheur à la SNCF« , ou encore « développeur PHP« **, et à qui on répond « ah, ok« . Dommage pour moi, ça ne se termine que rarement comme ça.

Voilà aussi comment certains de mes « prestataires » deviennent des amis (après m’avoir copieusement insultée par mail parfois), comment j’envoie un DM plutôt qu’un SMS, organise mon anniversaire sur Facebook, et comment j’ai des pseudos dans mon répertoire de tel. Le virtuel se télescope avec le réel, et je n’ai jamais autant pris conscience d’Internet et les réseaux sociaux en tant que moyen de communication.

Heureusement, j’aime ce que je fais…

*NdlR: oui ma mère a un blog, et même deux…
** que les personnes visées ne le prennent pas mal, hing. Je vous aime quand même avec vos boulots foireux 😉
Archives · Au quotidien

my 1st post

Mon premier post sera un post de geek. Un pur, un vrai, un profond, avec des termes incompréhensibles et tout et tout. Bon aller ok je vais traduire, puisque ce blog est supposé s’adresser aux gens qui lisaient ma SecretLife, mais aussi à mes vrais amis, aux gens qui existent dans ma RealLife de provinciale exilée à Paris. Et même aux gens de MonJob, pourquoi pas. Et puis (évidemment) à toute la blogosphère de France et de Navarre (et du Québec, et ui j’ai des amis à Montréal, et même à LA et à SF), et puis tant qu’on y est vu que je me la pète bilingue j’aurais peut être des lecteurs American (avec l’accent).

Enfin. Bref.

Tout ça pour dire, this is Lane’s RealLife, et je vais parler de trucs de geek. En direct live de MonJob. Mon souci du moment : je veux rajouter un p***** de widget Twitter sur mon blog. Mais cette p***** d’interface WordPress, c’est génial super méga top si on a son propre hébergement, mais sinon que dalle tu peux rien modifier et tu te retrouves avec une sale tête de blog tout gris tout moche pas perso ET SANS WIDGET TWITTER.

Euh bon je ferais un petit lexique des termes de geek un peu plus tard…

Pour explication, et pour ceux/celles qui ne le sauraient pas encore, MonJob est en plein dans les blogs. Dans, genre dedans, genre je passe ma journée (sissi) sur les blogs. Quel rêve isn’t it ? Sauf pour mon dos dirait ma chère maman qui se préoccupe vachement de ma santé.

Sur ce et sur ces problèmes de geek, je bouge. Et tant pis pour les traductions de widget, twitter, hébergement, et autres.