Intime & Réflexions · Voyages

la mer, qu’on voit danser

De retour dimanche, nous avons regardé le thermomètre monter, doucement, parfois par à coups, pour arriver à près de 35°C. On n’a pas souvent l’occasion de prendre 15°C dans la figure en 500 kilomètres d’autoroute, alors voilà. La canicule, il parait.

Juste avant nous étions bien, là bas, entre deux nuages le soleil, entre deux coups de vent iodé sur la Ria d’Aven, les Marais Salants ou l’Ile de Groix. Juste avant, face à l’Océan qui gronde, tempête pour se teinter de tourmaline – ou peut être ce bleu vert est-il émeraude, fonction du sens du vent, du soleil, et des nuages qui croisent au dessus de nous.

Arrivée à Bordeaux, je crois que le spleen m’a pris, furtivement. Rentrer de vacances alors que rien de mieux ne nous attend – un appartement surchauffé peut être, mon clavier et mon écran qui ne m’ont pas manqués, un entretien pour finaliser ma condition d’assistée sociale – et vivement la suite. Alors oui, j’étais contente à la fois de rentrer ici et pas à Paris, et mon basilic est toujours là – miracle. De ces quelques jours plus au Nord il reste des photos à trier, trop peu ou trop nombreuses selon l’angle d’attaque. Et si aucune ne retransmettra le vent dans nos cheveux et la douceur du crachin breton, on en gardera les souvenirs qui font du bien.

Jusqu’à ce qu’on ai l’occasion de repartir…

  

  

Voyages

et si on repartait en Bretagne… ?

Aujourd’hui est mon dernier jour de glande intensive, en effet demain c’est les VACANCES !! Et nous repartons direction la Bretagne, que nous avions découvert (et adoré) l’été dernier.

(comment ça je suis en vacances depuis déjà 3 semaines ? c’est passé SI VITE ??)

Avec le déménagement, mon changement de statut et autres joyeusetés, notre été était un peu compliqué à organiser. Nous avons donc décidé de ne rien vraiment prévoir et d’adapter le programme en fonction du planning. Le Garçon est désormais propriétaire d’une magnifique 308 avec la clim et toit panoramique, ce qui nous donneune certaine liberté quant à nos déplacements, sous réserve de ne pas traverser toute la France. Depuis Bordeaux en voiture, et pour trouver un endroit qui sente bon les vacances (avec la mer, donc) (je ne critique pas les vacances à la montagne, hein, mais voilà), deux solutions: le Sud, vers Biarritz (et la tripotée de parisiens qu’on a déjà supporté toute l’année), ou le Nord, vers la Bretagne, ses rochers, son eau, et ses températures clémentes.

La question ne s’est pas posée longtemps…

Nous partons donc demain, et en bonne procrastineuse, je viens seulement de terminer notre programme (wééé). C’est là que j’ai besoin de vous, petits lecteurs et lectrices, pour vos bonnes adresses et bons plans ! 

Voyages

faire le pont

Si on résume bien, en Mai, il ne nous reste qu’une semaine complète au boulot. Mardi 1er mai, mardi 8 mai, jeudi 17 mai, et lundi 28 mai (pour certains) sont fériés. On rajoute ce petit lundi de Pâques, et les jours de congés à poser avant le 31 mai, ça fait pas mal de week end prolongés si votre boss vous autorise à faire le pont !

Le problème, c’est que c’est bien joli de poser des jours, mais il faut trouver de quoi s’occuper. Et je sais pas pour vous mais j’ai un peu de mal à « gâcher » 4 jours à Paris. Comme toujours, l’envie de prendre l’air et d’aller voir ailleurs si c’est pas mieux me prend. J’ai donc réservé un billet d’avion pour le dernier week end de Mai (en oubliant le lundi de Pentecôte mais oui je suis très forte !). La destination est encore secrète puisque c’est une surprise que je réserve au Garçon 😉

J’aimerais malgré tout partager avec vous quelques idées de séjours sur 3, 4 ou 5 jours, pour les week ends de Mai (et pourquoi pas plus tard !).

Partir en Train ou en Voiture

Avec la SNCF si on s’y prend à l’avance, on peut trouver des billets à des tarifs plutôt corrects. De plus ils proposent une promo en ce moment (jusqu’au 11 avril): partez à plusieurs et payez moins cher ! A tester pour partir entre copains/en famille. Sinon on prend/loue une voiture, on fait 4/5 heures de route et on y est.

Et on va où ?

En Bretagne.

Au printemps il y a de belles journées, une lumière magnifique, et on évite les hordes de touristes (comment ça c’est pareil en été ?). Saint Malo et la Côte d’Emeraude, ou bien Vannes et le Morbihan peuvent être très agréables si vous voulez changer d’air et visiter ces régions hors saison.

En Provence.

Je sais, je l’ai dit et redit, en tant que Sudiste je DETESTE payer une blinde mon billet A/R de TGV pour rentrer chez moi lors des fameux ponts de Mai. Il n’empêche que chez moi reste une région que j’adore, et qui est très agréable à cette époque de l’année: pas encore trop chaud, de belles journées, selon la météo on peut même commencer à se baigner et profiter de la plage.

Voyages

Bretagne #7 – Roscoff

Derniers jours de notre trip breton, nous avions prévu d’atterrir à Roscoff, et de passer deux nuits à l’hôtel pour nous remettre de nos émotions campingesques (et randonnesques). Le séjour ayant été écourté, nous avons dû changer nos plans (et d’hôtel – no comment sur l’hôtel réservé à l’origine qui a refusé de nous rembourser les 50% -!!- d’acompte… ), et n’avons passé qu’une nuit sur place. Nous sommes cependant passés plusieurs fois à Roscoff, notamment pour nous rendre à l’île de Batz le vendredi.

Roscoff est donc un petit port adorable, très fréquenté par nos voisins Britanniques en raison de lignes directes (en ferry) vers l’Angleterre et l’Irlande. C’est d’ailleurs le seul endroit où nous avons ressenti l’aspect « touristique » de la région: le samedi soir, pas moyen de trouver une table dans un resto !

Au quotidien

bretagne #6 – Carantec, Saint pol de Léon et l’Ile de Batz

La semaine dernière, je vous avais laissé sur un coucher de soleil sur la pointe de Primel, à côté de Plougasnou. Le jeudi matin, après une bonne nuit dans le mignon petit camping dont je vous ai parlé, nous avons repris la route pour traverser la rade de Morlaix, direction Carantec. Ce jour-là, pour la première fois depuis le début de nos vacances, il faisait un temps vraiment pourri (à base de bruine et de pluie bretonne), limitant un peu notre envie de rester dehors.

Après avoir retraversé Morlaix, nous avons d’abord fait un mini stop à Locquénolé, un mini village dans la rade de Morlaix avec une place de village et une église adorables. J’y reviendrais, car vu le temps, je n’ai pas vraiment osé sortir l’appareil photo.

Voyages

Bretagne #5 – Locquirec, Morlaix, Plougasnou

Mardi matin au réveil, le soleil est déjà haut dans le ciel et la marée est basse. Nous allons nous promener sur la plage, entre les bateaux échoués et les ramasseurs de coquillages. L’eau est gelée mais pourtant il y a un tas de gens les pieds et les mains dans le sable mouillé pour ramasser des palourdes ! (pour moi se baigner par 16°C c’est du suicide…). Le sable est hyper fin, un peu comme du sable de rivière (si vous avez déjà mis les pieds dans une rivière, vous voyez de quoi je parle). Sur les rochers, on trouve ces fameuses « algues vertes » qui ont tant fait parler avec les sangliers. En l’occurrence ici rien de bien méchant, mais c’est un peu dégueulasse à l’aspect, il faut l’avouer (du coup je vous épargne les photos « gros plan »).

oui, les chaussures étaient utiles… jusqu’à ce qu’on doive traverser des ‘rivières’ un peu trop profondes !

Voyages

Bretagne #4 – GR34 de Lannion à St Michel en Grève, Locquirec

Bretagne, premier jour. Après 4 heures et quelques de train et un changement à Guingamp, nous arrivons à Lannion, petite ville des Côtes d’Armor que nous avons désignée comme notre point de départ. Etonnament, c’est une jolie petite ville (on imaginait plutôt un bled pas terrible et sans charme… on se rendra compte qu’il n’en existe pas – ou presque – dans ce coin de Bretagne).

petites maisons à Lannion

Après un rapide (dé)tour dans le centre nous allons nous installer au camping municipal, pas loin du tout du centre. La soirée sera calme et pluvieuse, après un dîner dans le pub à côté de la gare (où nous découvrons que les prix sont quasiment les mêmes qu’à Paris), et la nuit un peu agitée car il pleut, et il y a du vent, et que dans une tente et bien… pas de double vitrage pour s’en protéger (merci les boules quiès !).

Le lendemain matin (lundi donc) nous nous levons plutôt tard. Le temps de prendre un petit déjeuner au camping et de tout ranger, et nous voilà partis (tard aussi). Les premiers kilomètres se font le long d’une petite route, sur les berges du Léguer (la rivière qui traverse Lannion). Il ne pleut plus, et le paysage devient plus sauvage. Nous ne tardons pas à emprunter un chemin sous les bois pour la suite du GR. A notre droite, la rivière qui s’élargit à mesure que nous approchons de la côte.