Intime & Réflexions

scalène

poly triangle
J’ai deux amours.

Mettons quatre, avec les chats.

J’ai deux amours, puis ça fait plus peur de le dire. L’eau et le métal, il parait. Le feu au milieu.

J’ai deux amours et c’est la chose la plus merveilleuse-extraordinaire-enrichissante qu’il m’ait été donné de vivre jusqu’à présent.

Ça fait longtemps que je crois plus aux histoires d’âmes soeurs, de moitié, de Prince Charmant. Gloire au sexisme hétéronormatif de notre société. J’ai pété des murs, pour en arriver là. J’ai perdu une amie, on s’est fait du mal, on a beaucoup douté, explosé, pleuré. Et c’est loin d’être terminé. Mais criss que ça en vaut la peine.

Triangle.

Je ne suis pas une je suis multiple. Et je suis une dans ma complexité. Je ne suis pas isocèle, ni rectangle, et surtout pas équilatérale. Ça n’existe pas, les triangles parfaits. Alors, puisqu’il faut bien mettre une étiquette, j’ai choisi les pointillés pour tout ce qu’il reste à dessiner.

Intime & Réflexions

les cicatrices invisibles

tatouage-la-gueuseJ’avais dix-huit ans, la première fois. J’avais dix-huit ans, et en moi comme un besoin, une évidence, marquer ma peau pour tracer cette cicatrice invisible, dessiner la trace d’une blessure intérieure, un secret bien enfoui. J’avais dix-huit ans, et c’était un oiseau, pas parce que c’est joli, non, parce que Swallow. Parce qu’Ello, avec deux ailes, parce que je voulais jamais oublier, pour cautériser enfin la plaie de cette adolescence brûlante et douloureuse.

Une hirondelle.

J’ai mis huit ans, pour la seconde fois. Huit ans pour savoir qui j’étais. Huit ans pour ressentir à nouveau l’évidence, le besoin, et savoir, précisément, ce que je voulais. C’était en Septembre et on venait de se dire au revoir, et j’avais décidé de tout quitter pour revivre ailleurs. Ça faisait mal, peut être un peu moins que toutes ces fois où on s’était blessés toutes ces années, plus ou moins sans le vouloir, lorsque j’ai soudain pris conscience. Depuis toute petite, cette phrase qui tourne et vire dans ma tête, depuis toute petite cette histoire si belle, si poétique, et ce passage – peut être pas le plus connu, peut être pas celui que tout le monde aurait choisi. La citation n’est pas exacte, mais c’était comme ça qu’elle était gravée en moi, avec la voix de Gérard Philippe et ce petit garçon. Et puis des lignes. Des lignes pour marquer l’évolution, de cette adolescente torturée, blessée, de ce que j’étais, à ce que je suis, à ce que je serai. Des lignes, parce que huit ans pour m’épanouir, parce l’hirondelle avait pris son envol, parce que, enfin, je décidais d’être libre.

Et les épines, à quoi servent-elles ?

Montréal. Des rencontres. La liberté. L’équilibre. Montréal, ces personnes dont on croise le chemin et qui nous font prendre conscience de ce qu’on est au fond, ce dont on a besoin, ce qu’on cherche au mauvais endroit depuis si longtemps. Une évidence à nouveau, une ligne, pour la continuité, droite pour l’équilibre, graduée car on continue, toujours, à grandir, et surtout, près du coeur.

#26

20140717-untitledMK3_1138

Et puis le dernier. Je ne voulais représenter que l’abstrait, un concept, un flirt avec quelque chose d’extrêmement intime. Expliquer ce sens là, c’est difficile, dire que oui, c’est du bonheur, c’est cesser de se poser des questions, se sentir libre, exister dans l’abandon. Des lignes griffonnées, un enchevêtrement de fils qui se délient, la nuque – je ne me suis plus cachée.

Lâcher-prise.

C’est des rencontres. Celle qui à Bordeaux m’a comprise, et a mis sur ma peau la couleur qui m’imprime, les gribouillis qu’on prend pour ce qu’on veut, les lignes. Le dessin s’est créé de lui même, sur les formes de mon corps, la courbe d’une épaule. C’est cette autre, qui a trouvé comment intégrer un nombre pour ne le rendre visible qu’à ceux qui savent lire au travers. C’est ce récent coup de coeur pour une artiste au trait si délicat, la légèreté de ses dessins pourtant si complexes. Porter une pièce d’art, au delà du symbole.

J’ai eu mal, parfois plus que d’autres, à me demander pourquoi je faisais ça – à nouveau. J’ai eu mal, mais une blessure ne s’appellerait pas comme ça si elle faisait du bien, j’ai souffert comme un rite de passage, le temps d’y penser, de me remémorer pourquoi, que la douleur imprègne ma peau et et que mon corps l’accepte, l’accueille, l’absorbe.tatouage-nuqueTout doucement ces cicatrices sont devenues miennes. À chaque fois plus rapidement, oubliées dans les quelques heures qui suivent, simplement rappelées à mon souvenir par le grain de la peau, différent, et ces regards qui m’arrêtent parfois – c’est un vrai ? J’ai absorbé ces cicatrices, tracées entre mes grains de beauté, j’ai fait mienne les dessins sur ma peau comme on enfile son jean fétiche. Je ne suis plus surprise, chaque matin, de me trouver ainsi, nue, mais habillée. C’est tribal, c’est symbolique, c’est esthétique, c’est ma peau, ça fait partie de moi. Mon identité illustrée graphique, on aime ou on n’aime pas, ça n’a pas d’importance, et je n’ai pas souvent de réponse à la question « c’est quoi ».

Des cicatrices invisibles. Une trace de mon histoire. Des morceaux de moi.

Je suis tatouée. Je suis marquée, par la vie, par le temps qui passe, par l’expérience, les découvertes, les voyages, par ce que j’ai vécu et qui font ce que je suis. Désormais, ces cicatrices ne sont plus invisibles. Et au travers d’elles, je respire un peu mieux.

 

 photos: Oognip, LDumasV, Dany. 
Intime & Réflexions

indélébile

Parmi les décisions que j’ai prises ces derniers mois, et qui ont (entre autres) été motivées par ma rupture, je me suis faite tatouer. Je ne pensais pas en parler ici, mais avec le recul (et les 12 000 questions auxquelles j’ai eu droit sur le sujet), je me suis dit que ça pouvait peut être intéresser certain(e)s de connaitre ma démarche. Et vu que le tatouage est devenu un truc « facheune », il y a peut être certaines choses qui me semblent juste ultra importantes quand on prend ce genre de décision et que j’aimerais partager ici…

Je précise par avance que tout ce que je raconterai ici est mon point de vue, qu’on peut ne pas partager, mais je vous invite à venir en discuter ce sera toujours l’occasion d’échanger sur le sujet !

NB: Pardon pour l’article de plus de 2000 mots.

Un tatouage, c’est pour la vie

La première des choses auxquelles il faut penser, c’est qu’un tatouage, c’est pour la vie. Contrairement à un piercing, une coupe/couleur de cheveux, ou la plupart des transformations physiques qu’on peut faire pour des raisons esthétiques, il est très difficile d’enlever un tatouage. Les méthodes actuelles de retrait au laser sont extrêmement chères, relativement douloureuses, et surtout laissent des cicatrices. Visibles. Le tatouage vieillit avec vous, avec votre peau, votre personnalité, comme une cicatrice, on vit avec toute sa vie. Alors on peut toujours le faire recouvrir, mais c’est une autre démarche – et ça rajoute encore une couche de tatouage au lieu de tout effacer.

La décision de se faire tatouer n’est donc pas à prendre à la légère. Le coup de se faire un tatouage sur un coup de tête est une stupidité sans nom. En bref, il faut y réfléchir, au dessin comme à l’endroit où on le fera, et bien sûr aux conséquences éventuelles du tatouage.

C’est sur cette première base qu’il faut – je crois – partir pour parler de tatouage. Car celui ci fait partie de soi, complètement. Il faut l’apprivoiser, l’aimer, l’absorber, l’assumer et ne pas regretter.