Intime & Réflexions · Voyages

le vent nous portera (encore)

ile-aux-coudres2

Cet été aura duré deux ans, up and downs, les amis, les soirées, le soleil, les chalets, et aussi la pluie, cette semaine d’automne en avance qui plombe le moral et renfile jeans et bottes. Les soucis, parce qu’on réalise qu’il faut repartir à nouveau en recherche de boulot, parce que le compte en banque se vide plus vite qu’il ne se remplit. Et le manque, implacable, celui qu’on a pas vu venir, celui qui te coupe les jambes et te bouffe toute envie de bouger, manger, dormir. Les nuits à tourner. Les larmes qui montent parfois. Le goût de rien.

Et puis on y est. On a beau en avoir parlé, avoir imaginé ce moment, 10 fois, 100 fois, on sait pas trop bien ce qui va se passer, finalement. Ya cette jolie robe qu’on porte pratiquement jamais, même s’il fait bien trop froid pour la saison. Ya un hall d’aéroport, rempli de monde qui se retrouve, qui attend aussi, beaucoup, fucking série noire ou retour de vacances, la moitié des vols est annoncée comme retardé. Ya ces pas qu’on fait d’un bout à l’autre, le ventre qui se serre, le coeur qui bat trop vite, l’ascenseur émotionnel qui appuie sur tous les boutons, ça monte et ça descend, on sait plus trop où se poser. Les minutes trop longues, les messages, et puis.

.

Ya plus de mots, à un moment, on a juste nos yeux et nos bouches et nos mains, et le goût que ça s’arrête plus jamais. Ya rien à dire, on a trop parlé, il faut vivre. Alors on est partis, un peu plus loin au Nord, pour retrouver le goût du sel et du vent dans nos cheveux. Quelques jours pour oublier, oublier cet été trop long, oublier l’automne qui s’en vient avec ses obligations, ses responsabilités, son stress. On y pensera plus tard. Là, on veut du présent. On veut être seuls au monde parce que c’est comme ça. Loin pour faire chier personne avec des sourires niais sur nos faces et le besoin constant de se toucher pour se dire c’est bon, t’es là, pour vrai, on se sépare plus, promis. Avoir à nouveau 17 ans.

C’était beau, le Saint-Laurent. On dirait presque la mer, tu sais, l’odeur de l’iode, je t’en avais parlé. On se croirait un peu en Bretagne, sur cette île venteuse, de gros cailloux d’ardoise qui descendent jusque dans l’eau. On a chevauché sur la plage entre les rochers ronds et sur les galets. On a grimpé cette montagne pour voir de loin, tout en haut la crête râpée par le vent et le froid, et cette nature. On s’est assis autour d’un feu de camp immense, écouté la musique jam, discuté avec des matantes en goguette dans un Westfalia. On a marché, les pieds dans le sable, jusqu’à quelque part à mi-chemin de l’horizon, et nos Vans pleines de la vase qui fait comme des limaces entre les orteils ; on a mangé beaucoup trop de fromage, de burgers et de saucisson et bu de la bière IPA ; on pris des covoitureurs – encore des Français, partout ; on a roulé roulé roulé jusqu’à rentrer sur l’île. Montréal. Retour à la réalité.

J’ai pas vraiment les mots pour raconter, et puis ya pas besoin, ya juste des sourires et le vent qui fait qu’on se sent étrangement libres. Libres et heureux.

Dis, on repart quand ?

 

ile-aux-coudres

dany

parc-grands-jardins1

grands-jardins
baie-st-paul3
baie-st-paul2

baie-st-paul1

Voyages

faire le pont

Si on résume bien, en Mai, il ne nous reste qu’une semaine complète au boulot. Mardi 1er mai, mardi 8 mai, jeudi 17 mai, et lundi 28 mai (pour certains) sont fériés. On rajoute ce petit lundi de Pâques, et les jours de congés à poser avant le 31 mai, ça fait pas mal de week end prolongés si votre boss vous autorise à faire le pont !

Le problème, c’est que c’est bien joli de poser des jours, mais il faut trouver de quoi s’occuper. Et je sais pas pour vous mais j’ai un peu de mal à « gâcher » 4 jours à Paris. Comme toujours, l’envie de prendre l’air et d’aller voir ailleurs si c’est pas mieux me prend. J’ai donc réservé un billet d’avion pour le dernier week end de Mai (en oubliant le lundi de Pentecôte mais oui je suis très forte !). La destination est encore secrète puisque c’est une surprise que je réserve au Garçon 😉

J’aimerais malgré tout partager avec vous quelques idées de séjours sur 3, 4 ou 5 jours, pour les week ends de Mai (et pourquoi pas plus tard !).

Partir en Train ou en Voiture

Avec la SNCF si on s’y prend à l’avance, on peut trouver des billets à des tarifs plutôt corrects. De plus ils proposent une promo en ce moment (jusqu’au 11 avril): partez à plusieurs et payez moins cher ! A tester pour partir entre copains/en famille. Sinon on prend/loue une voiture, on fait 4/5 heures de route et on y est.

Et on va où ?

En Bretagne.

Au printemps il y a de belles journées, une lumière magnifique, et on évite les hordes de touristes (comment ça c’est pareil en été ?). Saint Malo et la Côte d’Emeraude, ou bien Vannes et le Morbihan peuvent être très agréables si vous voulez changer d’air et visiter ces régions hors saison.

En Provence.

Je sais, je l’ai dit et redit, en tant que Sudiste je DETESTE payer une blinde mon billet A/R de TGV pour rentrer chez moi lors des fameux ponts de Mai. Il n’empêche que chez moi reste une région que j’adore, et qui est très agréable à cette époque de l’année: pas encore trop chaud, de belles journées, selon la météo on peut même commencer à se baigner et profiter de la plage.