Au quotidien · Chroniques

la vérité sur les écoles de commerce

Certains d’entre vous le savent, d’autres pas encore, mais voilà, j’avoue-et-j’assume: j’ai fait une école de commerce. Enfin, j’ai fait, je n’ai techniquement pas encore mon diplôme. Reste à terminer MonJob (qui est un stage au cas où vous n’auriez pas encore compris), commencer écrire mon mémoire de fin d’études (et oui, pour valider un Master c’est ce qui arrive…) et valider un tas de trucs compliqués très spécifiques à MonEcole et dont il serait totalement inutile de parler ici, puisque seuls quelques initiés seraient à même, après trois ans de pratique, de comprendre cette pédagogie étrange  (et encore, comprendre est un bien grand mot).

1

Alors là, après cette déclaration publique, je sais ce qui se passe dans vos petites têtes. Ecole de commerce. Ce mot est associé à un tas de clichés pour ou moins réalistes. Je vous vois déjà en train de m’imaginer fille à papa, cabriolet, mèche et prénom bourgeois. Quant à mes amis, ils seraient fils à papa (aussi), habillés en costard tous les jours, ou du moins en mocassin-polo-mèche. Nous aimerions l’argent -beaucoup-, et nous serions des genre de requins du marketing et de la vente à tout prix, des futurs PDG en puissance, ou encore amenés à finir Jérôme Kerviel de notre état, traders cocaïnés mourants de stress à force de vouloir à tout prix nous enrichir.

2

Voilà. La réalité est bien différente. Et chaque année qui passe apporte son éventail de « positionnement ».

7D’abord, la prépa, où certains rabâchent que nous sommes « la future élite de la France« . J’en ris d’avance. Ok, on est peut être amenés à faire partie des déciles supérieurs au niveau revenus (et encore), mais il suffit de voir le lot de gens stupides qui aterrissent (comme partout) dans nos amphis. Sans compter la perte de neurones durant la scolarité, liée à l’alcool (premiers alcooliques parmi les étudiants français, sisi).

5Ensuite, arrivés en école, il existe un genre de clivage entre « regardez notre école est n°truc dans le classement« , (et quand on passe dans le Top10 je vous en parle pas) et « vous faites pas de rêves, les jeunes, le monde de l’entreprise est difficile« . Bon, évidemment, on nous raconte pas toute la vérité, on paye déjà sufisamment cher, faudrait pas qu’ils perdent la crédulité de leurs clients (c’est nous les clients, les étudiants). On nous dit qu’on est bien préparé à la vie en entreprise. Qu’on va gagner en premier emploi en moyenne 35 K€/an. Ce qu’on nous dit pas, c’est que c’est le salaire brut, et que c’est après 2 ans de boulot.

8Et puis arrive la recherche de stage. Et là, c’est le drame. On s’attendait à ce que les entreprises nous tombent dans les bras à la vue de notre super CV (et du nom de notre école, qui investit une bonne partie du budget dans la comm’). Et on se retrouve avec quatre pauvres réponses (sur 100 CVs envoyés) de stages rémunerés 30% du SMIC. Elle est où l’arnaque ?? Pire encore, vient le passage en entretien. Et le moment fatidique où la recruteuse en face, qui emploie 8 stagiaires sur les 10 postes de l’entreprise (vive les boites de comm’ je vous dis), et à qui vous venez de déballer votre CV en version « j’ai appris grâce à cette expérience que » (merci aux séminaires de développement personnel et autres simulations d’entretien), vous regarde et vous fait « et… VotreEcole, c’est quoi en fait ?« .

Bam.

Alors t’es gentille, et tu lui réponds « c’est l’ancien Sup de Co truc, on est classé X dans le classement des Grandes Ecoles« . T’as déjà honte d’avoir dit Sup de Co Truc, parce que Sup de Co Truc c’est une école toute pourrie dans l’imaginaire des recruteurs( d’où le changement de nom). Et que t’as placé ton rang d’Ecole dont tu croyais avoir rien à faire, pour tenter de rattraper le coup. Et là, elle te répond « oué je m’en fous« .

21 000€ pour que la meuf en face sache même pas ce que c’est ton truc. Et qu’elle s’en foute du classement.

Ca craint.

4Forcément, il faut aussi avouer que les écoles de commerce aiment jouer sur leur nom. Entre les IS quelque chose (I pour Institut, et S pour supérieur, déjà, ça commence mal) qui tentent de cacher leur absence de notoriété derrière un sigle absurde, et les nouvelles apellations ‘école de management‘, ‘Truc Management‘ det autres ‘business school‘ qui fleurissent à tout va (internationalisation oblige), les pauvres recruteurs sont complètement perdus. Où sont passées les bonnes vieilles « sup de co + nom de la ville » ?

Je reviendrai sur ces changements d’appellation, qui somme toute sont tout à fait justifiés. En effet, en école de commerce, on fait beaucoup d’autres choses.

3

Heureusement, il y a certains recruteurs qui font semblant de connaitre connaissent ta super Ecole de Management, et bon, t’aterris finalement quelque part en stage. Payée un peu plus que le SMIC. Et contente d’avoir des tickets restos. Et c’est là que tu découvres (enfin) le vrai visage de ce fameux monde de l’entreprise dont on nous parle depuis des années. Et que tu te rends compte que ce sentiment vague et confus qui t’a habité pendant ces deux ans se confirme… tu n’as RIEN appris. Mais RIEN. Les anciens avaient raison. On nous ment. On nous spolie. Mais comme on est plutôt de droite on s’arrêtera là.

La deuxième prise de conscience arrive assez rapidement. Les 35 k€ qu’on t’a fait miroiter… c’est pas demain que tu les gagneras (vive le monde de la comm’). Si tu commences à 1700€ brut/mois sur ta fiche de salaire, t’es content d’être au dessus du salaire médian français. Tu te rends soudain compte que finalement la grande distrib’ ça paye pas si mal, avec les primes. Et que t’aurais aimé écouter les cours de Finance, au lieu de mater les seins refaits de ta prof thésarde de 25ans.

Voilà. Etudiants en école de commerce. Futures élites de la France. Fils à papa. Welcome to the RealWorld.

6

(to be continued)

– jeu : des images issues de différentes écoles se sont glissées dans ce post. saurez vous retrouver leur origine ? –

Au quotidien · Syndromes

les masters de la loose

Hier était le soir de la loose. Juste comme ça, sans raison particulière, au même titre que dimanche était un jour où j’ai kiffé ma Life à mort. Bref. Hier soir, donc, soir de la loose, en discutant avec (lau) je prends conscience qu’en fait, dans ma vie sentimentale (et sexuelle), j’ai croisé la route d’un grand nombre de loosers. Et (lau) aussi.

Il faut dire que tout le monde a déjà connu des moments de loose. Même l’amour de sa vie. Même le super bon coup. Des moments de vide intersidéral, durant lesquels on regarde l’être (plus ou moins) aimé, et on se dit « mais put***, qu’est ce que je fous/j’ai foutu avec lui?« .

En session loose ultime, nous avons donc décidé de faire une liste des looses qui ont marqué notre existence, et d’établir un top de la loose. Histoire de prendre conscience, hin, et surtout de se dire qu’on est pas seule !

Ce top de la loose aurait dû être publié aujourd’hui sur mon blog. Mais nan, en fait, je suis une fille gentille quand meme. Un peu. En relisant, j’ai pensé à tous ces garçons qui perdront toute crédibilité si je publie ça. J’ai trouvé que j’étais méchante (un peu, même si (lau) me dira que non). Quand même. Et je me suis dit « nan, finalement ça craint trop, c’est plus drôle après coup, ça fait du bien sur le moment mais bon. » Et je me suis arrêtée là.

J’aurais pourtant aimé vous dire, à vous toutes, les filles, que le looser est partout.

En plus des presque puceaux, on trouve celui qui, malgré des mensurations dignes d’un acteur du X, aurait bien besoin d’un GPS. Après avoir décrit des cercles autour d’une zone approximative, il déduit qu’on est frigide parce qu’on ne jouit pas (alors que ça marche toujours d’habitude) (merci aux simulatrices !).

Il y a aussi l’alcoolique notoire, qui décide de se mettre la cuite de sa vie le soir où il rencontre notre bande d’amis. Il termine en mode australopithèque incapable de parler, part à pied de la boite sans prévenir personne, et c’est la copine qui se retrouve à le coucher (parce que bon, comme une conne, on est en train de chercher s’il s’est pas noyé, hein, vu que ya la plage à côté). On lui pardonne, surtout lorsque le lendemain matin il se réveille par terre  se rend compte qu’il a légèrement merdé. Et ravale tout son égo pour s’excuser.

Il y a ceux qu’on aimerait oublier, comme ce BoGoss rencontré en soirée, qui une fois arrivé au moment crucial plie méticuleusement ses vêtements à côté du lit (super excitant tout ça), et dont on se rend compte (mais trop tard) qu’il a oublié d’enlever… ses chaussettes. Ou cet autre qui nous sort « j’ai envie de toi, mais t’es pas assez sexy tu m’excites pas ». Sans parler du Master du Presque puceau, j’ai nommé Bonnet Vert, qu’on aurait mieux fait de garder comme ami (les Presque Puceaux sont très sympas, gentils garçons, et tout et tout).

Enfin, il y a les loosers auxquel on s’attache, ceux à qui on trouvera toujours des excuses pour justifier leurs absences, leurs retards, leur manque de motivation. Ceux qui te sortent « je suis en veille » au lieu de te dire que ça les branche plus vraiment de se voir dans un lit. Ceux qui sont un peu paumés dans leur vie, un peu paumés dans leurs sentiments, un peu trop loins aussi, et qui se rappellent soudainement de ton existence après un mois de silence. Ceux qui t’ont aimée, quittée, qui sont revenus, repartis, et à qui on pardonne.

Et dans ces moments là, on se demanderait qui a vraiment la loose…

Au quotidien · Chroniques

dieu est grand

Ce matin, réveillée (comme d’habitude le week end) par mes voisins. Famille nombreuse, et le week end c’est encore pire (y a sûrement les tantes les oncles et les cousins qui se ramènent). La gamine (encore) en train de pleurer pour je sais pas quoi.

Sa mère:

– Tu t’arrêtes ! Tu t’arrêtes de pleurer !

La gamine: pleure de plus belle

– Arrête ! Si tu continues tu vas pas aller à l’église !

La gamine: pleure encore un peu

– Arrête sinon tu restes là ! On va pas à l’église si on pleure !

La gamine: arrête de pleurer

Les voies du seigneur sont impénétrables.

(et j’ai pu me rendormir)

Culture

chien pouilleux millionaire

(oui c’est comme ça qu’ils ont traduit le titre chez nos amis Québécois)

Au cas où vous ne le sauriez pas encore, je n’avais pas vu Slumdog Millionaire. Je n’avais, car c’est fait (ça y eeessstttt !!). OUF! Je pourrais ENFIN parler DU carton Oscarisé plébiscité aux millions d’entrées de ce début 2009… Et au final, je me demande si c’est une bonne idée que je puisse en parler. Car (et désolée pour les fans) mon avis sur ce film est mitigé.

Non pas que ce soit un mauvais film, hin, non, du tout. Esthétique, belle musique, couleurs, cadrage, réalisation. Good. Mais tout ce tapage ? Oscar du meilleur film ? Là non je comprends pas trop…

D’abord, le réalisateur a adapté un roman. De trait de génie, il n’y a donc pas. Ensuite, j’ai trouvé l’histoire baclée, et un peu trop irréaliste à mon goût.

(oui, super facile, dans une ville de 20 millions d’habitants de retrouver comme par hasard la fille de ses rêves qu’on aime d’amour depuis sa petite enface)

(et oui, baclée, ya des passages où j’étais un peu dépassée par les évènements, euh, atta c’est qui le frère là ? et pourquoi d’un coup ya des fous qui viennent foutre le feu au bidonville ? et euh pourquoi ils doivent chanter ? c’est qui Maman ? mais pourquoooaaaa ils ont tous la même tête ???!!!)

Ok, je suis débile à mort (ex-blonde n’oubliez pas), n’empêche, je me suis pas fait chier pendant les 2h30 de Benjamin Button. J’ai compris l’histoire, le pourquoi du comment. Les tenants et les aboutissants. Etc etc. C’est dommage (je trouve) de n’avoir pas plus approfondi l’environnement de ce pauvre (ou lucky) Jamal. On passe trop rapidement sur sa vie dans le bidonville, les quelques rares images de l’Inde vue du train, et puis le pourquoi du comment il a aterri dans cette boite de (pub?) call center. Ok, on est dans un truc qui ‘apparente à un conte, mais faut savoir, soit on nage dans le réalisme et on joue à fond la carte de « l’Inde ya la pauvreté, des traffics d’enfants, des gansters, ça se développe c’est cool, etc etc » et on parle de tout ça à travers le regard de ce gosse, soit on la joue vraiment jolie histoire et on se passe des passages qui veulent montrer que la vie, c’est dur.

chiottes

On se serait donc passé de cette scène débile où comme de par hasard l’autre pouffe a oublié son tel dans la voiture (merde y a des embouteillages), et elle court, oué, et le téléphone sonne dans le vide (mais putain à Qui veut gagner des millions Indien on vérifie pas avant ? Je sais pas en France quand Jean Pierre Foucault appelle ya toujours quelqu’un au bout du fil), et elle court toujours (trop de suspeeense) et toi devant ton écran t’as juste envie de lui dire « mais pauvre conne, ok t’es uneducated mais quand même, c’était écrit dans le scénar que l’autre allait appeller, sinon l’autre suicidaire, il t’aurait pas laissé son cell phone ! ».

cours

Pour terminer sur ma critique de Slumdog, d’abord, c’est bien joli les contes de fées d’amour vrai true love, mais franchement Dev Patel est moche (pire que dans Skins, c’est pour dire), et on m’enlèvera pas de la tête que les filles trop belles comme Latifa peuvent décemment pas rouler des pelles à un pauvre type perché comme Jamal. Ah puis cette scène affreuse, à la fin, quai de gare, lumière qui brille, mots trop kitsch, KLISCHEEEEE (auf Deutsch) je crie au cliché. On se croyait dans un chouette film loin de Bollywood, et soudain PAF retour à la réalité, bah oué chers cinéspectateurs, on vous a menti, en fait c’est un vrai film d’amour avec le soleil qui vient pile entre leurs deux bouches follement amoureuses depuis forever.

true-love

Allez, pour mes amis qui ont aimé le film, je vais quand même modérer mes propos, en mettant de côté les incohérences totales du scénario et les raccourcis qui gâchent un peu le film, on passe un bon moment. Comme je disais, jolie musique, jolis plans, jolies couleurs, joli pays. Et bravo, faut le faire pour réussir à pondre une histoire en partant d’un jeu télé.

Alors moi je dis, à quand un Slumdog Gagnant de Secret Story ?

*

TEASING : Demain, je vais voir un super film que personne connait mais qui a l’air chouette quand même et que c’est pas moi qui ait eu l’idée d’y aller mais comme je suis curieuse j’y vais quand même… Une Nuit à New York ! Yeahhh… Décrit par la personne qui m’a convaincu d’aller le voir avec lui, comme (je cite) « Une nuit à NY c’est paaas un teen movie ! C’est un film un peu pop« . Va pour le pseudo teen movie, de toute façon c’est le Printemps du ciné, donc à 3€50 la place…

Au quotidien

5 litres…

(manque d’inspiration, manque de temps… ce post sera rédigé en grande partie en images)

Aujourd’hui il fait beau. En plus, pour une (rare) fois, Netvibes et le widget météo Windows sont (presque) d’accord. Pourvu que ça dure.meteo

meteo2

Paris on sait pourquoi, Aix pour chez moi, SF, Lima et Panama pour les amis qui sont de l’autre côté de l’Atlantique…

*

Aujourd’hui je lis 20minutes.fr sur mes flux RSS. Je tombe sur cet article: Christine Boutins’exprime suite aux déclarations du pape Benoit XVI sur le rôle du préservatif dans la lutte contre le sida en Afrique.

boutin

comm_boutin

Et un commentaire qui m’a bien fait sourire…

*

Aujourd’hui j’aime MonJob.

bravo

Et j’aime mes « fans ».

*

Aujourd’hui je suis tombée (par hasard) sur un site très drôle. Un projet d’étudiants de l’université d’Oxford. ejac

(teasing)

Derrière cet écran rouge, il y a une vidéo. Qui explique un peu plus en détail le projet…

5litres

Qu’est ce qu’on gagne ? Allez voir sur le site : The5litresexperiment.com

Et je crois que le pire, ça n’est pas que certains aient eu l‘idée de faire ça, mais que d’autres le fassent

*

Today was a good day…

Culture

tout en mangeant un sandwich thon-crudités

(vraiment, je ne tiens pas à faire de traffic avec mes titres à la con)

Aujourd’hui c’est vendredi, et comme je suis en week end à partir de 15h30, et qu’après quelques (courtes) heures de TGV je vais retrouver chaleur et soleil méridional, je suis de bonne humeur. Et j’ai envie de vous parler musique. Histoire de calmer les gens énervés par mon post pseudo féministe.

(et aussi parce que j’ai pas l’inspiration et le temps pour raconter un truc plus chouette)

Musique, donc, avec Foals, un groupe de rock britannique énervé et décalé, comme on aime bien, que vous avez peut être pu écouter dans ma playlist. Je suis pas biographe (comme vous avez pu le lire pour Mon Frère), donc pour la bio on va faire appel à notre ami Wikipedia, par ici. Leur album, Antidotes, est sorti en 2008, et est disponible sur ITunes (et peut être ailleurs) (vous avez vu hein je conseille le téléchargement LEGAL) (bon). Dommage, Deezer l’a mis en écoute restreinte… 🙁

On me fait la remarque que ça ressemble étrangement à Bloc Party, moué bof, peut être sur certains morceaux, mais écoutez (et regardez, leurs clips sont justes aussi fous que leur musique)


Foals – Olympic Airways


Foals__Balloons


Foals – Cassius
Pour la suite, leur MySpace : www.myspace.com/foals
*
Et puis une histoire trouvée sur ackorea. Bien évidemment c’est tourné de manière assez morale, genre « réflévhissez », mais je trouve l’expérience intéressante. Lisez plutôt…
Le musicien de rue était debout dans l’entrée de la station « Enfant Plaza » du métro de Washington DC. Il a commencé à jouer du violon. C’était un matin froid, en janvier dernier.
Il a joué durant quarante-cinq minutes. Pour commencer, la chaconne de la 2ème partita de Bach, puis l’Ave Maria de Schubert, du Manuel Ponce, du Massenet et à nouveau, du Bach.

A cette heure de pointe, vers 8h du matin, quelque mille personnes ont traversé ce couloir, pour la plupart en route vers leur travail.

Après trois minutes, un homme d’âge mûr a remarqué qu’un musicien jouait. Il a ralenti son pas, s’est arrêté quelques secondes puis a démarré en accélérant.

Une minute plus tard, le violoniste a reçu son premier dollar : en continuant droit devant, une femme lui a jeté l’argent dans son petit pot.

Peu après, un quidam s’est appuyé sur le mur d’en face pour l’écouter mais il a regardé sa montre et a recommencé à marcher. Il était clairement en retard.

Celui qui a marqué le plus d’attention fut un petit garçon qui devait avoir trois ans. Sa mère l’a tiré, pressé mais l’enfant s’est arrêté pour regarder le violoniste. Finalement sa mère l’a secoué et agrippé brutalement afin que l’enfant reprenne le pas. Toutefois, en marchant, il a gardé sa tête tournée vers le musicien.

Cette scène s’est répétée plusieurs fois avec d’autres enfants. Et les parents, sans exception, les ont forcés à bouger.

Durant les trois quarts d’heure de jeu du musicien, seules sept personnes se sont vraiment arrêtées pour l’écouter un temps. Une vingtaine environ lui a donné de l’argent tout en en continuant leur marche. Il a récolté 32 dollars.

Personne ne l’a remarqué quand il a eu fini de jouer. Personne n’a applaudi.

Sur plus de mille passants, seule une personne l’a reconnu.

Ce violoniste était Joshua Bell, actuellement un des meilleurs musiciens de la planète. Il a joué dans ce hall les partitions les plus difficiles jamais écrites, avec un Stradivarius valant 3,5 millions de dollars.

Deux jours avant de jouer dans le métro, sa prestation future au théâtre de Boston était « sold out » avec des prix avoisinant les 100 dollars la place.

C’est une histoire vraie. L’expérience a été organisée par le « Washington Post » dans le cadre d’une enquête sur la perception, les goûts et les priorités d’action des gens.

Les questions étaient : dans un environnement commun, à une heure inappropriée, pouvons-nous percevoir la beauté ? Nous arrêtons-nous pour l’apprécier ? Reconnaissons-nous le talent dans un contexte inattendu ?

Une des possibles conclusions de cette expérience pourrait être : si nous n’avons pas le temps pour nous arrêter et écouter un des meilleurs musiciens au monde, jouant pour nous gratuitement quelques-unes des plus belles partitions jamais composées, avec un violon Stradivarius valant 3,5 millions de dollars, à côté de combien d’autres choses passons-nous ?

A méditer …

Et la vidéo, c’est simplement superbe

Chroniques · Syndromes

parce que pour le reste, il y a eurocard mastercard

Pour commencer ce post, j’aimerais vous faire partager un truc assez exceptionnel. Malheureusement après de longues heures de recherche sur youtube, dailymotion et autres vimeo pas moyen de mettre la main sur le clip… Je vous laisse donc écouter cette oeuvre musicale, pur produit du web 2.0. Ah oui, ne cherchez pas, c’est comme la plupart des DJ, on entend pas sa voix (ouf !!)

Voilà vous venez d’écouter de la merde en tube le nouveau futur single de Mickael Vendetta, et OUI j’assume d’avoir posté cette… chose sur mon blog ! Voilà,  je viens d’assumer mon adoration pour Mickael Vendetta. Et encore je ne vous ai pas parlé de la chanson qui traine dans ma tête depuis deux jours. Ou de ma soirée Nouvelle Star en prévision 😀

(pour ma défense je suis en train de bosser sur des blogs d’hardcore gamers, wouhou)

Pour revenir à nos moutons, je souhaite aborder aujourd’hui un sujet qui s’est posé à toute personne normalement constituée, majeure, vaccinée, et ayant déjà eu un date.

Bon je vous fais pas le topo, hein, on se rencontre, on se plait, on se donne rendez vous, on boit un verre ou on va au resto, et là, arrive le moment fatidique et problématique où il faut payer. Et les questions qui s’ensuivent… Qui doit payer quoi ? Le mec doit il inviter pour le premier date ? Le deuxième ? Le resto ? Le verre ? Le cinéma ? Va t il passer pour un rustre et perdre toutes ses chances avec la fille s’il ne sort pas sa CB ? Pour une fille, est ce qu’on doit forcément « remercier » d’une façon ou d’une autre l’invitation ?

Alors, bien évidemment il y a un tas de critères à prendre en compte. L’heure de la journée par exemple. Le prix dudit resto/bar. Le niveau social et d’éducation du mec (et de la fille). Et surtout les intentions des deux protagonistes.

Pour commencer cette étude, on va quand même poser certaines bases, et considérer (sauf cas échéant où les choses auraient été mises au clair au préalable) que l’invitation à prendre un verre est une officialisation du date, et donc de l’intérêt mutuel que se portent les protagonistes. Si c’est un verre, au premier RDV, c’est au mec d’ouvrir son porte monnaie. Le mec n’offrant pas son verre/café/chocolat à la demoiselle, il passerait pour un radin. Vraiment. Alors bien sûr si les deux sont amis de longue date on ne considère pas ça comme un vrai date. Ceci concerne la (les éventuelles) première(s) rencontre(s). Histoire de faire connaissance. Et de confirmer (ou pas) la  possibilité d’aller plus loin. Et surtout de vérifier que le mec a de bonnes manières.

D’abord, plaçons nous du côté du mec. Après tout, galanterie oblige, c’est à lui de prendre la décision de payer ou non. Car toute fille pas trop féministe, même si elle revendique l’égalité homme femme, part du principe que certaines règles implicites existent. Là où la femme joue la séduction à grand renforts de mouvements de cheveux, sourire et autres accessoires tels que des talons ou une jupe, l’homme a besoin de rasseoir sa virilité originelle en subvenant aux besoins de sa femelle, chacun exprimant ainsi son intérêt pour l’autre.

Pour généraliser (j’aime bien), le but et problème principal du mec emmenant une fille au restaurant est de conclure. Ne nous voilons pas la face, si on veut juste vérifier que la demoiselle rencontrée en boite le soir précédent  et dont on a exploré longuement les amygdales n’est pas aussi moche que les copains le prétendent, on lui propose juste un verre. Si par contre on a bien eu le temps d’évaluer un petit cul baisable potentiel intéressant, on propose un resto (histoire de confirmer l’intelligence et la grâce de la demoiselle, of course). Et de l’avis de certains mecs, rien de pire que de payer un resto à une fille à blanc !

Mon prof  d’éco (merci Titi Sebagh pour ces cours très enrichissants) avait coutume de faire un parallèle entre les investissements en général et une invitation au restaurant (je cite) une fille, si tu l’emmènes au MacDo,  faut pas attendre grand chose en retour. alors que si t’y mets un peu le prix… Le problème c’est que tout investissement comporte un risque, et ça ne fonctionne pas aussi simplement que gros investissement –> retour intéressant.

Doit on alors décider de ne plus payer si on se rend compte que non y a vraiment pas moyen de terminer correctement cette soirée ?

Du côté de la fille, si on suit cette logique comme quoi le mec nous invite et qu’on sait très bien ce qu’il a en tête, se pose la question de « quoi faire après ». Consciente des attentes du mec, elle peut se sentir obligée de « faire un geste » pour « remercier » le pauvre garçon qui vient de se vider de **(*)€ dans l’espoir de se vider autre chose faire plaisir à la demoiselle. Difficile, donc, si on tient à ne pas passer pour une conasse profiteuse, de faire comprendre au galant (jeune) homme que oui on souhaite le revoir, mais non on a pas forcément envie de passer à la casserole tout de suite. C’est pas qu’on couche pas le premier soir, hein, c’est juste que bon pour une fois on voudrait ne pas passer pour la fille open de service dormir seule).

Quid de la solution ?

Je dirai que le plus simple est de mettre les choses au clair dès le début.

Monsieur, n’invitez Mademoiselle dans un très beau (cher) resto que si vous pensez qu’elle l’appréciera à sa juste valeur. Car si cette dernière n’est pas d’humeur et de tempérament à moyenner, peu importe le prix que vous mettrez dans le vin rouge (quoiqu’un peu d’alcool puisse aider) vous n’aboutirez à rien (encore plus si elle vient accompagnée de deux copines, et ne riez pas, je connais quelqu’un à qui c’est arrivé). Inversement, si celle ci est disposée la qualité du resto fera peu à l’affaire, et autant résoudre le problème au plus vite en allant directement se bourrer la gueule prendre un verre dans un bar histoire d’écourter les préliminaires (et éviter de finir dégouté par la vision des ongles manucurés de la miss trempant dans le jus des gambasses, et/ou l’haleine post-aioli/raclette). Bien évidemment, si c’est un premier date tentez de faire bonne impression, évitez la pizzeria Chez Dédé du coin de votre rue (même si c’est plus rapide pour aller boire un dernier verre après ça, n’oubliez pas que la plupart des filles préfèrent faire l’amour dans leur lit).

Quant aux Demoiselles, si vraiment le mec ne cherche explicitement qu’une chose, et que non il n’est décidément pas du genre à vous faire la cour pendant un mois avant de passer aux choses sérieuses, soyez honnêtes, prévenez le que rien n’est sûr, et payez votre part du resto (on peut tout de même lui laisser le vin, hein, bon,  surtout s’il en a bu les trois quarts). Enfin, si vous êtes vraiment méchante (mais oui parfois ça fait du bien), et que le mec en face se prend pour un Don Juan tellement certain de vous chopper après ce délicieux repas, laissez le payer l’addition (la technique d’aller aux toilettes à la fin du repas marche assez bien) et puis bonne nuit (bisou sur chaque joue dans un dernier moment de charité). Histoire de lui donner une petite leçon: rien n’est acquis !

Pour terminer sur une note un peu plus fille ouverte et interessée mais fille bien quand même, je dirai au final que coucher pour un resto c’est toujours un bon moyen (pas si désagréable en soi) de coucher (inspiré par Fanny Berrebi).

EDIT : Cet article est dédicassé à Mister LaClasse, pour toutes les fois où il a sorti sa Visa à blanc, et pour les heures de conversation MSN pendant lesquelles il s’en est plaint, et à W pour la bouteille de vin rouge généreusement offerte.

*

(un de ces jours il faudra que je fasse un post pour tenter de répondre à cette question: est il correct de se taper le pote/la copine de sa conquête du moment parce qu’on s’est rendu compte qu’on s’était planté de cible ?)