Chroniques · Sponso

infidèle, morale à deux balles ?

Oui, je sais, j’arrive après la bataille, comme on dit. Mais voilà, à mon tour (après notamment MissJulie, Galliane, Ginie ou Fanny), sur la proposition de Gleeden, un site de rencontres extraconjugales, de vous parler infidélité. J’espère donc que vous n’êtes pas lassés, et même si c’est un article sponsorisé, nous avions toute liberté d’aborder le sujet à notre façon, et  je vais essayer d’en parler sous un autre angle…

Pour ceux et celles qui n’auraient pas suivi, Gleeden donc, c’est un site qui propose à des gens en couple de se rencontrer… mais pas pour des plans à trois ou quatre, non, pour tromper leur conjoint. Le site a été créé en 2009, et compte près de 800 000 inscrits, dont 37% de femmes en couple… ce qui, me semble-t-il, démontre quand même d’une belle « réussite » sur un plan business. Forcément concerné par ses utilisateurs, Gleeden a d’ailleurs mené plusieurs études pour mieux comprendre les « comportements » adultères. Une démarche que je trouve intéressante, même si elle ne sonde que ses membres.

Il y a peu Gleeden a décidé de communiquer en télé, en sponsorisant la météo sur BFM TV… et là, levée de boucliers, d’épées et de couteaux des internautes et téléspectateurs, choqués qu’un tel site puisse être présent en Prime sur une chaine d’infos nationale. La pub fut donc supprimée par BFM, et le contrat suspendu (après que 10 000 personnes se soient inscrites… pas mal !).

(A lire aussi, l’article de FrenchWeb sur le sujet)

Chroniques

homme objet

Si vous n’êtes pas encore au courant c’est que vous devez vivre sur une autre planète, ou faire partie des « seniors » (comme on dit) de notre cher pays (ou n’être absolument pas connecté à Internet, Twitter, Facebook, etc etc etc, ce qui revient à peu près au même). Mais comme je suis gentille, je vais partager cette nouvelle avec vous:

Abercrombie&Fitch ouvre son premier magasin en France, à Paris, en plein sur les Champs Elysées.

(si tu connais pas Abercrombie, c’est cette marque de fringues US, relativement chère, relativement branchouille, que tous les gosses de riches voyageant souvent se plaisent à porter pour se la péter « moi aussi j’ai été à New York / Los Angeles / Londres« . et ne me dis pas que tu n’as jamais croisé un ado à mèche arborant un dug,e A&F gigantesque sur le torse, parce qu’Abercrombie n’est pas le genre de marque ‘discrète’, si tu vois ce que je veux dire)

Donc, Abercrombie s’installe sur les Champs Elysées. Jusque là, bon, rien d’exceptionnel, c’est un peu comme l’arrivée de Starbucks, ou le retour de Burger King (qu’on attend toujours – en attendant c’est Mark & Spencer qui reviennent en France, just so you know). Le truc, c’est qu’Abercrombie, c’est un peu comme un Apple Store: on s’y rend(ait) lorsqu’on va à l’étranger, pour voir, parce que c’est… expérientiel (comme aurait dit mon prof de marketing du même nom).