pingouin caillera (ou comment disparaissent les kékés)

Je vous parlais il y a peu de ces kékés-racaillous qui vous branchent sous diverses formes dans la rue. Je tiens d’abord à faire une petite présentation des moeurs d’une partie en voie de disparisition de ces spécimens : les kékés-racaillous-casquette-sacoche-Lacoste-chaussettes-sur-le-survet-Lacoste-jaune-poussin.

Je vais faire ma vieille pendant deux minutes mais je vous parle peut être d’un temps que les moins de vingt ans (parisiens) ne peuvent pas connaître. Il y a une époque -pas si lointaine pourtant- où la mode des racailles de mon pays (celui où l’accent s’accorde au Soleil, putaing de roase, et où on boit du Pastis en jouant à la pétanque sous les platanes*, c’est bon vous suivez ?)  était ce fameux survêtement Lacoste, que ladite marque avait décliné en coloris aussi radieux que les uniformes de la DDE : jaune fluo, jaune poussin, bleu EDF, violet… Ces jeunes gens, pas forcément de sexe masculin d’ailleurs, arboraient de superbes chaussettes (en général Titi et Grosminet et autres WarnerBros) remontées SUR les bas de survet’. Un style… certain. Auquel s’ajoutaient les accessoires du kéké (ou de la cagole, en cas de féminisation du type, après tout le survet’ Lacoste c’est mixte), j’ai nommé la casquette (Lacoste, assortie au survet’), la sacoche (Lacoste, bleue marine, noire, blanche ou autre, avec le Crocodile en surimpression) et les TN ! Ou les Requins. Certaines cagoles allaient même jusqu’à pousser le vice en portant des Buffalos (vous savez ces grosses écrases m**** à semelles compensées popularisées par les Spice Girls !!). Enfin, un style subtil.

Je dis « que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître », je mens un peu. Bon, déjà j’ai quitté le collège (et oui un jour il le faut) et suis entrée dans un lycée un peu plus hype (truc international tout neuf tout jaune stylisé bateau fleuron de l’académie et tout et tout), fréquenté par une majorité de sk8teurs et de gens fashions (prononcer fachion). Il semble en effet que la mode racailloute reste confinée dans des milieux sociaux/locaux assez réduits. De plus, bon, au lycée il faut l’avouer on a tous arrêté d’écouter Skyrock pour se mettre au punk rock rebelz’ de Sum41 et Blink182 (mais pourqiuoi ils foutent tous des chiffres dans leur noms??), et au reggae-cool-zen-peace-and-love-dread loqueux de Tryo et Bob. Et donc le kéké staïle ça le faisait plus, surtout dans les manifs anti LePen et autres guerres en Irak (ah les belles années 2000). Je dis aussi « parisien », car il semble que la vague de survetisation Lacoste n’ait touché que les coins reculés de France et de Navarre, et que les racailles parisiennes, beaucoup plus au fait des modes et des tendances, se soient très rapidement adaptées à la tendance US-bling bling-baggy-casquette NewEra-Tshirt de basket-AirForce One et autres Dunks aux pieds.

Quoiqu’on pourrait croire, le kéké n’est pas mort. La mode racailloute mettant un peu de temps pour descendre dans le Sud, il subsiste encore dans mon pays* quelques spécimens de cette espèce. Ils se baladent en bandes, et portent désormais la casquette (Nike) légèrement en arrière de la tête, posé comme unne kippa qui collerait pas. Ces spécimens restent marginaux, bien souvent des mâles, ce qui justifie peut être leur extinction. En été, à la place des TN (toujours d’actualité, d’ailleurs Nike continune d’éditer des nouveaux modèles pour ces derniers fidèles), les kékés (et cagoles) portent des Birkenstocks. Mais pas celles avec le truc entre les doigts de pieds, non, les Birkenstock version Marseillais, mixtes, avec la bande comme des savates. Accessoirement le kéké, qui a décidément du mal à changer ses habitudes, garde ses chaussettes avec les Birkenstock. Il raccourcit aussi à ce moment de l’année le fameux survet, qui devient bien trop chaud par ces mois de canicule, et se transforme en un fabuleux short à fleurs. Là encore le kéké (ou la cagole), pratique, mixitise le truc, et ce short est donc porté par mâles et femelles.

Je tenais donc à rendre un hommage à cette population qui se raréfie de plus en plus. En effet, par mimétisme et nécéssité de se fondre dans la masse, le kéké a tendance à reléguer son survet’ au placard. Il porte désormais des jeans Kaporal, G Star et même (oh horreur !) du Diesel. A une époque, on le voyait accoutré de tshirt fluos-flashy-shinny Astons ou Cindez. Dans une tentative inespérée de rentrer en boite, le kéké s’est même mis à la mode pseudo tektonik, en demandant à son coiffeur une crête et des motifs tatoos dans sa chevelure fabuleuse.

Tout se perd. Le kéké n’est plus ce qu’il était. On ne croise plus de MBK Spirit à la sortie des écoles. Les djeuns d’aujourd’hui sont (presque) aussi fashions que nous autres, et l’influence grandissante de la Star Ac standardise les styles.

Voici donc un site regroupant des dessins humouristiques (j’aime pas ce mot) ayant pour thème des pingouins racaillous. A l’image de ces animaux de la banquise, les kékés sont en danger. Le réchauffement climatique les pousse à abandonner leur survet’ Lacoste et leurs TN. C’est ici : Poungi Racaille

Je vous laisse donc sur cette image, dure, mais réaliste…

*nan c’est pas Plus Belle la Vie chez moi, Plus Belle la Vie c’est de la m**** d’abord ils sont tous parisiens les acteurs, et c’est que du toc, tourné 98% en studio !!

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *