18 Comments

  1. J’avoue que la réponse de Jesuisunblog est empreinte de justesse pour le coup, bien que je la trouve un peu facile. En temps que représentant de la gent masculine, je dois avouer que le poids de la culture m’incite à faire un geste en fin de « repas/verre ». Mais je ne suis ni puceau ni féministe :). Tu te contentes (ne m’en veux pas pour le tutoiement ^^ ) de prendre le problème à contrepied et oublie (au meme titre que notre fille de dedans le blog d’ailleurs) que nous sommes en France diantre ! Ce genre de question est éminement propre à la culture francaise, tout ce qui touche à l’argent est tabou et immuable (j’en sais quelque chose c’est mon sujet de mémoire). Songez combien il serait déplacé pour ce premier date d’évoquer un sujet tabou ET immuable… Il est délicat pour l’Homme (oui avec un grand H) d’amener ouvertement la question de l’addition avec sa future dulcinée (ou pas d’ailleurs) sous peine de passer lui aussi pour un gros radin. Ainsi dans le cas d’un silence respectif (et prévisible) sur le sujet, les convenances (qui rappelons le forment les fondations de toute interaction sociale qui se respecte, surtout dans le cas d’un repas entre deux personnes que nous pouvons qualifier d’inconnus), pousseront l’Homme (toujours avec son H) à sortir son portefeuille et éventuellement guetter un signe chez sa future (ou pas) dulcinée (avec de la détresse dans le regard si sa situation financière laisse à desirer). Comme on dit « c’est le jeu ».

  2. Et surtout n’oublions pas que tout cela est à prendre sur un ton léger et second degré…
    Il n’y a pas mort d’Homme (avec ou sans H majuscule)

    (battez vous !!!!!)

  3. Pour moi c’est simple, si j’ai pas utilisé le mot inviter dans ma proposition, faut qu’elle se prépare a payer sa part. Ca se joue à ça, un petit mot de vocab’ présent ou pas pour poser les choses.

    Et la plupart du temps je paie après avoir couché. Bwah ah ah !

  4. Moi je pars du principe que celui qui dit « ce soir je t’emmène au resto » ou « je t’invite », c’est celui qui paie, garçon ou fille.

    Par contre, le fait qu’un mec m’invite au resto, aussi cher soit-il, ne signifie en rien que je vais coucher avec lui le même soir, tout dépend de comment la soirées s’est déroulée et s’il a été totalement inintéressant ou au contraire très intéressant.

    En fait, c’est du cas par cas.

    Et puis, faire languir un mec c’est tout bénéf…

  5. @LeReilly : Tu es un rustre et un radin, voilà 😉 et nous en bonnes filles bien éduquées on traduit « on va au resto » par « je t’invite au resto ». Surtout pour le 1er RDV.

    @Angie : Merci !! Enfin une fille qui commente… Je suis d’accord sur le fait que c’est celui qui propose qui paie, enfin sauf accord. Et oui c’est du cas par cas (ouf !!), mais bon on se pose toujours la question je crois…

  6. Alors…

    – je suis preneur de la liste des règles implicites
    – le but et problème principal du mec emmenant une fille au restaurant est de déjeuner sans parler de foot, de cul ou de voitures, et de ne pas déjeuner seul
    – je suggère de coucher avant le restau, on mange mieux, de meilleur appétit, et sans aucune pression; le cas échéant, on peut même annuler le-dit resto (j’hésitais entre « o » et « au »)

    Voilà, voilà…

    ::

  7. Twister

    @Lane : Je me mets a lire un peu tes articles, celui ci est tres tres bon (et tellement vrai). On sourit (ou meme rit) du debut a la fin ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *