Syndromes

la fille heureuse en amour

Il y a des gens qui, vus de l’extérieur, ont l’air d’être faits pour être en couple. Ne souriez pas, ce post ne transpire pas pas la fille frustrée (merci de vous inquiéter pour moi, ma vie va plutôt bien côté frustration), je suis sûre que vous voyez de quoi je parle. Je précise.

Les gens faits pour être en couple, ce genre de gens qui s’embrassent baveusement juste à côté de vous dans le métro et ne se lâchent jamais la main. Ce genre qui s‘appellent des heures au téléphone et s’envoient 100 textos/jour. Ce genre de personnes qui sont ensemble depuis une éternité (ou au moins depuis le collège/lycée/prépa/fac rayez la mention inutile). Ce genre de fille/mec qui ne parle que de son mec, et Mamour  ceci, et Mamour cela, et vous savez pas ce que Mamour m’a offert hier soir ? Ce genre de couple qui tient, coûte que coûte ,même à distance, même en baisodrome école de commerce ou à 10 000 km l’un de l’autre.

Oué, ce genre de couple débecte. Et pourtant, il faut le dire, on est tous (au fond) un peu jaloux. Car quiconque ayant connu un minimum de relation sait à quel point c’est difficile de trouver cette entente cordiale et (semble-t-il) parfaite. Mais bien souvent, derrière cet amas de guimauve et bisounours, si on gratte un peu, on se rend bien vite compte que tout n’est pas rose.

Je crois surtout qu’il y a deux catégories de gens. Ceux qui sont faits pour être en couple, et ceux qui ne le sont pas. Je m’explique.

Il y a des gens qui, dès leur naissance, semblent avoir été conçus pour procréer. Pour procréer il faut être deux. Et pour élever la progéniture aussi. Ces gens là sont de la catégorie 1: les gens faits pour être en couple. Pour ces gens là, pas de doute à avoir: quand on sort avec quelqu’un, l’objectif ultime, c’est mariage et enfants. On ne couche pas le premier soir (of course) et la fidélité est de mise (of course aussi !). Généralement le couple est une évidence. Dès les premiers jours, tenage de main dans la rue et présentation aux parents sont de rigueur. Un exemple de ce type ? Norbert et Guyslaine. Mais oui, de l’Amour est dans le Pré (et si vous connaissez pas, tant pis !).

Pour cette catégorie, tout semble facile. Rien ne vient remettre en cause les valeurs fondamentales qui régissent et structurent le couple: construire quelque chose ensemble. Economiser. Se marier. Acheter. Procréer. Fidélité.

Et il y a la deuxième catégorie, constituée des « autres », ceux pour qui le célibat n’est pas vécu comme une immense recherche de l’homme/la femme de sa vie, mais comme un terrain de jeu. Ceux pour qui le célibat ne rime pas avec abstinence (loin de là !). Ceux qui sont toujours étonnés de rester plus de trois mois avec quelqu’un. Pour ces gens là, le couple est une notion étrange. Etre deux se résume bien souvent au s*xe, et à un tas de positions. On peut évidemment partager cinés, restos, voyages, et d’autres, mais prendre un appart ensemble ? Tu es fou ? Continuer une relation à distance ? Pas question !

Pourtant, parfois, le clan des Célibataires passe du côté obscur. Car les Célibataires ne sont pas des coeurs de pierre, loin de là, s’ils ont acquis ce mode de vie c’est par conscience de leur incapacité (souvent) à construire, et par rejet de l’immobilité. Mais bien tapis au fond de ces Don Juan, se cache une envie non assumée de famille, enfants, break et labrador. Lorsqu’un Célibataire tombe amoureux, c’est presque la fin du monde. Ou une telle évidence que ça en devient flippant. Car pour un Célibataire, comment gérer ça ?

Il faut apprendre à être fidèle. A faire des plans sur l’avenir. A penser à deux. Et ça n’est pas forcément évident. C’est là qu’on se dit qu’en fait, c’est galère, le couple. Mais on s’accroche quand même, parce que l’envie bien cachée de pour une fois savoir où on va et surtout avec qui remonte de plus en plus. Que c’est chouette d’avoir quelqu’un sur qui compter, surtout quand les amis commencent à ne plus sortir (parce qu’eux aussi sont en couple! c’est une épidémie !). C’est là qu’on discute avec les couples « parfaits », et qu’on se rend compte qu’en fait non, rien n’est parfait (sauf peut être Norbert et Guyslaine, mais c’est une autre histoire).

Le temps passe, on s’observe et soudain on se rend compte que la fille heureuse en amour, c’est nous.

N.d.l’A.: Non ce post je justifie pas les déclarations dégoulinantes et autres sucres d’orges à l’anis et petits noms ridicules. Non je ne ferai pas ici l’apologie de ces horreurs de gif animés plein de coeurs qu’on trouve sur Google image en tapant « heureuse en amour ». Je vais faire une overdose là. Au secours !!!

Edit: ce post est à prendre au second degré, hin, voir les coms à ce propos, mais je ne catégorise pas non plus à ce point et TOUS les couples ne sont pas bisounours (ouf !!) d’ailleurs il y a des célibataires bisounours. Aussi. 🙂

41 Comments

  1. « sauf peut être Norbert et Guyslaine » MDR!!

    Je ne sais pas trop quoi te dire, je vais pas trollé non plus 😉 j’ai jamais été dans la 2eme catégorie. Mais je pense que la 1ere n’est pas forcement plus facile a vivre!!

  2. @Viinz: si. de la même manière que tu réclame des livres parce que sinon tu peux pas te les payer avec ton misérable salaire. le monde est scindé en deux parties: les bons, et les méchants. et c’est toujours les bons qui gagnent à la fin (et les Etats Unis qui sauvent le monde)
    😉

  3. @Viinz: si. de la même manière que tu réclame des livres parce que sinon tu peux pas te les payer avec ton misérable salaire. le monde est scindé en deux parties: les bons, et les méchants. et c’est toujours les bons qui gagnent à la fin (et les Etats Unis qui sauvent le monde)
    😉

  4. et pourquoi n’y aurait il pas qu’une seule et unique case ?
    et qu’en fait, la différence se ferait sur : « quand » ont ils rencontré leur « pseudo » moitié ? si les personnes se rencontrent « tôt » alors ils sont aux yeux « des autres » : « fait pour être en couple » sinon simplement, ils profitent, cherchent et s’amusent… avant de se caser un jour ou l’autre…
    Tout serait une question de timing, par rapport à sa propre expérience… et donc qu’on est tous dans la même galère niveau relation mais certains n’ont pas eu besoin de ramer longtemps alors que d’autres oaui … :$

  5. et pourquoi n’y aurait il pas qu’une seule et unique case ?
    et qu’en fait, la différence se ferait sur : « quand » ont ils rencontré leur « pseudo » moitié ? si les personnes se rencontrent « tôt » alors ils sont aux yeux « des autres » : « fait pour être en couple » sinon simplement, ils profitent, cherchent et s’amusent… avant de se caser un jour ou l’autre…
    Tout serait une question de timing, par rapport à sa propre expérience… et donc qu’on est tous dans la même galère niveau relation mais certains n’ont pas eu besoin de ramer longtemps alors que d’autres oaui … :$

  6. Je suis, pour ma part, tout à fait d’accord avec cette vision des choses.

    Je connais moult personnes (surtout des filles, mais il y a également pas mal de mecs) qui ne voient la relation à l’autre que sous le prisme du couple, et jamais autrement. A un point où « s’amuser », notamment au sortir d’une longue relation, est quasiment péjoratif.

    Je me sens beaucoup plus proche (en fait, j’en suis l’incarnation) de la 2de catégorie, qui a décidé que l’amour n’était pas une évidence à chaque relation et qu’il était inutile de satisfaire aux « besoins » du couple si rien d’autre ne rattache deux personnes que leurs quelques affinités personnelles et leur désir machinal de pouvoir inscrire « in a relationship » sur Facebook.
    L’amour viendra, et quand il viendra, il sera d’autant plus fort, vrai, sincère, et se passera des « jte looove à mort ma chewiee xxx » et autres simagrées propres à la classe d’âge des 13-14 ans. Et a priori il se passera également des coucheries/tromperies nées de la lassitude du couple dont l’histoire a débuté au lycée.

    J’en profite pour passer un léger coup de gueule contre l’intolérance trop souvent constatée des 1ère catégories envers les 2des. Et vice versa, des 2de catégories qui pèsent 3 tonnes et tentent à tout prix de se faire des 1ère catégorie, sous couvert d’un couple en bon et due forme , puis de les jeter après relation sexuelle, sans respect pour leurs sentiments ou convictions.

    Bye! 😉

  7. Je suis, pour ma part, tout à fait d’accord avec cette vision des choses.

    Je connais moult personnes (surtout des filles, mais il y a également pas mal de mecs) qui ne voient la relation à l’autre que sous le prisme du couple, et jamais autrement. A un point où « s’amuser », notamment au sortir d’une longue relation, est quasiment péjoratif.

    Je me sens beaucoup plus proche (en fait, j’en suis l’incarnation) de la 2de catégorie, qui a décidé que l’amour n’était pas une évidence à chaque relation et qu’il était inutile de satisfaire aux « besoins » du couple si rien d’autre ne rattache deux personnes que leurs quelques affinités personnelles et leur désir machinal de pouvoir inscrire « in a relationship » sur Facebook.
    L’amour viendra, et quand il viendra, il sera d’autant plus fort, vrai, sincère, et se passera des « jte looove à mort ma chewiee xxx » et autres simagrées propres à la classe d’âge des 13-14 ans. Et a priori il se passera également des coucheries/tromperies nées de la lassitude du couple dont l’histoire a débuté au lycée.

    J’en profite pour passer un léger coup de gueule contre l’intolérance trop souvent constatée des 1ère catégories envers les 2des. Et vice versa, des 2de catégories qui pèsent 3 tonnes et tentent à tout prix de se faire des 1ère catégorie, sous couvert d’un couple en bon et due forme , puis de les jeter après relation sexuelle, sans respect pour leurs sentiments ou convictions.

    Bye! 😉

  8. @Jemery: on devrait faire un tableau à double entrée. ou un flowchart… 🙂
    mais clairement il n’y a pas UNE situation, hin, j’adore généraliser c’est tout 😉

    @Florian: merci pour ton comm intéressant 🙂 (pas parce que tu es d’accord, hin, mais ton analyse est explicitée…)

  9. Pour ma part, je dois certainement faire partie, à tes yeux, de la première catégorie, puisque je vais me marier et que je suis fidèle. Sauf qu’on déteste les surnoms stupides, qu’on ne s’embrasse jamais dans le métro, et qu’on a bien conscience que l’amour ça s’entretient et ça se renouvelle tous les jours. Du coup, je trouve ta séparation un peu trop simpliste, désolée :o) Pour moi il y a autant de relations qu’il y a de gens sur cette terre.

  10. Pour ma part, je dois certainement faire partie, à tes yeux, de la première catégorie, puisque je vais me marier et que je suis fidèle. Sauf qu’on déteste les surnoms stupides, qu’on ne s’embrasse jamais dans le métro, et qu’on a bien conscience que l’amour ça s’entretient et ça se renouvelle tous les jours. Du coup, je trouve ta séparation un peu trop simpliste, désolée :o) Pour moi il y a autant de relations qu’il y a de gens sur cette terre.

  11. @Juliette: je suis tout à fait d’accord, je m’amuse à généraliser (et simplifier) mais ça reste une caricature ! heureusement que tous les couples ne sont pas aussi « insupportables » que ma description (sinon il ne me resterait que peu d’amis)
    En tout cas félicitations pour le mariage et tous mes voeux 🙂

    @Woumpah: j’aurai du créer une 3 catégorie spéciale pour toi: les célibataires à la vie, à la mort !! :p tu veux pas de mini Woumpah qui couine et court partout ? non ? sûr ? 😉

  12. Moi je suis pas d’accord.
    *argumentaire*
    Je suis un couple qui passe son temps à s’envoyer des sms pour s’engueuler. Ca marche pas ta théorie.
    *fin de l’argumentaire imparable*

  13. Moi je suis pas d’accord.
    *argumentaire*
    Je suis un couple qui passe son temps à s’envoyer des sms pour s’engueuler. Ca marche pas ta théorie.
    *fin de l’argumentaire imparable*

  14. Mmmmh j’adôôre le gif *_*
    Ca me rappelle la période skyblog … les JTM PLU KE TOU MON AMOUR A LA VI A LA MOR suivit de poèmes dépressifs PK TU MA KITE JVE ME SUICID.
    C’est marrant, mais j’ai jamais eu ce type de blog, même à 15 ans …
    (peut etre parce que depuis ma naissance je fais partie de la seconde catégorie ?)

    Ah les couples heureux en amour, ceux qu’on critique « berk, c’est dégueulasse ils s’embrassent dans le métro bondé », ceux qui partage l’appart à 18 ans (et un chien), ceux qui survivent à des dizaines (des milliers) de km de séparation (et une école de commerce/d’ingénieur) … AFFREUX.
    Et pourtant, au fond, j’crois qu’on aimerait bien trouver celui (celle) avec qui pourrait faire ça ><

  15. @muze … Tellement vrai :p
    100 texto par jour … c’est peu … hein 😉 ca en fait même pas un toutes les 2 minutes … 😉

    @florian … la personne qui change son status sur facebook après le single devrait obligatoirement passé par la case « its complicated » …. pour avec le temps se transformer en « in relationship » :p

  16. @muze … Tellement vrai :p
    100 texto par jour … c’est peu … hein 😉 ca en fait même pas un toutes les 2 minutes … 😉

    @florian … la personne qui change son status sur facebook après le single devrait obligatoirement passé par la case « its complicated » …. pour avec le temps se transformer en « in relationship » :p

  17. Moi je pense qu’on ne peut qu’avoir un seul véritable amour dans sa vie. J’en ai eu un, ça a duré 3 ans (l’amour dure 3 ans comme dirait l’autre…). Et depuis, je vis des trucs qui peuvent compter à un moment donné parce que je suis dans tel ou tel état d’esprit. Mais j’ai gardé mon âme de célibataire. Je ne rencontre pas des personnes capables de me donner envie de me caser et de passer des soirées sushis – DVD – Playstation comme j’ai pu le faire pendant presque 3 ans. Alors oui, aujourd’hui, mon célibat c’est un joli terrain de chasse. Sauf quand je suis en Relation à Durée Plus ou Moins Déterminée. Là, je suis sage. Je me contente de regarder, sans (trop) toucher 🙂

  18. Moi je pense qu’on ne peut qu’avoir un seul véritable amour dans sa vie. J’en ai eu un, ça a duré 3 ans (l’amour dure 3 ans comme dirait l’autre…). Et depuis, je vis des trucs qui peuvent compter à un moment donné parce que je suis dans tel ou tel état d’esprit. Mais j’ai gardé mon âme de célibataire. Je ne rencontre pas des personnes capables de me donner envie de me caser et de passer des soirées sushis – DVD – Playstation comme j’ai pu le faire pendant presque 3 ans. Alors oui, aujourd’hui, mon célibat c’est un joli terrain de chasse. Sauf quand je suis en Relation à Durée Plus ou Moins Déterminée. Là, je suis sage. Je me contente de regarder, sans (trop) toucher 🙂

  19. Ahahahahah je surkiffe la généralisation lol.
    On avait un théorème pour les baisodromes de commerce : celui des 85%.
    Le pourcentage de couples qui cassaient à cause de la distance ou de la TENTATION en école. Ca s’est vérifié, malgré les mariages à venir des 15 autres % desquels on déduit les ruptures post-école pour cause de distance ou ras-le-boule.
    Couple : prison.
    Célibat : youpiya.

  20. Ahahahahah je surkiffe la généralisation lol.
    On avait un théorème pour les baisodromes de commerce : celui des 85%.
    Le pourcentage de couples qui cassaient à cause de la distance ou de la TENTATION en école. Ca s’est vérifié, malgré les mariages à venir des 15 autres % desquels on déduit les ruptures post-école pour cause de distance ou ras-le-boule.
    Couple : prison.
    Célibat : youpiya.

  21. Je sais pas si les écoles sont des baisodromes, mais personnellement, dans la mienne, y a quasiment personne qui me donne envie de mettre le mythe en application.

  22. Je sais pas si les écoles sont des baisodromes, mais personnellement, dans la mienne, y a quasiment personne qui me donne envie de mettre le mythe en application.

  23. J’adore le côté « je suis une grosse frustrée et je balance sur ce qui m’énerve, mais en fait non, ahah, c’était du second degréééé !! et si t’as pas compris ça, t’es trop un louseur, parce que le second degré, c’est top cool ». Fillette, le second degré n’est pas une excuse, et un véritable article écrit ironiquement ne devrait pas avoir besoin de le préciser en post scriptum.

    (pardon pour le up)

  24. J’adore le côté « je suis une grosse frustrée et je balance sur ce qui m’énerve, mais en fait non, ahah, c’était du second degréééé !! et si t’as pas compris ça, t’es trop un louseur, parce que le second degré, c’est top cool ». Fillette, le second degré n’est pas une excuse, et un véritable article écrit ironiquement ne devrait pas avoir besoin de le préciser en post scriptum.

    (pardon pour le up)

  25. @Lover_du_23 « frustrée ?, ma vie sexuelle/amoureuse se porte bien, merci. et le PS a été rajouté suite à des vexations… pauvre choupinou 😉
    puis il parait que je fais pas bien le second degré. alors bon. je mets une pancarte pour prévenir 😉

  26. @Lover_du_23 « frustrée ?, ma vie sexuelle/amoureuse se porte bien, merci. et le PS a été rajouté suite à des vexations… pauvre choupinou 😉
    puis il parait que je fais pas bien le second degré. alors bon. je mets une pancarte pour prévenir 😉

  27. Ben, justement, c’est un peu ça le problème 😀 Quand tu es au lit, tu n’as pas une pancarte que tu brandis au-dessus de ton mec qui affirme « Je suis en train de te faire l’amour ! », il est assez grand pour comprendre tout seul, ou alors il faut te remettre en question. (hum, l’exemple est peut-être mal choisi pour une fille :D) Là, c’est pareil. On ne sait pas sur quel pied danser. C’est exagéré, ok, mais pas assez pour laisser penser au lecteur lambda qui n’est pas dans ton esprit – ce qui doit correspondre à une bonne petite majorité, si je ne m’abuse – que c’est ironique.

    C’est comme tous les écrivains qui font « Soudain, quelque chose d’horrible arriva » pour que le lecteur comprenne bien que la situation est horrible. Là, le lecteur n’est pas plus con qu’un autre, c’est juste l’auteur n’arrive pas à s’exprimer, alors il compense.

    Du coup, ici, l’effet produit est celui d’une fille un peu vénère qui passe son coup de calgon avant de respirer un peu et, histoire de gagner un peu de crédit, dit « ahah, mais voyons, tout ceci n’était qu’humour et allégresse ! »

    C’est une pure critique de forme, mais plus j’en vois, plus ça gonfle. Désolé encore que ça tombe sur toi 😀

  28. Ben, justement, c’est un peu ça le problème 😀 Quand tu es au lit, tu n’as pas une pancarte que tu brandis au-dessus de ton mec qui affirme « Je suis en train de te faire l’amour ! », il est assez grand pour comprendre tout seul, ou alors il faut te remettre en question. (hum, l’exemple est peut-être mal choisi pour une fille :D) Là, c’est pareil. On ne sait pas sur quel pied danser. C’est exagéré, ok, mais pas assez pour laisser penser au lecteur lambda qui n’est pas dans ton esprit – ce qui doit correspondre à une bonne petite majorité, si je ne m’abuse – que c’est ironique.

    C’est comme tous les écrivains qui font « Soudain, quelque chose d’horrible arriva » pour que le lecteur comprenne bien que la situation est horrible. Là, le lecteur n’est pas plus con qu’un autre, c’est juste l’auteur n’arrive pas à s’exprimer, alors il compense.

    Du coup, ici, l’effet produit est celui d’une fille un peu vénère qui passe son coup de calgon avant de respirer un peu et, histoire de gagner un peu de crédit, dit « ahah, mais voyons, tout ceci n’était qu’humour et allégresse ! »

    C’est une pure critique de forme, mais plus j’en vois, plus ça gonfle. Désolé encore que ça tombe sur toi 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *