Voyages

Bretagne #4 – GR34 de Lannion à St Michel en Grève, Locquirec

Bretagne, premier jour. Après 4 heures et quelques de train et un changement à Guingamp, nous arrivons à Lannion, petite ville des Côtes d’Armor que nous avons désignée comme notre point de départ. Etonnament, c’est une jolie petite ville (on imaginait plutôt un bled pas terrible et sans charme… on se rendra compte qu’il n’en existe pas – ou presque – dans ce coin de Bretagne).

petites maisons à Lannion

Après un rapide (dé)tour dans le centre nous allons nous installer au camping municipal, pas loin du tout du centre. La soirée sera calme et pluvieuse, après un dîner dans le pub à côté de la gare (où nous découvrons que les prix sont quasiment les mêmes qu’à Paris), et la nuit un peu agitée car il pleut, et il y a du vent, et que dans une tente et bien… pas de double vitrage pour s’en protéger (merci les boules quiès !).

Le lendemain matin (lundi donc) nous nous levons plutôt tard. Le temps de prendre un petit déjeuner au camping et de tout ranger, et nous voilà partis (tard aussi). Les premiers kilomètres se font le long d’une petite route, sur les berges du Léguer (la rivière qui traverse Lannion). Il ne pleut plus, et le paysage devient plus sauvage. Nous ne tardons pas à emprunter un chemin sous les bois pour la suite du GR. A notre droite, la rivière qui s’élargit à mesure que nous approchons de la côte.

En début d’après midi (oui on est partis tard je l’ai dit) nous arrivons au Yaudet, un mini village supposé être le « vrai » village d’Asterix. C’est aussi là que commence « presque » la mer. Nous croisons les premiers rochers de granite que j’affectionne tant, l’eau est d’une couleur vert-bleu assez incroyable… On y est.

Une heure et demie plus tard, après avoir traversé la Pointe du Dourven, nous abordons Locquémeau, un petit port sans rien de spécial, où nous trouvons (enfin) de quoi manger (oui, il est 15h30 et on a avalé que des barres de céréale depuis 10h30 le matin… on commence à être crevés), après quoi nous entamons ce qui ressemble vraiment à un sentier douanier. Nous avançons dans la lande sur un petit chemin qui monte et qui descend, avec d’un côté des rochers et la mer. C’est superbe, mais crevant, et j’avoue que je commence à fatiguer sérieusement (et mon sac à peser…). C’est là que mon cher mollet droit a commencé à tirer, et de plus en plus constamment, au point de passer à un rythme de marche tellement lent que le Garçon a fini par me prendre en pitié et récupérer quelques kilos de mon sac.

Le chemin restant jusqu’à Saint Michel en Grève a été dur. Au ralenti, donc, avec mon mollet récalcitrant, la fatigue des 4 (5?) heures de marche accumulées depuis le matin midi. En arrivant à Saint Mich’ (comme disent les locaux…) je me suis vraiment demandé si je tiendrai le coup comme ça pendant 5 jours supplémentaires. Et je ne l’ai pas dit au Garçon (qui voulait déjà porter mon sac…) mais je me suis rarement sentie aussi épuisée physiquement.

Nous avons fini par arriver au camping, à 1,2 kilomètres du village (mais que ces kilomètres sont longs quand on est en fin de course – et que c’est 1,2km de montée…). Petit camping très sympa, malgré les familles d’anglais aux enfants braillards. Après une soirée barbecue-vin-fromage chez des amis, comment dire… on a bien dormi !

Le lendemain, mon mollet semblait calmé, nous avons donc repris la route direction Locquirec, en passant par la grève de Saint Michel à Saint Efflam. Après un ou deux kilomètres malheureusement ma douleur s’est réveillée, nous avons donc décidé à regret de changer nos plans, et d’aller jusqu’à Locquirec en stop pour me reposer un peu.

Arrivés à Locquirec nous découvrons un port super mignon, avec une superbe baie (on ne nous a pas menti, c’est vraiment beau…). Nous nous installons dans un des campings près de la mer, vue sur la baie, sous les pins (oui il y a des pins en Bretagne… j’ai découvert ça aussi :)) avant d’aller découvrir le village. Après une nouvelle agression de mon mollet sur le pauvre kilomètre entre le camping et le village, nous décidons d’arrêter définitivement la rando, d’écourter notre séjour (car sans marcher ça perd un peu de son intérêt) et de louer une voiture à Morlaix le lendemain. Dîner à la Brasserie de la Plage, encore une fois tarifs parisiens (on s’y habituera) mais excellent repas, avant de rentrer au camping par la plage à marée basse…

Infos & adresses:

Lannion:
Camping des Deux Rives
Pub Au Bureau – en face de la gare
Saint Michel en Grève:
Camping Les Capucines
Locquirec:
Camping des Pins
Brasserie de la Plage

Episodes précédents: http://www.thestagedoor.fr/tag/bretagne/

A suivre…

5 Comments

  1. Vous avez eu de la chance pour le Temps. J’adore la Bretagne pour toutes ces couleurs qui changent en permanence et la variété des paysages. Je crois que c’est un des endroits les plus photogénique à condition de prendre son temps et d’avoir de la chance. On était en Bretagne il y a quatre ans et il a quand même beaucoup plu.
    J’aime beaucoup ta galerie Flickr.

  2. Si vous avez mangé à Locquémeau à la brasserie de la mer, puis à la Brasserie à Locquirec, c’est que vous vous êtes fait avoir comme des touristes par une vitrine attrayante :p
    Les prix sont prohibitifs et les locaux n’y vont quasiment jamais. Je suis allée une fois à la Brasserie de Locquirec, c’était bon, mais sans être exceptionnel et les serveuses étaient à peine aimables.
    Le patron de la Brasserie est également celui qui tient « le Grand Hôtel des Bains », autant dire qu’on y retrouve une clientèle très aisée…
    Par contre de l’autre côté, sur la droite, tu as la Presqu’île ; c’est beaucoup moins gastronomique, mais le poisson est frais, le menu carrément abordable, et les gens sympa.
    Mais bon, maintenant ça ne sert plus à grand chose >_<

  3. @Denis oui c’est clair que la lumière est particulière… et merci pour le Flickr, il reste encore à compléter !

    @H2 Benjamin oui bon ok elles sont passées sous Lightroom… mais c’est con ils ont pas d’option « colorisation du ciel » 😉

    @Lousia j’avoue on est des touristes très bankables niveau resto, on va pas dans les bistros locaux… :/ pour le coup on a bien mangé à la Brasserie de la Plage (notamment une tarte aux fraises de folie) et le service était correct. quand je parle des prix c’est peut être pour des restos un peu plus élaborés, et dans l’ensemble c’est un poil moins cher (côté boissons par exemple) mais même les crêpes qu’on a pu manger à Morlaix/Ile de Batz/Roscoff sont (presque) aux mêmes prix qu’à Paris.
    en tous cas ton comm servira aux potentiels futurs touristes du coin 🙂

  4. vraiment dommage cette douleur au mollet… j’ai pensé à toi pendant mes vacances… j’ai aussi fait un tit bout du GR34 entre fréhel et le fort lalatte (aller retour)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *