Intime & Réflexions

November

Il est long, ce mois de Novembre. Il est long comme ces mois pourris, entre deux, qui semblent s’étendre indéfiniment.

Hier encore, c’était Octobre, ses arbres dorés-rouges et son été Indien. L’Halloween, les citrouilles, les gamins partout. Hier encore on prenait la route pour un week-end au chalet, en rêvant de la neige. Bientôt, on se disait, bientôt. Et pourtant.

Novembre s’étire en longueur. Les jours gris sont trop courts, le ciel est lourd de nuages informes, le soleil se couche à 16h depuis qu’on est passés à l’heure d’hiver. Mais c’est même pas l’hiver. C’est un de ces mois intermédiaires qui ne servent à rien. On attend le (vrai) froid. On attend la neige. On attend que les PVT ouvrent. On attend les vacances, à Noël, ce moment de prendre l’avion pour dix jours qu’on sait déjà trop courts. On met des t-shirts de licornes et des pulls à chiens pour tromper la morosité de ces journées qui se ressemblent.

 

passion selfie-animaux. et non je fais pas la gueule dans la vraie vie.

C’est de ces semaines où la distance pèse un peu plus – ou se multiplient les sessions Skype et les texto – et où on a l’impression que le monde autour est submergé de mauvaises nouvelles. On a beau avoir eu dix mois pour reconstruire une vie ici, avec l’hiver qui arrive, le cocon semble soudain fragile. On sort moins, peut être, la chaleur du chez nous rassurant – on se prépare pour l’hibernation – et le vide se fait plus présent.

-16°C dimanche. On a ressorti les tuques et les manteaux. Ce soir, les premiers flocons sont enfin tombés sur Montréal. Soudain c’est un avant goût de ce qui nous attend – ces trois mois qui arrivent, blancs, secs, et froids. Ces journées au ciel d’un bleu trop pur pour être honnête, qui nous réservent la brûlure du vent. Ces jours gris presque tièdes, en comparaison.

C’est beau, l’hiver. J’ai hâte. On est comme des gamins qui attendent le premier jour blanc pour pouvoir sortir leurs bottes et faire des bonhommes de neige. Les Québécois nous regardent un peu comme des extraterrestres – oui, nous les Français, on est encore fascinés par ce manteau blanc. L’hiver à Montréal, c’est la Fête des Lumières, Igloofest, le Village des Neiges. C’est aller skier en nocturne à Bromont après le boulot – ce genre de départ sur un coup de tête qui a vu naître une belle amitié, viens on part skier, on y voit pas à 3 mètres sur la route, mais c’est ça qui est bon. C’est les cheminées qui fument sur le centre-ville. Le patin sur le Lac aux Castors. Les chocolats chauds. Les house-party. Les filles en mini-jupe sur St-Laurent le vendredi soir par -20°C.

 

Mais l’hiver c’est aussi comme ce mois de Novembre, ce genre de journée où t’as juste envie de rester sous la couette à regarder des séries en buvant de la tisane miel thym & citron. Où on a pas le goût de sortir cruiser dans les bras pour pogner du barbu pas farouche en espérant que ça dure plus qu’une nuit. De toutes façons, vu les couches de fringues qu’on accumule, c’est rendu compliqué de tenter quoique ce soit. Ces journées qui prendraient des bras doux pour te mettre dedans, parce qu’il fait froid, et que rester toute la journée sous la couette, c’est quand même mieux à deux.

Ce genre de moment qui font que j’apprécie encore plus d’être à nouveau en coloc, parce que c’est moins déprimant que de trouver un appart vide en rentrant. Que même si c’est Novembre et qu’on traîne en pyjama pas sexy, on peut partager une miche de pain au Kamut et regarder des vidéos à la con en se souvenant de comment c’était, Paris, et en se racontant des histoires de quand on était petites, et de garçons. Et où je suis contente d’avoir adopté un gros chat gris édenté et fétichiste de (me)s pieds, qui ronronne sans raison dès que je la regarde (l’amour) et qui est juste la chose la plus douce du monde (je crois).

Dora, chat f(l)ou

Voilà. Demain, on est Décembre. Ce mois de Novembre est passé tellement vite, finalement. Montréal, J+10 mois. France, J-24 jours…

Tagged: , , , , , ,

14 Comments

  1. OUAIS D’ABORD QUOI. TOUT PAREIL. (Enfin, moi, j’aime bien novembre. J’aime bien ces mois qui disent qu’on a le droit de ne rien faire, parce que ce sont les mois où le calendrier ne presse pas.)

  2. Ouf tu viens de me sauver ma morosité des derniers jours avec la dernière phrase et Novembre qui s’achève heureusement bientôt. C’est aussi un mois que je déteste, je commence à trouver le temps long sans voir ma famille, il fait trop froid mais comme tu dis ce n’est pas encore le vrai hiver québécois qu’on aime, il fait nuit beaucoup trop tôt (ça ça me zappe le moral complètement), comme par hasard c’est aussi le moment le plus occupé de l’année au taf et tout et tout. Vivement dans 4 jours donc qu’on attaque le calendrier de l’avent Kinder ! 😀 Bisou ma belle et souper bientôt !

    1. C’est un mois difficile c’est clair! Pour le boulot je compatis, ici ça « va » mais dans mon ancienne job c’était un des plus gros mois!

      Quand tu veux pour un souper confort food 😉
      Bizzz

  3. Beh moi c’est mon mois d’anniversaire, pas loin de la fête des morts, désolée.
    J’ai commencé à aimer Novembre quand je suis arrivée en Provence.
    A Parie, je détestais.
    C’est vrais, c’est un mois intermédiaire. Assis entre deux chaises.
    Pas très confortable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *