Chroniques · Culture

l’enfer des concerts

Bien évidemment ce titre est un leurre. J’aime les concerts. Enfin j’aime quand je ne suis pas esquichée* entre deux gros tas pogotant, ou que je ne ressors pas de là avec les oreilles qui sifflent pendant trois jours.

Et c’est un des avantages qu’offrent Paris: la foultitude de concerts à voir et à revoir. C’est qu’à Marseille, côté salles on est tristes, et la plupart des artistes « internationaux » zappent carrément le pit stop Provençal. Quant à Aix je vous épargne l’absence de salles de concert dignes de ce nom. A part la nouvelle salle orientée classique et opéra, pas l’ombre d’un endroit où poser une guitare/basse/batterie…

Depuis que je vis ici, donc, j’ai à mon actif quelques scènes dignes de ce nom: Coldplay au Parc des Princes en Septembre 2009, Milow, Muse au Stade de France en Juin 2010,  Angus et Julia Stone fin Novembre, et très récemment, AaRON (rhaaaaaaaaaaaa).

AaRON Casino de Paris – © NYCD – Le HibOO

Bref, tout ça est bien sympathique. Le problème, c’est que sauf cas exceptionnel, il y a toujours un truc pour te gâcher le kiff, te couper en plein élan de fanitude, te faire descendre de ton petit nuage en moins de temps qu’il ne faut pour dire « solo ». J’ai nommé: les trucs relous des concerts. C’est comme si il était impossible de savourer en paix et dans la perfection le show d’un artiste adoré. Le sort s’acharne…

Tout commence par l’attente. Alors que ton billet indique « 19h30 », tu te pointes à la salle de concert une petite demi heure avant. Il fait froid (très), le groupe n’est pas hyper connu, tu te dis que tu n’attendras pas trop. Mais nan, 19h30, selon la salle de concert en question (La Cigale chut chut pas de nom), c’est l’heure d’OUVERTURE des portes. Donc toi, par – 5°C et quelques flocons, tu as eu vingt bonnes minutes pour perdre trois orteils dans la bataille (c’est con t’avais pas pensé aux moon boots ce jour là).

Et c’est sans compter le relou de la queue, ceux que tu retrouves dans TOUTES les files d’attente, à la Poste, à la boulangerie, à Disneyland ou pour aller communier: le relou qui ne sait pas rester immobile, ni garder ce qui s’appelle une « distance de politesse »  et qui passe son temps à te rentrer dedans en mode aller-retour. Un coup de coude ou deux plus tard, le relou n’a toujours pas percuté qu’il empiète sur ton espace vital avec sa putain de doudoune à fourrure de bourge.

Généralement, le relou ne va pas seul: il est accompagné de sa/ses potes, qui racontent bien fort leur vie et te font partager jusqu’aux détails les plus intimes de leur intimité. (comment je suis RAVIE de savoir qu’au Réveillon tu seras dans ton chalet à Cham et que la soirée de Noël de ta boite est costumée 60’s !!)

Le relou serait italien que ça ne m’étonnerait pas…

Une fois (enfin) rentré dans la salle, tu respires. Ouf, tu es rentré. tu vas pouvoir réchauffer tes moignons bleuis. Mais le relou et ses potes ne t’ont pas lâché, ils sont plusieurs, tu finis inévitablement par retrouver le même type de spécimen dans le moulon de la fosse.

Tu ne t’en rends pas tout de suite compte. Car il y a toujours, avant un concert, ce moment de flottement durant lequel tu attends. Tu attends que le mec du son ait vérifié TOUS les micros. Tu attends que chaque corde de chaque guitare ait été tripotée. Tu attends que la lumière change, que les musiciens fument leur dernier pétard, que la chanteuse ait fini de pisser, je sais pas quoi mais tu ATTENDS. Et c’est inévitable. Si quelqu’un a déjà été à un concert qui a commencé à l’heure, qu’il se lève maintenant ou se taise à jamais.

Bref. Après une bonne demie heure d’attente, la lumière s’éteint. Des applaudissements s’élèvent pour accueillir les stars (ou le pauvre groupe en première partie). C’est là que tu réalises que… tu ne vois rien. Il y a un(e) con(ne) qui s’est mis PILE entre toi et la scène. Et en plus, il/elle porte un manteau col fourrure, rendant ainsi encore plus bouché le peu de visibilité accordé par ton placement. Tu gueules, tu siffles, la conne ne bouge pas. En fait tu n’es pas seul(e) à ne rien voir, c’est toute la rangée derrière et à côté de toi qui est gênée, mais bizarrement personne ne râle. Tu continues et finis enfin par faire bouger la conne. Applaudissements.

Enfin seul. Les premiers accordss montent, la salle commence à chauffer. Le rythme s’étend dans le public. A ta gauche, un mec danse bizarrement, remuant la tête en une sorte d’acquiescement de chien de plage arrière de voiture, sur un rythme identique quelque soit le morceau, qui durera jusqu’à la fin du show. A ta droite, un grand mec. La pensée te traverse un instant l’esprit que tu as de la chance de ne pas être derrière lui. C’était sans compter qu’il sentira la transpiration à partir du troisième morceau, et les pieds dès le cinquième. Enfin, et c’est bien le pire, mais tu ne t’en apercevras que trop tard: le relou est de retour. Et il s’agit d’unE relouE. Cheveux longs, elle passera le concert à se recoiffer, t’envoyant à chaque geste une bouffée de cheveux secs et méchés dans la figure. Se retournant chaque 5 minutes vers son pote (qui remue la tête) pour lui dire un truc (sauf que le dit pote est derrière elle, et qu’entre elle et lui, il y a nous, tentant de suivre l’action sur scène). Enfin, la relouE décidera de se taper un fou rire (cheveux gifflant et messes basses à son pote aidant) durant LE morceau calme du truc. Genre t’as pas tout compris.

Arrive le moment clé. Celui où le chanteur entonne LE MORCEAU, le tube, celui que tout le monde connait. Celui où le public chante pour de bon. Celui qui est en anglais… et là, c’est le drame. Car bien évidemment, nous sommes en France, et une partie importante de la population ne sait pas parler anglais. Et encore moins chanter. C’est au moment du refrain que s’élève à ta droite (derrière le grand) un son indistinct, un son très faux et malgré tout très assuré, une voix qui te déchire l’oreille à chaque miaulement… tu as gagné: tu te trouves juste à côté du mec qui chante faux, et qui chante faux en franglais.

Tu prieras jusqu’à la fin, debout sur tes orteils gelés, pour que le groupe ne rejoue plus aucun morceau « connu ». Tu fermeras le plus possible ton accès aux odeurs de transpiration. Tu reprendras gentillement trois fois la relouE chevelue, et repoussera une énième fois l’épaule de ton voisin qui te cache la vue. Et tu kifferas, encore et encore. Parce que les concerts, c’est bien.

AaRON Casino de Paris – © NYCD – Le HibOO
*esquichée: du Provençal, « esquiché comme une sardine en boite »,  serrée, coincée entre quelque chose.
Tagged: , , , , , , , , , ,

9 Comments

  1. J’attire les grands chevelus. Dans un concert s’il y en a un… Il est pour moi. J’ai donc develope la technique du « HEY JE VOIS PAS A TRAVERS TES CHEVEUX » puis grand sourire du charme et hop je me place devant toi.
    🙂

    Sinon je dois dénoncer : les concerts de -M-, ben Harper et U2 commencent tjrs impeccablement à l’heure.
    Pete doherty moins en revanche :-/ (mais je l’ai déjà vu donc c’est déjà un exploit!)

  2. Je crois que tu as tout bien résumé pile poil comme il faut… mais malgré tout ça et comme tu dit « les concert c’est bien » c’est même dément.
    Avec ma taille de mini pouce j’ai du me résoudre à éviter la fosse pour la plupart des concerts où je vais car non seulement j’y vois rien mais en plus j’agonise. J’ai aussi tenté d’être tout devant pile contre la barrière, je suis ressortie avec des hématomes lol… du coup j’essaye toujours de dégoter de bonnes places assises.

  3. @Poupimali si c’est ton style de mec ya moyen de faire qqc de cette « poisse » ? 😉
    ok pour M etc. si un jour je vais voir U2 (soupir), je saurais !

    @Chat-Mallow aie dur en étant petite ! pas que je sois très grande (1m62 on a fait mieux) mais ça va, j’ai pas encore le nez à hauteur d’aisselle. après il y a certains concerts qui s’apprécient tout autant assis 🙂

  4. oh que oui dans le sud on nous évite mais finalement moi je les aime bien aussi ces mini-salles où l’on s’évertue à snober le Relou(e) parce-que petite soir-même et la salle aussi on tombe dessus… alors quelques fois par masochisme on porte des 12 cm… et là on vire virago dans les aigues pour mal de doigts de pieds estropiés !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *