Voyages

je connais qu’un seul endroit…

J’écris ce post à un peu moins de 48 heures de mon départ. Mon départ, ou plutôt mon retour vers la Métropole. A moins de deux jours de la fin, je réalise une chose qui m’est rarement arrivée lors de mes précédentes vacances: je n’ai AUCUNE envie de rentrer.

C’est un peu le risque lorsqu’on part passer 10 jours dans un petit paradis, me direz vous. Oui, sûrement que c’est logique que j’ai moins envie de quitter la plage, le soleil, la jungle, que les lacs Suédois à 12°C, les restos d’altitudes qui font bien grossir ou les avenues New Yorkaises.

Oui, mais.

Petit paradis. La Guadeloupe est pourtant un département qui détient des records de statistiques de chômage et d’accidents de la route. Une île soumise aux tempêtes, ouragans, cyclones, séismes, éruptions volcaniques, et j’en passe. Ici les routes sont loin d’êtres droites et il y a des effondrements de terrains et des chats écrasés tous les 100 mètres. Des décharges « sauvages » aussi. Des mecs pas nets aux yeux un peu vides parce qu’ils ont trop forcé sur le Rhum blanc (jusqu’à 85° par ici). Des heures d’embouteillages pour faire 50 km.

Oui mais. En une semaine j’ai vécu et vu ici des choses que je n’aurais jamais imaginé vivre ou voir. Croisé des baleines, des iguanes et des tortues sauvages, des poissons de toutes les couleurs, des coraux, des étoiles de mer géantes. J’ai sauté de 8 mètres et fait un rappel de 25 mètres au fond d’un canyon. Mangé des ouassous. Grimpé sur des arbres. Marché dans des sous bois luxuriants et pourtant pas du tout inhospitaliers. Vu des paysages à couper le souffle, des mers de tous les bleus possibles, des couchers de soleil chaque jour différents.

Petit paradis, c’est un peu la pensée qu’on ne peut ignorer lorsqu’on se retrouve sur une plage de sable blanc, fond lagon bleu turquoise, ciel bleu entre des branches de cocotiers.

Je ne me vois pas pour autant vivre ici. Mais clairement, je n’ai rien qui me donne envie de retrouver Paris. Sa pollution, son ciel uniformément gris, son métro blindé, le froid qui traîne encore, l’absence d’arbres, de nature, d’oiseaux. Je voudrais profiter encore un peu des cris des colibris et des sucriers au réveil (avec l’option ‘poule’ en moins… essayez de mettre une poule en mode caquetage non stop à 7 heures du mat, on verra). Des routes sinueuses qui, au détour d’un virage, laissent entrevoir une mer immense, et un ciel sans fin. Des bananes tellement plus goûteuses. Des daurades énormes. Des animaux partout, des poules, des vaches, des chèvres, des chats; des champs de canne à sucre et des bananiers. Des couleurs, des gens si chaleureux, des odeurs, des chaleurs, des bruits.

Comment dire…

Je crois que je suis tombée amoureuse.

Edit

Je viens de voir ça dans mon Netvibes, mon petit onglet de prévisions météo pour les jours à venir…

O°C ??!!! Je veux paaaaasss rentreeeeeerrrrr… (et le Garçon n’est pas très motivé non plus)

11 Comments

  1. Euh, la photo avec tes gambettes au soleil, t’aurais pu te la garder ! C’est pas gentil-gentil de faire souffrir ceux qui ont froid en polaire …
    Gros bisous

  2. @Fanny il faisait bleu. bleu passé, et pollué, mais bleu.

    @Denis ooooh oui (et encore t’as pas tout vu ;))

    @Fluo ouééééé (on devrait en mettre chez les parents) (pour occuper Blémia)

    @Ginie ouiiiiiii 🙂 (cela dit pour me rouler des pelles j’ai déjà le Garçon avec moi, il est pratique il se transporte facilement, et sert de porte valise – option non négligeable en vacances)

    @Soizic bah c’est juste une question de choix du BON côté de l’Atlantique… (mais là bas ils font pousser de GROSSES patates)

    @Val un jour (pour les 10 ans de mariage ? ;))

    @Malicia comme je disais à Denis: et encore, t’as pas tout vu !

  3. N’oublies pas que les vacances sont merveilleuses car elles sont éphémères (et aussi parce que tu sais choisir les endroits qui t’émerveillent 😉 )…
    Bon après, je te concède un point : Aller là bas donne envi d’y rester 😉 J’ai une amie qui est allé en Martinique pour y tafer quelques mois, ça fait maintenant 2-3 ans qu’elle y est et compte bien y faire sa vie (oui oui je fais une amalgame entre la Martinique et la Guadeloupe sur ce coup là ;))
    Bon, dans tous les cas, courage !! 🙂 et bisous

  4. Bon courage pour ton retour parisien même si le printemps est là, ça n’a certes rien à voir. Je suis allée aux Saintes il y a quelques années, et je crois que j’en suis toujours pas revenue 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *